Archives par mot-clé : voyage

Back to the futur

Sujet libre? Au départ, aucune idée ne me venait… Parfois, une bribes de concept fleurissait dans mon esprit. J’essayais mais je n’arrivais pas à recréer concrètement ce que je m’étais imaginé. Mes ébauches n’étaient pas concluante. Je ne trouvais pas l’inspiration. C’est bien plus tard, en regardant le film Retour vers le futur, réalisé par Robert Zemeckis, que j’ai pensé à m’approprier cette histoire, à la réecrire. Dans ce billet, j’allais construire ma machine et raconter ma propre histoire de voyage dans le temps. Pour l’introduction, j’ai utilisé des sons d’outils normaux puisqu’il s’agit du passage qui se passe sur terre. Je n’ai pas ajouter d’effet à la voix du personnage. En revanche, pour la suite de ce billet, il a fallu que je trouve des sons du quotidiens qui puisse être utilisé dans le domaine de la science-fiction. J’ai utilisé des sons de voiture, des captations de certaines répliques de films, d’interférence radio, de micro-onde, pour créer le bruit de la machine qui remonte dans le temps. La voix du personnages a été ralenti et l’effet « réverbération » y a été ajouté. La chute de l’histoire est que la personne n’a pas atterri sur la bonne planète, sans vraiment savoir si elle a réussi à remonter dans le temps. Pour la langue de l’extra-terrestre, je me suis référé au film La soupe au choux.

Camille NIVAT

Un ailleurs hors du temps

Je rentre de voyage et cette expérience a été très marquante pour moi. J’ai déjà voyagé et découvert de nouvelles cultures, de nouveaux paysages, de nouvelles personnes. Mais cette fois-ci a été très particulière. Quelque chose d’inexplicable, de curieux et de mystérieux à la fois m’a profondément marquée, touchée et même changée. Une partie de moi est toujours là-bas. Comme si j’étais revenue seulement pour quelques jours mais que ma place était là-bas. Alors toute occasion est bonne à prendre pour rester plonger dans cet ailleurs hors du temps.

J’ai recueilli des sons, des ambiances que j’aime réécouter. C’est une autre façon de replonger dans cet univers que les photos. Lorsque je les écoute je revois des images, je ressens des odeurs. Tout reprend forme. Tout est de nouveau à sa place. Le retour est très difficile. Je ne pensais pas qu’il le serait autant. Alors ce billet son est une manière de partager cette sensation et de vous emmener dans cette aventure. En mêlant des sons, des ambiances que j’ai moi-même recueilli à un chant traditionnel j’ai essayé pendant un instant de recréer, ici et maintenant, un peu de cet ailleurs, ce petit bout de terre à l’autre bout de la Terre. J’ai essayé de jouer sur la stéréo pour avoir cette sensation d’être immergée dans cet univers. Plusieurs ambiances s’entremêlent avec comme ligne directrice le chant traditionnel.  Le plus difficile est de doser les différents sons qui jaillissent pour ne pas en faire trop et noyer l’essentiel …

Maelys GOSSET

Le voyage en train

Pour mon premier billet photo j’étais allée me perdre à la gare, parce que j’adore les trains. Je voulais tenter d’y capter les sentiments qui m’animent quand je fais des voyages sur des rails. Je n’ai pas précisément réfléchi à la manière dont je voulais construire mon billet son, et encore moins à sa signification. Je savais ce que je voulais en le faisant: quelles musiques utiliser, quels textes à enregistrer, et quelle ambiance créer avec le tout. Je pique des vers à Verlaine, Noailles, Gautier, et Perec; j’emprunte des paroles à Fauve et Grand Corps Malade; des mélodies à Björk, Michel Legrand et à Autistic Machine. Tous ont en commun d’évoquer le train. Je commence donc à monter mes pistes, j’ai l’impression que tout est naturel et se fait tout seul. Le résultat final est assez proche de ce qu’était le premier montage. J’ai l’idée d’utiliser des bruitages de vieilles radios que je place en début et en fin de morceau sur mes pistes, comme des guillemets ou des parenthèses. Ainsi, je me rends compte que le tout est plus fluide avec ce procédé, les pistes s’enchaînent sans trop d’accrocs.

Vers la fin du montage, je réalise que mon bout à bout passe par différents états, chaque morceau évoque différentes choses, tout en étant homogène. En réécoutant plusieurs fois, j’ai l’impression d’avoir raconté une petite histoire, un voyage en train. Il y a un début et une fin, et entre les deux il se passe des choses. Quand on prend un train, on est pas tout à fait la même personne à l’arrivée qu’au départ. On a vieilli certes, mais je trouve que le train provoque une ambiance et un environnement qui peut être propice au questionnement intérieur. On réfléchit, on revit des situations, on prend des décisions dans sa tête, on passe par différents états, avec toujours en fond le ronronnement mécanique du train.

Clémentine Le Roy

De retour

Même sans bouger nous remplissons tous notre carnet de voyage. L’obscurité se dissipe, laissant flotter encore quelques idées pareilles à des bulles de savon. Voici des mots chuchotés dans cet entre-deux qui n’appartient qu’à nous, au sortir du sommeil, avant même que notre pied ne se pose sur le sol. Rien ne nous dévoile plus que ces souvenirs irréels, racontés d’une voix molle, hésitante, encore éblouie du voyage. Comme si en ce nouveau jour qui se lève, revenir à soi même nous rendait timides. Je donne une importance primordiale à cette matière onirique, et donc ai décidé pour une fois de l’immortaliser en glissant un micro aux portes de l’esprit des dormeurs. L’intime mis à nu. C’est ce côté à la fois tellement évident et irrésistiblement flou que j’ai souhaité restituer dans ce billet sonore.

Mes proches se prêtent gracieusement au jeu. Aucun effort ne leur est demandé, si ce n’est celui de dormir et de rêver. Le micro au pied du lit attend patiemment jusqu’au lendemain. Lorsque chacun appuie sur le bouton on, les mots coulent sans queue ni tête, et pourtant se dessine une trame, une image… Le mot « rêve » est ici évincé pour que l’auditeur se perde dans ces récits fantasques, qui petit à petit lui sembleront familiers. J’ai accompagné ce recueil d’une musique douce, apaisante, tout en crescendo, restituant l’état du corps dans les premières secondes du réveil.

Moyano Lucile