Archives par mot-clé : rêve

Le bruit des gens

C’est la première fois que je me suis retrouvée dans cette situation. La page blanche, littéralement, pas une seule idée ne me vient en tête. Le thème de ce billet son me laisse de marbre. « Bonne nuit les petits ». Je passe rarement de bonnes nuits. Je fais constamment des rêves étranges que j’oublie le matin aussitôt. Alors j’ai fouillé des archives de vidéos et sons que j’ai enregistrés la nuit. La plus belle façon de passer nos nuits depuis qu’on à dix-huit ans, c’est entre amis. Celles passées les larmes aux yeux à écouter en boucle le message d’un amoureux.  Celles à faire la fête ou à refaire le monde. À parler de sentiments. À parler de nos rêves, ceux pour le futur, et à finir par s’endormir sur un coin de canapé. Finalement ce billet son se présente comme un pêle-mêle de nos nuits, celles d’une génération qui vivant loin de ses racines, cherche sans cesse à se recréer un cocon.

Fondre dans les bras de Morphée

Je souhaitais raconter une petite histoire avec le son qu’on avait, très simple: quelqu’un rentre dans une chambre pour endormir un bébé. Je suis allée chercher des bruitages dans une banque de son, des bruits de pas, de porte qui s’ouvre et qui se ferme, des babillages de bébé. Une fois le son imposé intégrer, je voulais donner à entendre le basculement du bébé du sommeil vers le rêve, grâce à quelques notes de harpe qui m’évoque un univers magique. J’ai mis ensuite, très niaisement, une chanson tirée du Dumbo de Walt Disney, sorte de madeleine de l’enfance, un moment particulièrement émouvant du film où la mère est enfermée et câline son bébé à travers les barreaux de la prison où elle est enfermée.

Pour clore l’histoire, j’ai refermé la parenthèse du rêve toujours à l’aide de la harpe et en faisant sortir le personnage qui était rentré au début. Pour donner un petit peu plus de texture à l’ensemble, j’ai décidé d’intégrer au début un bruitage de nuit d’été, pour que le personnage qui entre ferme la fenêtre. Je trouvais que cela permettait de mieux imaginer l’ensemble, que ça donnait des indications de temps et de lieu.

Haut les cœurs

Manon Sultana (08/12/2014) (cc)
Manon Sultana (08/12/2014) (cc)

 

Un concept, il faut que je trouve un concept. A force de faire des recherches, je me dis: « Le mieux c’est de tester! ». Alors me voilà avec des ciseaux dans une main et une tranche de pain de mie dans l’autre. Pour quoi faire me diriez-vous? Pour découper une forme de visage et grâce à une lampe faire des ombres chinoises… A vrai dire, je n’arrive pas vraiment à me convaincre. Alors je promène ma souris d’ordinateur dans des photos que j’ai prises à Grenoble. Et je me souviens d’un jour où avec des amis on avait voulu essayer les « photos lévitation ». On n’avait pas vraiment préparé quoi que ce soit, sans vraiment savoir qu’il fallait un travail préparatif. Alors qu’en fait il faut faire attention au moindre détail afin de faciliter l’illusion. Tout de suite j’ai eu envie de recommencer. Pour ce billet je voulais à la fois mettre en scène ma photographie et me mettre en scène. Comme pour me prouver quelque chose. Allô Floriane, peux tu m’aider pour ma photo?

Le 8 décembre 2014 à 18h il fait 8 degrés. En robe, une chaise sous le bras et Floriane a à mes côtés, on se rend dans un square. J’apprivoise le lieu, les lumières, les angles, les ombres, etc. Tous les détails qui pourraient nuire ou améliorer la photo. C’est bon j’ai choisi l’endroit. Je pose l’appareil et je règle les réglages : la vitesse à 1/13s, l’ouverture en F4 et l’Iso en 1000. J’essaye d’appliquer les cours de photographie tant bien que mal, je souhaite avoir un peu de profondeur avec un arrière plan net. Il faisait nuit j’ai donc adapté le temps de pose à l’ouverture. Je voulais capter le plus de lumière possible. Je choisis de prendre la photo de côté afin de renforcer l’effet de lévitation. On prend une première photo avec le décor sans la chaise ni moi. Puis il ne faut surtout pas bouger. Pieds nus, je pose la chaise sur le bloc et je me positionne dessus. Il faut que j’adopte une pose de lévitation et que je pense à ce que ma posture, mes habits, mes cheveux soient en adéquation. Il ne faut pas qu’au rendu final on remarque que j’étais assise. Vu qu’il faisait nuit, il fallait aussi faire attention aux ombres ce qui fut moins évident. Un clic, surtout sans bouger l’appareil et tout est dans la boîte. Direction la maison.

