Archives par mot-clé : rue

Jungle urbaine

Image001

Je suis partie d’une histoire de harcèlement de rue dont j’avais été témoin. L’histoire d’une jeune fille en ciré jaune, croisée il y a quelques mois, dont je parlais dans mon billet The Cigarette Duet. J’avais eu l’impression de faire mon devoir, en prenant cinq minutes ma plume féministe pour témoigner — à mon échelle — sur ces histoires de rues.

Cette fois-ci, il a fallu aller plus loin, et loin de moi l’envie de faire passer un message moralisateur, je propose ce conte moderne comme un manifeste contre le sexisme ordinaire. Une femme sur quatre a peur dans la rue, une sur cinq se fait injurier au moins une fois par an. Les anecdotes relatées dans ces deux minutes sonores sont tirées d’expériences vécues par mes amies et moi-même. Marques laissées, remarques encaissées. Quelque chose d’assez personnel en fin de compte, mais qui fera écho, j’en suis convaincue, à beaucoup d’autres femmes. Les bruits des pas rythment des mots que j’ai voulu percutants, les voix se mêlent, des battements de coeur surgissent, j’ai eu l’envie de construire une ambiance inquiétante. Dans cette jungle urbaine, être femme, c’est être proie.

Adélaïde Michel

The Cigarette Duet

The Cigarette Duet
(cc) Adélaïde Michel (20/10/2014)

« Tu n’aurais peut-être pas dû rentrer chez toi seule, en pleine nuit, alors que tu portais une jupe ». C’est sorti de la bouche d’une amie à qui j’ai confié m’être fait agresser jeudi dernier en rentrant de soirée. J’ai levé les yeux au ciel en me demandant pourquoi, en 2014, je dois encore faire attention à ma tenue vestimentaire ou bien veiller à me faire raccompagner par un ami lorsque je sors. Pour ce premier billet, j’ai eu envie de me confronter à la vie nocturne, et tenter de traduire, en un cliché ce que l’on peut y ressentir quand on y est seule, femme et victime de harcèlement de rue.

Bordeaux, Place de la Victoire, un lundi en début de soirée. Les terrasses des bars se vident à mesure que les happy hours prennent fin. C’est l’heure à laquelle les filles n’osent plus sortir seules dans la rue, ou du moins, qu’on le leur déconseille. Je m’assieds sur un large banc, mon appareil photo comme armure. Je vois cette fille débarquer de nulle part. Au loin, j’entends un homme la siffler, des paroles lui sont lancées aussi intrusives que dérangeantes. Elle les ignore, ne leur adresse ni un sourire, ni une insulte, ni un regard. Une démarche dansante. Elle est jolie et élégante. Voilà, mon sujet, c’est elle. Et tandis que j’ai l’impression d’entrer dans un rôle de voyeur, à la scruter du regard, à l’observer pendant de longues minutes, elle s’assied à quelques mètres de moi.

Je prends plusieurs dizaines de photos en gardant, à quelques exceptions près, le même cadrage et les mêmes réglages. Je tente de saisir chacun de ses mouvements. Parfois, des passants se mettront entre elle et moi, d’autre fois encore, des cyclistes derrière elle amèneront un peu de mouvement à la scène. Pourtant, c’est celle-ci que je décide de garder. Elle, assise seule, dans un duo avec sa cigarette. Il y a quelque chose d’élégant dans l’acte de fumer. Porter la cigarette à sa bouche, faire rouler la roue de son briquet, en faire jaillir une première étincelle. Celle dont le visage était dans l’ombre depuis quelques minutes s’illumine enfin à la lueur de son briquet. Ça y est, j’ai ma photo. Elle vient de se faire harceler, mais la seule émotion que je décèle dans ce visage, c’est une certaine sérénité. Le calme après la tempête.

Adélaïde Michel

Couleurs musicales

(cc) Floriane Rivery (21/10/2014)
(cc) Floriane Rivery (21/10/2014)

Mon intention première n’était pas de photographier un musicien dans la rue. Je souhaitais d’abord photographier une fin de marché, le mélange des générations en quête de leurs cinq fruits et légumes quotidiens recommandés. Je suis repartie mon appareil dans la main, déçue de n’avoir aucune photographie satisfaisante, et me suis rendu compte qu’en imaginant le cliché parfait, qu’en étant à la quête du moment parfait, je n’obtiendrais rien de bon. J’ai donc décidé de me poster dans une rue et d’observer, d’attendre que quelque chose se passe. L’heure tourne, les gens marchent, mais rien n’arrive. Je remarque bien quelques personnes, mais elles disparaissent instantanément. Je ne le sais pas encore, mais ma photographie arrive avec ce jeune homme qui sort un banjo de sa case.

