Archives par mot-clé : souvenirs

Brigitte et les mouettes

Capture d’écran 2015-03-29 à 16.37.50

Aucun paysage sonore ne me transporte plus que celui des vagues. Pourquoi chercher à faire compliqué alors que l’exercice de l’écriture sonore a pour but de créer une émotion lors de l’écoute? J’ai donc choisi la simplicité d’une journée de plage, les cris des enfants bercés par les vagues et le chant des mouettes. La chanson Coquillages et crustacés de Brigitte Bardot renforce la détente que provoque l’écoute (pour moi en tout cas).

Ayant totalement conscience que le rendu est très simple, j’ai essayé de jouer sur les monos et les stéréos et j’ai tenté de rajouter des effets au nom inconnu sur les différentes pistes.

Les vacances sont arrivées, je me languis de réécouter les vagues en vrai.

Louise Tressens

Un ailleurs hors du temps

Je rentre de voyage et cette expérience a été très marquante pour moi. J’ai déjà voyagé et découvert de nouvelles cultures, de nouveaux paysages, de nouvelles personnes. Mais cette fois-ci a été très particulière. Quelque chose d’inexplicable, de curieux et de mystérieux à la fois m’a profondément marquée, touchée et même changée. Une partie de moi est toujours là-bas. Comme si j’étais revenue seulement pour quelques jours mais que ma place était là-bas. Alors toute occasion est bonne à prendre pour rester plonger dans cet ailleurs hors du temps.

J’ai recueilli des sons, des ambiances que j’aime réécouter. C’est une autre façon de replonger dans cet univers que les photos. Lorsque je les écoute je revois des images, je ressens des odeurs. Tout reprend forme. Tout est de nouveau à sa place. Le retour est très difficile. Je ne pensais pas qu’il le serait autant. Alors ce billet son est une manière de partager cette sensation et de vous emmener dans cette aventure. En mêlant des sons, des ambiances que j’ai moi-même recueilli à un chant traditionnel j’ai essayé pendant un instant de recréer, ici et maintenant, un peu de cet ailleurs, ce petit bout de terre à l’autre bout de la Terre. J’ai essayé de jouer sur la stéréo pour avoir cette sensation d’être immergée dans cet univers. Plusieurs ambiances s’entremêlent avec comme ligne directrice le chant traditionnel.  Le plus difficile est de doser les différents sons qui jaillissent pour ne pas en faire trop et noyer l’essentiel …

Maelys GOSSET

Premier hiver à Bordeaux

10836541_10205406146537629_722721411_n
(cc) Varvara Stroganova (08/12/2014)

Pendant la saison d’automne j’ai profité du beau temps à Bordeaux. Il est difficile d’y croire mais à Moscou l’hiver arrive dès le mois d´octobre. A cette période là, il n’y a plus de feuilles sur les arbres. Les moscovites commencent à devenir égris à cause de l’absence de soleil et de lumière pendant la journée, et du fait que ce mauvais temps perdure pendant au minimum six mois. J’ai beaucoup d’amis qui ont envie de quitter Moscou à cause de ces conditions climatiques. Pour ces raisons, ils profitent de l´hiver pour voyager dans les pays tropicaux, et ainsi fuir le froid. C’est pourquoi j´aimerai décrire ce que je ressens et plus précisément combien je souffre depuis que le mauvais temps est apparu à Bordeaux. Dans ma chambre à Moscou, il y a un chauffage dans lequel coule l’eau chaude pendant les six mois d´hiver. Ce chauffage commence à me manquer car avec cette chaleur je peux dormir la fenêtre ouverte en plein hiver! Chez moi, en Russie, c’est un endroit où je me sens toujours très bien et au chaud, même si dehors il fait moins 15 degrés. Alors même que je suis dans mon appartement bordelais, je dois mettre mes vêtements les plus chauds, comme si j’étais habillé pour sortir et affronter l’hiver dans la rue.

Alors, avant de prendre cette photo j’ai décidé de mettre des objets sur ma table s’associant avec le froid et l’hiver. Il s’avère que je n’en avais pas beaucoup. J’ai aussi mis mes habits les plus chauds. J’ai pris plus de 20 photos en déplaçant mes objets. En effet, j’ai essayé d’expérimenter avec les jeux de lumière et en déplaçant mes livres sur mon étagère. Les clémentines étaient si bonnes que tout au long de ma séance photo je les ai presque toutes mangées, en me rendant compte qu’il manquait toujours quelque chose pour avoir la photo parfaite. En plus, les photos étaient très illuminées à cause de mon ordinateur qui était ouvert. L’idée m’est venue de le fermer, et j’ai enfin réalisé la photo qui me semblait la plus appropriée. Vêtue de mon bonnet et de mes vêtements chauds, je me sentais tellement bien que je ne les ai pas quittés de toute la soirée!

