Remise en question

Remise en question. (cc) Tiphaine Robion (06/10/2013)
Remise en question. (cc) Tiphaine Robion (06/10/2013)

Mon prénom fait partie de moi, au même titre que mes yeux marron ou mes cheveux bruns, je n’y prête plus attention. « Tiphaine, enchantée« . On discute de choses et d’autres. On oublie. « Rappelle-moi ton prénom ?« , « C’est Tiphaine« . Et puis il y a eu ce matin de juillet, ce départ vers un autre pays, une autre culture, une autre langue. Ce premier contact avec cet être à l’accent étrange. « Tiphaine, nice to meet you« .  Tout à coup, ce regard vide, cette gêne. Il n’a pas compris. Je répète, j’épèle : il n’arrivera pas à le prononcer.  Pour moi, c’est une claque, une prise de conscience soudaine. Mon prénom n’est plus une simple commodité : il est mon pays, ma culture, ma langue.

Sur ce collage, j’ai mis le début de mon prénom que les personnes arrivent à prononcer. L’incompréhension est représentée ici par les trois petits points, en descente, comme si le ton de la voix baissait. Suivis de points d’interrogation, de toutes les couleurs et formes, pour représenter la multiplicité et la différence des personnes que l’on rencontre. J’ai inséré autour des images qui pour moi sont exotiques, sous forme de bulles, qui représentent l’imagination, le rêve. La mer est en haut, alors que les montagnes sont en bas : ma vision du monde est déformée, tout comme les personnes déforment mon prénom. La partie droite du collage restera vide, comme une remise en question. Mon prénom était pour moi une chose banale : ce que je croyais acquis a été chamboulé.

Tiphaine ROBION


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.