Archives par mot-clé : story-board

« Satisfaction garantie » – séquence 3b : Des doutes quant à Tony…

Claire jeta un regard en dessous à Tony et baissa la voix :

– Et si jamais je le mettais en colère ?

– Inutile de parler à voix basse, dit le Dr Calvin avec calme. Il lui est impossible de se mettre en colère contre vous? [C’est] ce que nous appelons la Première Loi des la Robotique […] « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. » Tout les robots sont construits ainsi. [Nous avons besoin de] vous et de Tony pour effectuer une première expérience pour notre gouverne, tandis que votre mari se rendra à Washington afin de prendre les arrangements nécessaires pour procéder aux tests légaux.

– Cette opération serait donc illégale ?!

Larry s’éclaircit la gorge :

– Pour l’instant, oui. […] Il ne quittera pas la maison et vous ne devrez le laisser voir de personne. C’est tout… Je resterais bien avec [toi] Claire, mais je connais trop bien les robots. Il nous faut opérer avec la collaboration d’une personne complètement inexpérimentée afin d’obtenir des informations sur les cas les plus difficiles. C’est indispensable.

– Dans ce cas… murmura Claire. (Puis une pensée la frappa soudain:) Mais quelle est sa spécialité ?

– Les travaux domestiques, répondit brièvement le Dr Calvin.

Elle se leva pour prendre congé et ce fut Larry qui la reconduisit jusqu’à la porte d’entrée. Claire demeura tristement en arrière. Elle aperçut son visage dans la glace surmontant la cheminée et détourna hâtivement les yeux. Elle était très lasse de sa petite figure de souris fatiguée, et de sa chevelure floue et sans éclat. Puis elle surprit les yeux de Tony posés sur elle et fut sur le point de sourire, lorsqu’elle se souvint…

Il n’était qu’une machine.

SB1
(cc) Dorian D. (16/02/2014)
SB2
(cc) Dorian D. (16/02/2014)

Un storyboard ? David Hurst, producteur émérite soutien pourtant que cela n’est pas d’une grande utilité en dehors de l’écriture de dessins animés. Qu’importe, le paradoxe n’est-il pas fondateur du sens ? Mon extrait illustre le moment où le Dr Calvin présente le robot humanoïde à Claire Belmont. Les « débats avec la Production » ne permettent pas encore de définir avec précision les caractéristiques physiques de l’humanoïde ; de plus, les facteurs indiciels au sein de la nouvelle sont rares. C’est pourquoi j’ai pris le parti de ne pas croquer son visage. Enfin, plutôt que de réfléchir à une perspective purement artistique de cette adaptation, j’ai souhaité octroyer un caractère professionnel à cette première commande, en intégrant des annotations techniques, une représentation plus précise du décor et un détail de la position des mains de l’humanoïde. Les deux plans représentés se veulent avant tout représentatifs des deux axes de caméra les plus distincts, permettant ainsi une vision globale de l’agencement du futur plateau de tournage.

J’ai fais le choix de dessiner uniquement l’indispensable dans le cadre et de ne pas m’attarder sur des détails absents du scénario. L’utilisation du crayon à papier possède plusieurs atouts. D’abord, l’erreur est permise, la correction l’est donc tout autant, rendant ainsi possible les adaptations en fonction des modifications du scénario. De plus, une gamme de douze crayons plus ou moins gras m’ont permis non seulement une grande variétés de tons gris, mais également une grande rapidité dans l’exécution du dessin monochromatique.

Dorian D.

« Satisfaction garantie » – séquence 8

A peine eut-elle franchi le seuil de la pièce qu’elle éprouva une nouvelle surprise :
– Vous avez astiqué les meubles ?
– Le travail est à votre convenance Mme Belmont ?
Elle ne put que répondre aigrement :
– Vos pareils auront tôt fait de nous réduire chômage.
– Mais rien ne peut égaler le génie créateur et l’éclectisme d’un cerveau comme le vôtre.
Claire rougit et murmura :
– Mon cerveau ? Vous pouvez le prendre !
Tony s’approcha quelque peu :
– Vous devez être bien malheureuse pour prononcer une telle phrase. Puis-je vous aider?
Un instant, Claire fut sur le point d’éclater de rire. La situation était d’un ridicule achevé : un brosseur de tapis articulé, un laveur de vaisselle, un astiqueur de meubles… qui venait lui offrir ses services comme consolateur et confident…

 (cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)
(cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)

J’ai souhaité recréer une sorte d’univers graphique steam punk, en rapport avec la portée futuriste du propos de la nouvelle d’Isaac Asimov et de son ancrage narratif. La technologie que nous connaissons aujourd’hui est admise de tous et la projection futuriste que nous livre l’auteur est nécessairement faussée puisqu’elle n’est pas cohérente avec la réalité que nous connaissons. Le style steam punk me paraissait donc tout à fait adapté. Jules Verne, référence de cette esthétique, nous livre une vision futuriste du XIXème, et ses machines permettant de voyager dans le temps et l’espace sont d’un charme singulier de part leur excentricité improbable.

