Archives par mot-clé : temps

Back to the futur

Sujet libre? Au départ, aucune idée ne me venait… Parfois, une bribes de concept fleurissait dans mon esprit. J’essayais mais je n’arrivais pas à recréer concrètement ce que je m’étais imaginé. Mes ébauches n’étaient pas concluante. Je ne trouvais pas l’inspiration. C’est bien plus tard, en regardant le film Retour vers le futur, réalisé par Robert Zemeckis, que j’ai pensé à m’approprier cette histoire, à la réecrire. Dans ce billet, j’allais construire ma machine et raconter ma propre histoire de voyage dans le temps. Pour l’introduction, j’ai utilisé des sons d’outils normaux puisqu’il s’agit du passage qui se passe sur terre. Je n’ai pas ajouter d’effet à la voix du personnage. En revanche, pour la suite de ce billet, il a fallu que je trouve des sons du quotidiens qui puisse être utilisé dans le domaine de la science-fiction. J’ai utilisé des sons de voiture, des captations de certaines répliques de films, d’interférence radio, de micro-onde, pour créer le bruit de la machine qui remonte dans le temps. La voix du personnages a été ralenti et l’effet « réverbération » y a été ajouté. La chute de l’histoire est que la personne n’a pas atterri sur la bonne planète, sans vraiment savoir si elle a réussi à remonter dans le temps. Pour la langue de l’extra-terrestre, je me suis référé au film La soupe au choux.

Camille NIVAT

L’instantané

L'instantané
(cc) Adélaïde Michel (7/12/2014)

J’étais enfant. Papa travaillait dans l’hôtellerie. Et tous les deux ans un schéma récurrent s’imposait à nous : mettre notre vie en boîte et tout reconstruire ailleurs. Les déménagements à répétition ont fait de moi quelqu’un d’assez instable. Je vis dans une sorte d’immédiateté assez déconcertante. Rarement tournée vers le passé, jamais vraiment orientée vers l’avenir, je n’ai pas de projets à long terme, pas d’idéal de devenir et peu de souvenirs en tête.  Depuis l’enfance, je fais ce rêve récurrent où je me retrouve dans une chambre vide et autour de moi flottent des souvenirs qui ne m’appartiennent plus. Et tandis que j’essaye d’en attraper un maximum, ils m’échappent tous, inévitablement.

Sur cette seule photographie, en réalité, quatre situations. Au premier plan, trois Polaroïds collés sur un miroir montrent une chambre à différents moments, gardant toujours le même angle de vue et le même cadrage. Le miroir sur lequel ils sont placés permet de refléter le reste de la chambre ; ce qu’il reste de la chambre, un lit vide et un carton. La mise au point faite sur les polaroids me permet de laisser apparaitre un second plan flou. Aucune bordure du miroir n’est apparente, donnant ainsi aux trois photos instantanées l’impression d’être suspendues dans le vide.

Et si le décor de la chambre évolue, nous ne savons pas exactement combien de temps peut séparer chaque cliché, instantané. Et ces polaroids sont là, flottants, comme dans mon imaginaire, renvoyant tour à tour l’image de ce qui a existé, ici, avant. Et ce miroir permet de renvoyer l’image de cette même chambre, à cet instant précis, maintenant. Vidée de toute présence et avec pour seuls accessoires un matelas nu et un carton de déménagement, probablement rempli, de souvenirs.

Adélaïde Michel

La grande illusion

Favorite
(cc) Coline Portet 05/12/14

La photographie est une pratique magique et attractive. Voulant créer une photo représentative de ce qu’elle dégage, j’ai voulu approfondir les effets de la matière sur l’image. J’ai donc utilisé plusieurs sortes de matières, toutes transparentes ainsi que le corps humain. Ce qui m’intéresse dans ces matériaux est l’étrangeté qu’ils apportent à la photo. On a accès à l’image visualisée par l’objectif à laquelle on rajoute un voile qui vient la perturber. En jouant avec la position du corps humain et du sac plastique utilisé je souhaitais recréer un univers particulier qui reflète le fait que la photographie est spectaculaire : elle créer de l’illusion tout en percevant l’invisible.

Je suis partie de ces idées pour créer ma photo en m’inspirant également des créations de Duane Michals. Il utilise des miroirs qui donnent une vision déformante du sujet et révèle ainsi un nouveau visage, une nouvelle facette du personnage et de la vie tel que peut le faire la photographie. J’ai élevé le temps d’exposition à 30 secondes. Durant ce temps j’ai bougé de place une fois pour apparaître à plusieurs endroits dans la photo et ainsi créer plusieurs temporalités. Pendant la prise de vue, une poche plastique était scotchée devant l’objectif pour créer cette sorte de voile, de filtre parasite. J’ai décidé de faire la mise au point sur mon visage et non sur le sac plastique. Je me suis placé près du miroir, de profil à celui-ci pour qu’il me reflète lors de mes deux positions. J’ai essayé de placer le plastique à plusieurs endroits, plus ou moins loin de l’appareil et je me suis aperçu que plus le sac plastique était proche du capteur, moins on le voyait. Sur cette photo le voile n’est pas très marqué mais il est pourtant présent.