J’écoute sa musique, prend quelques clichés mais tous se ressemblent, aucun ne me plaît. Puis arrive l’enfant, accompagné de sa mère : il s’arrête, tape du pied, commence à danser. Je sais qu’il sera le sujet de ma photographie. Je décide donc de m’approcher, discrètement et en restant en retrait : je ne veux pas m’immiscer dans la scène. C’est pour cela que j’ai photographié en zoomant. Je ne voulais me faire voir ni du musicien, ni de l’enfant, et souhaitais que ce dernier profite de cet instant de partage sans intrusion extérieure. L’enfant danse donc, puis tend au musicien une pièce donnée par sa mère : j’aurais pu m’arrêter là, penser que la scène se terminait et ranger mon appareil. Mais j’ai senti que cet enfant n’avait aucune envie de partir. Je suis restée et ai continué à photographier.

Ce cliché est l’un des derniers que j’ai pris avant que l’enfant et sa mère reprennent leur route. C’est le seul instant durant lequel aucun passant n’a traversé le cadre de cette photographie : il n’y a plus que ce petit garçon, accompagné, et le joueur de banjo. Pour l’enfant, il est la seule chose existante à cet instant, plus rien autour n’a d’importance. J’aime comment son expression faciale trahit son admiration face au musicien. Lui qui quelques minutes auparavant ne tenait pas en place est maintenant immobile, happé par la musique. Je n’ai pas voulu modifier les couleurs de cette photographie ou utiliser le noir et blanc. Je tenais à garder les bleus et les rouges, qui ressortent particulièrement au milieu des tons gris.

Floriane Rivery

 

Vagabonds

Sergio Larrain
Sergio Larrain

 

Un vagabond… Nous nous imaginons tous plus ou moins le même homme, ce sans-abris que nous croisons tous les jours et ignorons avec une facilité déconcertante. Et pourtant… Ne serait-ce pas nous, les vagabonds? Nous qui traversons sans cesse ces mêmes rues, cette ville, nous qui ne prenons jamais vraiment la peine de nous arrêter au milieu de ce brouhaha entraînant? Et si cet homme que nous apercevons quotidiennement figé sur un carton incarnait au contraire la sédentarité? Le monde en perpétuelle révolution ne semble pas avoir de prise sur lui, il tourne, s’agite et se retourne tandis que le mendiant s’ancre toujours plus dans le bitume (cf. publicité pour le samu social ci-dessous) et observe son environnement graviter autour de lui.

Homelessness awareness  campaign
Homelessness awareness campaign

C’est à l’aide d’un court montage sonore que j’ai souhaité raconter l’histoire d’un de ces sans-abris. Les premières secondes de la piste plante donc le décor : la rue et son froid hivernal puis sans attendre le protagoniste intervient et s’identifie à travers un enchaînement de sons évocateurs. Il marche tout d’abord et accompagne l’auditeur jusqu’à son fief, là même où il dépose son carton et passe ses journées à quémander quelques pièces. Son souffle, ses mains, son journal qu’il froisse et fourre sous sa veste évoquent les basses températures. Son gobelet et ses quelques pièces achèvent enfin d’identifier la figure humaine de cette bande son. C’est son environnement qui prend le pas ensuite et se meut de plus en plus vite autour de lui. Les sons reconnaissables des différents moyens de transport modernes s’enchaînent puis se répètent jusqu’à saturer l’espace sonore, ils incarnent une rengaine étouffante et s’opposent à la solitude et l’immobilisme du mendiant qui finit par rendre son dernier souffle au milieu de cette foule en ébullition.

Manon H.

Là Haut

1374205_10201573839539712_2141986524_n
(cc) Alison Goizet (20/10/2013)

– Je me demande qui sont ces gens installés dans ces petites cabines. Qui est assez téméraire pour oser se rapprocher autant du ciel ? Est-ce qu’on a l’impression de voler là haut ? Elle soupire puis baisse la tête et la relève à nouveau. Moi qui suis si grande, je me sens toute petite maintenant ! Son sourire est radieux.

– Pourquoi as-tu l’air si heureuse ?

– Je trouve ça drôle… Des gens qui payent pour tourner en rond ! Comme si la vie ne nous offrait pas assez d’opportunités pour ça ! C’est vrai, on passe notre temps à chercher ce qui pourra nous permettre d’atteindre notre but et une fois qu’on l’a, ce n’est jamais suffisant donc on cherche encore ! Au final, c’est perdu d’avance… C’est peut-être la raison pour laquelle ces gens sont là. Ils ont l’impression, pour une fois, d’avoir choisi de perdre.

Et que se passerait-il si la roue s’arrêtait ? Dans ce cas là, je voudrais être au point le plus haut, je me jetterais dans le vide et d’immense, je deviendrais minuscule. Les gens viendraient atour de moi, certains pleureraient et l’un d’entre eux, le plus sage, dirait :  »le manège s’est arrêté. La roue tourne, c’est fini ».

La photographie a été prise à la foire de Bordeaux par le biais d’un smartphone. Les couleurs ont été retouchées afin de donner un aspect nostalgique. On peut observer plusieurs lignes de fuite, notamment à travers les structures de la roue et la barrière sur laquelle la main de la jeune femme est reposée. La tête relevée du modèle incite à regarder vers le haut et renvoie au titre du billet. L’angle de la prise de vue est conçu de manière à donner une dimension assez haute. Pour finir, le format et le cadre rectangulaire renforcent cette idée d’immensité.

Goizet Alison