Afin d’adapter ce texte à une dynamique cinématographique, j’ai raccourci certains passages et j’ai épuré les dialogues pour aller à l’essentiel du propos. J’ai également pris des libertés pour la dernière image, il me semble que la gêne ressentie par Claire à ce moment-là est bien plus intéressante que le mépris qu’elle ressent à l’égard de Tony. J’ai donc souhaité accentuer cette émotion et représenter visuellement le malaise par le jeu d’acteur.

Jonathan Rochier

« Satisfaction garantie » – séquence 1

 » Tony était grand et d’une sombre beauté, et ses traits à l’expression inaltérable étaient empreints d’une incroyable distinction patricienne; Claire Belmont le regardait à travers la fente de la porte avec un mélange d’horreur et de trouble.

– Je ne peux pas, Larry, je ne pas le supporter à la maison.

Fébrilement, elle fouillait son esprit paralysé pour trouver une expression plus vigoureuse à sa pensée; une tournure de phrase qui réglerait une bonne fois la question, mais elle ne put que répéter une fois de plus:

– Je ne peux pas, c’est tout.

Larry Belmont posa un regard sévère sur sa femme; il y avait dans sa prunelle cette lueur d’impatience que Claire redoutait tant d’y découvrir, car elle y voyait comme le reflet de sa propre incompétence.

– Nous nous sommes engagés Claire, dit-il, et je ne peux vous permettre de reculer à présent. La compagnie m’envoie à Washington à cette condition, et j’en tirerai probablement de l’avancement. Vous n’avez absolument rien à craindre et vous le savez parfaitement. Que pourriez-vous objecter ?

– Cela me donne le frisson rien que d’y penser, dit-elle misérablement. Je ne pourrais jamais le supporter.

-Il est aussi humain que vous et moi, ou presque. Donc, pas d’enfantillages. Venez. « 

vignette1vignette2vignette3vignette4vignette5vignette6vignette7vignette9(cc) Fanny G. (16/02/2014)

Adapté dans de nombreux films et séries télévisées, le thème du robot humanoïde d’Asimov a beau avoir plus de 60 ans, il reste pourtant toujours aussi actuel. De plus en plus, les avancées technologiques nous amènent à penser que la science-fiction n’est plus qu’à un pas de rejoindre la réalité. A la fois fascinant et effrayant, que deviendrait ce reflet projeté d’un des plus classiques fantasmes de l’Homme si l’on devait adapter Satisfaction Garantie au cinéma ?

Pour rendre compte du fait que Tony ne soit pas tout à fait humain, j’ai décidé de montrer ce qui se cacherait sous sa fausse chevelure au moment où le Dr Calvin l’initialise : une boîte crânienne coupée en deux, dans laquelle reposerait des fils électriques, des batteries ou autres puces électroniques. Concernant le cadrage, j’ai privilégié les gros plans sur les visages des personnages afin de souligner leurs émotions et leurs expressions. L’ambiguïté de l’homme-robot se trouve ainsi renforcée à travers le contraste résidant entre le regard glacial de Larry et le regard touchant de Tony : serait-il capable d’éprouver des émotions ? Au contraire, Larry, apparaît en contre-plongée, en position de domination vis-à-vis de Claire, sa femme. Son regard sévère et son expression méprisante laissent supposer la tension qui règne avec Claire, écrasée par son mari. Les couleurs très contrastées apportent également plus de profondeur dans les traits des personnages et les teintes bleutées présentes dans toutes les vignettes évoquent l’univers froid et mystérieux de science-fiction. Pour réaliser ce story-board j’ai décidé d’utiliser des pastels secs afin d’apporter du volume et du relief à mes personnages, d’apporter des indications sur la future mise en lumière, mais aussi de conférer un style à la fois esthétique et expressif au story-board.

Fanny G.

« Satisfaction garantie » – séquence 14a

Résumé : Sur les conseils de Tony, Claire se rend à US Robots voir le Dr Calvin afin de demander des fonds pour les travaux qu’elle entreprend de faire dans sa maison.

Passage illustré : « Claire se retrouva dans la rue, porteuse d’un crédit illimité sur le compte de l’U.S. Robots. L’argent peut réaliser des miracles. Avec tout le contenu d’un magasin à sa disposition, les ukases d’une vendeuse n’étaient pas nécessairement redoutables; les sourcils haut levés d’un décorateur ne portaient pas la foudre de Jéhovah. Et à un certain moment, lorsque l’une des Autorités les plus Imposantes, trônant dans l’un des plus hautain sur la liste des articles qui devaient composer sa garde-robe et prononcé des contestations sur un ton dédaigneux, elle appela Tony au téléphone… »

(cc) Lisa Delpech (14/02/2014)
(cc) Lisa Delpech (14/02/2014)

Les séquences dessinées ont été choisies pour leur importance dans le récit. Ce sont uniquement des plans d’ensemble, mais se déroulant chacun sous points de vue différents. Tout d’abord, celui de Claire, puis du vendeur dans la dernière image.