Un sac plastique vient perturber la vision de l’objectif mais il n’est pourtant presque pas visible sur l’image. Ainsi la photographie est étrange et une illusion se créée. On ne voit pas réellement la scène puisqu’on ne voit pas vraiment le sac plastique. Les couleurs qui donnent un côté vieillit accentuent ce côté éphémère qu’est l’instant présent. De plus, le fait que je sois présente mais presque transparente permet de m’ancrer en tant que sujet dans la photo et d’en dégager son esprit immortel, de montrer l’invisible. La présence du miroir crée plusieurs facettes de moi même dans un seul espace temps et mon corps inscrit à plusieurs endroits accentue également ce côté fantomatique de la photo. On capte un instant éphémère qui aussitôt vécu devient déjà du passé d’où le fait que mon corps soit à demi visible. Grâce au lignes présentes dans la photo, on a l’impression de sur-cadrage et de cadre dans le cadre qui divise l’espace en plusieurs parties alors qu’il est pourtant unique. Ainsi l’espace et le temps sont dilatés, étirés et témoignent de la magie et de l’éternité permise par la technique photographique.

Coline Portet

Chirurgie photographique

Chirurgie photographique (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)
Chirurgie photographique. (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)

Pour ce dixième billet, j’ai choisi de réaliser un collage numérique, car je suis plus créative et plus à l’aise avec un logiciel informatique, qu’avec une paire de ciseaux et de la colle. Je me suis inspirée des travaux « Age Maps » de Bobby Neel Adams qui consistent en la superposition de deux portraits d’une même personne. Ce photographe américain a centré une grande partie de son travail sur la transformation du corps humain causée par le temps et la vie. Dans les années 1980, il utilisait une technique de photomontage qu’il appelle « photo-surgery », qui consiste à modifier des portraits au travers du découpage et du collage. Le résultat est original et particulièrement bluffant dans la mesure où deux différentes périodes temporelles sont figées dans une même image, grâce à l’association de deux photographies d’une même personne, prises à deux époques différentes. C’est cette sorte de saut dans le temps immortalisé que je voulais recréer avec mon propre portrait.

Pour cela j’ai sélectionné deux photos de moi : une première très récente, et une seconde datant de mes six ans. J’ai ensuite utilisé le logiciel Photoshop pour superposer mes deux photos ; j’ai placé la seconde sur la première avant de la gommer pour ne laisser qu’une partie du visage apparente. J’ai utilisé divers outils pour incruster mon visage d’enfant dans mon visage d’aujourd’hui tout en essayant de rendre le portrait global uniforme. Le résultat donne un portrait dont le visage est constitué de deux faces temporellement différenciées. On retrouve mon visage d’enfant sur la partie gauche du portrait, et mon visage présent sur la droite. Ce portrait immortalise la transformation de mon visage au cours des 16 dernières années.

Laetitia STOFFEL

Quatre années découpées

4 années découpées (cc) Laetitia Schlup (16/03/2014)
Quatre années découpées. (cc) Laetitia Schlup (16/03/2014)

Quatre années passées… 2009 rappelant mon voyage à Londres où je n’étais encore que lycéenne. Fin 2013, portrait d’une étudiante presque en fin de ses études. A partir de ces portraits de quatre années d’intervalles, j’ai réalisé ce collage numérique. Celui-ci permet de regarder deux photos simultanément comme pour voir ces moments distancés par le temps mais réunis le temps d’un collage. Le découpage par bande des portraits, permet cette rencontre entre les deux années. Aucune des photos ne ressort pour laisser l’oeil se déplacer dans le collage. Les bandes de couleurs permettent d’harmoniser la lecture qui ne reste plus seulement verticale.

Les deux photos ont été désaturées afin de les mettre au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. Ensuite, elles ont été coupées verticalement : une bande sur deux provient de la même photo. Ce découpage rend uniquement verticale la lecture du collage. C’est pourquoi des bandes horizontales de couleurs permettent d’équilibrer l’ensemble. Ces bandes aux couleurs primaires contrastent avec le reste du collage, en niveau de gris, mais par la transparence, laissent apparaître les deux portraits pour que tout reste visible et lisible.

Laëtitia SCHLUP