Carte SD dans l’ordinateur, il faut ouvrir Photoshop. Je ne voulais rien modifier dans les saturations ou autres, seulement rendre réel mon effet. Je positionne mes calques, le décor dessous et moi dessus. A l’aide de l’outil détourage je peux faire disparaître la chaise. Vient le moment de s’attaquer aux ombres. J’essaye comme je peux d’uniformiser tout cela. Quand je vois le miracle, que dis-je la supercherie, je suis contente: ça marche. Mon illusion est là, mais quelles émotions me provoquent cette photo? Je lévite en l’air, dans une position latente. Je suis autant en train de m’élever que de tomber. Chaque personne peut se retrouver dans cet état d’attente, à la fois léger et lourd. Une main en l’air et une autre en bas. Mais ce qui me marque c’est mon regard vers le haut. Rien de calculé, un acte manqué comme il en existe tant. Comme dit la chanson Haut les cœurs du groupe Fauve:

 » Haut les cœurs, Haut les cœurs, Haut les cœurs, Il faut se dire des belles choses, qu’on gardera pour plus tard ».

Manon Sultana

Nos mondes sont multiples

Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples
Jonathan Rochier (cc) Nos mondes sont multiples

D’où germent les idées ? Quelles sont les liaisons mentales qui nous permettent de créer ? Cette photo tente de répondre à ces questions. Elle est la projection de ma réflexion, la matérialisation d’une idée naturellement irrationnelle. Le songe, univers abstrait où les fleurs sont des arbres et le temps, des horloges molles. Tout y est désordonné, disposition propice à la plus grande des créativités. Puis soudain, peut-être par pure coïncidence, une connexion s’établit. L’idée naît, la pensée la construit, le langage la matérialise sous une forme cohérent. Pourtant, de ce fatras d’objets incongrus, rien ne laissait prévoir l’harmonie.

J’ai tenté d’accumuler sur différents plans des objets hétéroclites afin de créer des espaces qui s’imbriquent les uns dans les autres. Pour cela, je disposais chaque élément dans la scène de façon à déconstruire les règles de la composition classique afin que le regard ne s’arrête jamais, qu’il lise cette image de manière cyclique. En alternant les formes circulaires et rectilignes, je voulais évoquer la complexité de la pensée et sa multiplicité.

Il y a mon reflet dans le miroir, c’est la seule image réfléchie par l’intermédiaire d’un dispositif, car ce monde est ma propre projection. Une projection complexe, quasi-psychanalytique. Elle comprend un élément de mon enfance ; le clown ainsi qu’une figurine aux proportions canoniques, représentant l’idéal créatif que je souhaite transgresser. Ce fond noir est une nébuleuse et le tissu blanc, un espace concret auquel je me raccroche pour ne pas sombrer. Cette photo explore le fond de ma réflexion, elle est donc authentique, psychanalytique et surréelle. Bien que ce ne soit pas voulue, un caractère chirurgicale lui est associé. Elle est brute, sans uniformisation, elle est ma conception du monde à travers mon esprit, alors naturellement, des démons surgissent de part et d’autres ainsi qu’une esthétique qui intrigue. Son intérêt ne réside pas dans sa structure mais bien dans son processus créatif, sa genèse.

Elephant woman

(cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)
Elephant woman. (cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)

Le portrait, c’est une chose difficile. Cela me rappel Van Gogh et son oreille, qu’il a coupée suite à une crise, avec un rasoir. Suite à cet incident, résultat d’une dispute avec son ami  Gaugin, l’artiste c’est peint avec son bandage, pour donner fin à ses jours sept mois plus tard. L’auto-portrait prend tous son sens. C’est la marque d’un déséquilibre, il témoigne de l’état de l’artiste à un moment donné. Il est annonciateur et même si il décrit physiquement le peintre, il révèle beaucoup sur sa personnalité. Je voulais travailler sur ce fait.  Témoigner de mes gouts grâce à un collage et à la modification d’une photographie de moi ne m’intéressait pas. Pas question de coller un chat à droite de l’image, la Madone Sixtine de Raphael en fond et une bobine de film sur la droite. Alors que je cherchai quoi faire, je me suis rappelée de ce rêve que j’avais fais l’autre nuit où une piqure mal faite m’avait transformé en monstre.

J’ai donc pris une photographie de moi. Je l’ai modifié numériquement sur photoshop. J’ai copier et coller différentes parties de mon visage. J’ai d’abord isolé le nez, puis les yeux, la bouche. J’ai découpé mon visage en multipliant les différentes parties qui le constituent. J’ai ensuite disposé ses bouts au hasard, en essayant de créer une forme ronde. Je les ai fusionné grâce à l’outil gomme afin qu’ils se confondent et ne soit qu’un seul et unique visage. Le noir et blanc est un choix, c’est pour rappelé l’horreur et l’angoisse présents dans mon cauchemar passé. Le résultat est une masse informe plantée sur un buste. Mon visage est totalement déformé et abstrait, il me rappel celui d’Elephant Man, film que j’ai regardé juste avant de faire mon cauchemar…

Morgane KERARVRAN