Cette photo m’a fait penser que ce n’était peut-être pas en vain qu’en France on essayait d’économiser le chauffage, l’eau et et l’électricité. Chacun ici décide lui-même de comment il va se chauffer chez soi. En Russie, mon pays d’origine, qui possède des ressources énergétiques immenses, c’est tout à fait différent. Lors de l’hiver, infini et froid, les Russes utilisent le chauffage central. Malgré le climat sévère, les dépenses des habitants pour le chauffage restent minimes. A Moscou, j’ai régulièrement vu passer des campagnes de sensibilisation pour économiser l’énergie. Je comprenais le principe, mais ce n’est qu’en France que j’ai enfin compris l’importance de ce genre d’appels à être attentif à la nature. Pour l’instant, je ne me suis pas tout à fait habituée à économiser l’eau et l’électricité, mais je m’y fais petit à petit, apprenant à comprendre qu’il existe des endroits où l’eau et le chauffage sont précieux.

Varvara Stroganova

Toute une histoire

Manon Sultana 18/11/14 (cc)
Manon Sultana 18/11/14 (cc)

Le thème du deuxième billet:  » ce que mon « environnement personnel » peut raconter à tous. Une journée dans mon studio seule avec mon environnement. Je regarde dans mes cartons de déménagement et je vois tout mes souvenirs. Il y a des livres, des films, des photographies prisent avec un appareil jetable Kodak, des carnets de poèmes, des dessins, des affiches, etc. Je n’ai pas vraiment voulu sortir tout ça des cartons, comme si je gardais ma vie dans le noir. Et pourtant toutes ces choses en disent tant sur moi. Mais elles peuvent aussi en dire tant sur ce que l’on peut garder de nous dans des boites au fond de nos placards.

Par rapport au premier billet je ne savais pas vraiment ce que je voulais. Je pensais prendre toutes mes chemises ou mon lit, des choses qui me ressemblent tant. Mais rien ne me semblait être adapté au sujet. Et c’est là où j’ai fait le tour de mon studio. Ce ne fut pas long pour trouver ces boites sous mon bureau. Dans les objets qui me tiennent il y avait une lettre que je devais ouvrir à une certaine date, une « morte » mexicaine: « la muerte », une feuille vierge de correspondance, des billets de train pour Faire Grenoble/Bordeaux, un carnet de mes poèmes, une photo de Catherine Deneuve dans le film Les parapluies de Cherbourg avec le DVD du film à côté et toutes les photos prisent avant mon départ de Grenoble sur une même feuille. Puis j’ai vu ma table de chevet au « loin ». Pour moi une table de chevet c’est là où se trouve tous les objets qu’on utilise avant de dormir. Où l’on trouve tout ce qui nous rassure, nos habitudes, des photos, des films qu’on vient tout juste de terminer. Je trouvais intéressant de combiner cette table de chevet et mes « objets » les plus personnels. Comme si tout ces objets vivent toujours avec moi et hantent mes rêves.

J’ai mis en place de manière sentimentale ces objets que je garderai toujours dans ces cartons de traverses. Je ne suis pas une professionnelle de la photographie mais j’aime en faire. J’ai utilisé l’appareil photo de Floriane, qui est un Nikon. Avec l’objectif qu’elle avait mis sur l’appareil j’ai pris ma photo en plongée. Il n’y avait pas ma lumière centrale du studio, mais celle de la « cuisine ». Je n’ai pas voulu rajouter le flash car les couleurs me paressent plus naturelles ici. Je ne savais pas vraiment si j’allais prendre la photo au niveau de la table de chevet ou en hauteur. Les photos prisent au niveau n’étaient pas bonnes car on voyait le fond du studio et je ne trouvais pas ça esthétique. Par contre, avec le parquet en dessous la photo me paraissait plus chaleureuses et en adéquation avec cette idée de souvenirs. En tous les cas ces objets personnels auxquels je tiens, vous en avez aussi dans vos placards. Allez donc y faire un tour.

Manon Sultana

Tout change…

Tout change...(cc) Vincent Duquennoy (16/03/14)
Tout change … (cc) Vincent Duquennoy (16/03/14)

Cette référence à la chanson des Doors ne peut signifier qu’une chose : c’est triste à dire mais c’est déjà la fin de l’année ! Et ça en fait des souvenirs à se remémorer, d’où l’idée de ce collage en forme de mosaïque. Il s’agit là d’une sorte de bilan de cette première moitié de master avec tout ce qui a été accompli. Le rapport de la chanson du groupe de Los Angeles avec la mosaïque pourrait résider dans le fait qu’à la fin de la formation, l’âge adulte commencera réellement, signifiant également la fin de la vie paisible d’étudiant, pour entrer dans le monde du travail. Il s’agira là d’une des étapes les plus importantes de notre vie, à travers les choix de carrière que nous ferons.

Pour réaliser cette image, le paysage d’apocalypse est utilisé en arrière-plan, afin d’appuyer cette idée de fin. Les petites images font toutes références à des événements qui se sont produits dans l’année avec l’ensemble des personnes de la promotion, entre les soirées, les projets de courts-métrages et les examens avec notamment les différents billets. Même le portrait me représentant a été pris lors d’un TP sur la capture de photos. Le fait qu’on ne puisse pas les distinguer est un effet voulu, car les souvenirs ne sont que des bribes de notre mémoire, mais également quelque chose de privé.  Ce collage en forme de mosaïque représente donc la mémoire qui se remplit au fur et à mesure que le cours de notre existence avance, tout en espérant que la suite des événements sera tout aussi fructueuse que ce qui a été déjà accompli.

Vincent DUQUENNOY