En tout premier lieu, nous voyons, dans la première vignette, Claire, de dos, qui se dirige vers un magasin. Elle a en main une carte de crédit d’U.S Robots montrant qu’elle a suivit les conseils de Tony en allant, dans un premier temps, voir le Dr Calvin. J’ai décidé de ne pas adapter ce moment où Claire va à l’U.S. Robots rencontrer le Dr. Calvin, car ce passage me paraissait moins important dans le déroulement de l’intrigue. Au début du plan, la caméra fera le point sur la carte, puis la mise au point basculera sur le magasin. Ensuite, comme illustré par le second dessin, la caméra suit Claire en traveling. Elle entre dans le magasin et se dirige vers le vendeur. Celui-ci refuse de lui apporter ce qu’elle veut. La dernière vignette montre Claire qui se tourne alors et s’éloigne un peu pour téléphoner à Tony. A ce moment là, la caméra opère un traveling circulaire et nous aurons au premier plan le vendeur de dos, en semi-subjectif. A l’arrière plan, Mme Claffern entre dans le magasin, offrant ainsi une transition logique et fluide avec la suite de la séquence, (« séquence 14b »).

Lisa Delpech

« Satisfaction garantie » – séquence 4

Larry Belmont se dirigeait vers l’aéroport lorsqu’il aperçut l’image furtive de Gladys Claffern. Elle avait le type de ces femmes qui semblent faites pour être vues par éclairs fugitifs… Fabriquée avec une parfaite précision: habillée d’un œil infaillible, d’une main sans défaut; trop resplendissante pour pouvoir être regardée en face.
Le léger sourire qui la précédait et le léger parfum qui volait dans son village tenaient lieu de doigts aguicheurs. Larry sentit son pas se rompre: il porta la main à son chapeau et reprit sa marche.
Comme toujours, il ressentait cette même colère vague. Si seulement Claire voulait se faufiler dans la clique Claffern, cela faciliterait tellement les choses. Mais à quoi bon?
Claire! Les rares fois où elle s’était trouvée face à face avec Gladys, la petite sotte était demeurée muette comme une carpe. Il ne se faisaient pas d’illusions. Les essais sur Tony constituaient la grande chance de sa vie, et celle-ci se trouvait entre les mains de Claire. Combien il serait préférable de la savoir entre celles d’une Gladys Claffern!

"Satisfaction garantie" - séquence 4 (cc) Émilie Donès (09/02/2014)
« Satisfaction garantie » – séquence 4 (cc) Émilie Donès (09/02/2014)

Lors de l’étude de la nouvelle, cette séquence a été adaptée pour la rendre « visuelle », mais aussi en accentuer la dramatique. Elle a donc nécessité quelques modifications. En effet, afin d’accentuer la cohérence du récit et des motivations de Claire, Larry va tenir ces propos lors d’une discussion avec un ami dans son salon. Claire, alors dans la cuisine, surprendra cette discussion et apprendra donc ce que son mari pense vraiment d’elle. A la fin de cette séquence, Larry partira pour l’aéroport en compagnie de son ami qui l’accompagnera en voiture.

Afin de représenter au mieux la séquence qui m’était attribuée, j’ai choisi de la diviser en trois parties, chacune représentée par une vignette. Dans la première, Larry et son ami sont assis sur le canapé du salon. Derrière eux, on peut apercevoir la porte entrouverte de la cuisine. J’ai choisi ici un plan d’ensemble suivi d’un zoom avant sur la porte de la cuisine. Celui-ci doit permettre au spectateur de comprendre peu à peu que l’intérêt principal de la scène réside dans le fait que Claire surprend la conversation. Dans la deuxième illustration, on aperçoit Claire dans la cuisine en gros plan épaule. Ici le plan est serré dans la mesure où l’accent est mis sur le visage de Claire, troublée par les propos qu’elle entend. En fond, les voix étouffées de Larry et son ami seront présentes. Enfin dans la troisième vignette, la caméra se replace dans le salon mais cette fois du point de vue de la cuisine. On revoit la même scène du point de vue inverse dans le but de créer un lien cohérent et une continuité dans le récit. Cette fois, Larry se lève et s’apprête à quitter la maison en direction de l’aéroport. Il coupe court à la discussion car son ami prend la défense de Claire. Dans ce plan, on utilisera un panoramique horizontal afin de suivre l’empressement de Larry.

Émilie Donès.