Dure réalité

Tous les matins ont un goût différent. Nous avons tous en tête une représentation du parfait réveil délicat qui nous permet de commencer une journée du bon pied. Aux portes de l’hiver, à l’heure où quitter les bras de Morphée s’avère une étape difficile, je me replonge, non sans une certaine nostalgie, dans les souvenirs doux que je garde de ces réveils familiaux, qui ont bercé mon enfance. La voix fluette d’une grand mère espagnole, le dynamisme quotidien d’un père qui sifflote, le bruit des vagues que l’on entend du haut de la terrasse, tant de choses qui contrastent avec la dure réalité des matins hivernaux qui riment avec froid et obligations journalières.

Ici est établi le parallèle entre le matin que j’apprécie et celui auquel je suis confrontée quotidiennement. J’ai donc divisé mon montage en deux parties distinctes. Dans un premier temps, j’ai inséré une chanson que ma grand mère m’a chanté tout au long de mon enfance pour accentuer le caractère familial. S’enchaine ensuite une traversée de la maison où se confondent les bruits quotidiens auxquels je suis habituée: mon père sifflant sous la douche, le son de la télé qui accompagne la préparation du repas et enfin l’ouverture de la porte de la terrasse qui me permet de me retrouver à l’extérieur face à la mer et au chant de ses vagues. Cette vision est soudainement coupée par le réveil retentissant qui précède un enchainement d’actions rapides qui illustrent les matins quotidiens. Le rythme dans cette seconde partie est saccadé et soutenu dans le but d’accentuer le sentiment de course journalière.

Emilie DONES


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.