Sons

4 étages pour une soirée

Dans un premier temps, le paysage sonore auquel j’avais pensé était celui de mon week-end avant dernier : un tournage chaotique mais intéressant à la Cornubia, le point central étant la table régie où les humeurs et les discussions se démêlent alors que la journée avance. Le principal soucis était que je n’avais pu rien enregistrer de ce week-end de 30h, tout recréer sur Reaper me semblait bien trop long et complexe pour mon niveau.

Je me suis donc demandée ce que je pouvais bien faire comme paysage sonore. L’idée d’écouter un week-end, de partir de ce que je vivais de mes week-ends donnait beaucoup de corps au son. Et ce week-end je sortais pour fêter le printemps, une dépandaison de crémaillère, un nouveau départ en quelque sorte. Alors j’ai pris mon iphone et mes amies sont devenues mes cobayes, elles ont joués le jeu.

Les sons enregistrés sont mono, d’où mon impossibilité de faire un travail sur la stéréo car tous les bruitages sont sur la même piste et si je la bascule à droite ou à gauche ce n’est pas un bruitage mais tous qui basculent. J’espère donc avoir rendu cet effet de stéréo par le placement de l’iphone, à la main, au centre de l’action, se déplaçant plus ou moins prés des sources sonores. Pour ce qui est de travailler la stéréo, je l’ai déjà fait sur un autre billet et regrette de n’avoir pu avoir un dispositif, par exemple deux iphones en opposition et synchronisés pour rendre cet effet pour important encore!

Brigitte et les mouettes

Capture d’écran 2015-03-29 à 16.37.50

Aucun paysage sonore ne me transporte plus que celui des vagues. Pourquoi chercher à faire compliqué alors que l’exercice de l’écriture sonore a pour but de créer une émotion lors de l’écoute? J’ai donc choisi la simplicité d’une journée de plage, les cris des enfants bercés par les vagues et le chant des mouettes. La chanson Coquillages et crustacés de Brigitte Bardot renforce la détente que provoque l’écoute (pour moi en tout cas).

Ayant totalement conscience que le rendu est très simple, j’ai essayé de jouer sur les monos et les stéréos et j’ai tenté de rajouter des effets au nom inconnu sur les différentes pistes.

Les vacances sont arrivées, je me languis de réécouter les vagues en vrai.

Louise Tressens

Génération Disney …

 Il ne faut pas croire que je n’aime pas Walt Disney. Lui et son entreprise ont bercé mon enfance. Mon premier cinéma a été le Roi Lion. On pourrait même dire que je suis une fan, car je connais la plupart des chansons par coeur.  Pourtant, je ne suis pas dupe. Comme beaucoup de films, les dessins animés reflètent aussi une face, une représentation de la société, presque plus, car au fond tout est pensé et choisi consciemment ou inconsciemment. Avec le temps et l’âge, j’ai vu, j’ai perçu le double sens des paroles et des images de Walt Disney.

J’ai voulu dans ce billet libre montrer que parfois les propose de Walt Disney ne sont pas forcément rose et pailleté. Je n’ai pris que peu de films : Pocahontas, La petite sirène, Notre Dame de Paris, Mulan et Peter Pan. Mais il y en a tellement d’autres. Cela pourrait être intéressant de sélectionner dans tous les Walt Disney les bonnes comme les mauvaises choses, mais je n’avais pas ce temps.

Les chansons sont des versions mp3 youtube des films, la qualité n’en est pas forcément palpitante. Au début, je voulais créer des effets de mixage, de rythme,  et puis au final, laisser la chanson brute sans rien y apporter était peut-être encore plus violent, car l’auditeur ne pouvait faire porter le chapeau de telles paroles à une retouche sonore. Les transitions sont encore à travailler, peut-être un projet plus abouti à poursuivre.

Encore un matin…

Devant réaliser un billet son sur le thème de mon choix, j’ai eu du mal à me fixer sur une idée.. En y réfléchissant je me suis dis que le plus intéressant à créer était de retranscrire une partie de mon quotidien, du quotidien de tout le monde.

J’ai choisis de faire une création sonore sur le réveil puisqu’ils s’agit des premiers instants d’une journée, de la première aventure quotidienne qui est commune à tous. En associant des sons les uns avec les autres pour donner une impression de réalité et de continuité j’ai décidé d’augmenter certains bruits et d’en répéter d’autres plusieurs fois dans le billet sonore.

Je voulais montrer mon propre point de vue sur le rituel matinale qui est pour moi agaçant, ce pourquoi j’ai accentuer les sons dérangeant tels que le réveil, les bruits de pas, la toux… En ce qui concerne les répétitions de certains sons, ils visent à identifier un être dans la création sonore, à lui donner une identité et à personnalisé le billet son. La création sonore commence lentement par des ronflements qui sont rapidement perturber par le bruit du réveil, le thème de mon billet. Cet enchaînement donne vite le ton à ce qui va suivre. Les actions mécaniques du matin s’entrelacent et le billet se conclu par le bruit de la porte d’entrée qui claque. C’est la conclusion de mon billet puisque c’est la fin de la première étape de notre journée, le réveil.

Coline Portet