Archives par mot-clé : Rencontre

No Found

(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET
(cc) Julie Torchet (16/10/2014)

Cette photo n’était pas celle prévue. Mais avant de dire pourquoi, il faut savoir une chose quand je me balade sans mon appareil je vois des photos partout et quand je prends mon appareil les photos me fuient ! Non je ne suis pas folle et j’en ai une preuve. Photo en extérieur et collective, mon esprit s’égare et un fait banal me revient en tête : la queue d’étudiants qui attendent 30 à 45 min pour aller manger au RU ! C’est une attente que je n’ai jamais supportée et je l’évite toujours ! Je suis pourtant une habituée des chocolats du Vera Cruz. Je décide de prendre cette photo aujourd’hui, j’ai tellement de choses à faire que je veux faire cette photo rapidement. J’avais même le titre : le mangeoire. Mais voilà j’arrive un peu avant 12h30, l’heure fatidique de la cohue et oh surprise le Vera Cruz est fermé ! On est pourtant jeudi. Quand je vous dis que les photos me fuient quand j’ai mon appareil avec moi ! Je ne me laisse pas abattre et sors à la pause de 16h avec mon appareil en me disant que prendre la sortie H telle une bouche qui s’ouvre et laisse sortir un flot d’élèves pourrait être intéressant. Là encore l’université me paraît si vide, la photo ne reflète rien.

On se détend entre amies, elles ont faim, elles rêvent de Kinder bueno. Et là de l’autre côté de la place arrive un homme vêtu de blanc offrant à qui veux des Kinder Mini, coup de pub parfaitement timé. Il attire les étudiants qui passent comme un pot de miel attire les abeilles. Je traverse la place pour prendre ce mouvement et là le voilà qui traverse cette même place dans l’autre sens. Je sens encore la photo fuir, j’en ris, je commence à avoir l’habitude. Le vendeur s’arrête devant les filles. Je n’ai pas le temps de trop refaire les réglages. Le diaph est de 5, les ISO de 200 mais ce n’est pas assez, l’appareil que j’ai laissé en mode Av décide de lui-même de modifier la vitesse à 1/250. Je mitraille, le numérique a cette magie. J’aime être avec le sujet. Je resserre, la focale est non loin de 100 mm. Je veux être avec eux mais je ne peux prendre le temps de me rapprocher.

Je mitraille, les gens passent et s’arrêtent. Quand l’enthousiasme des filles à côté de moi s’arrête, la scène se vide de son éclat. Mais je l’ai vu dans le viseur, la photo qui reflétait ce moment. Elle ne vient pas des visages mâchonnant les kinders gratuits. Elle vient du slogan brodé sur la doudoune du vendeur et du sourire blanc qui éclaire le visage de ce garçon sombre. On sent le partage, on sent le plaisir. La photo est légèrement surexposée mais au final cela rend plus probant le petit bonheur éphémère qu’apporte le vendeur. Ce n’était pas la photo prévue, c’est une photo de l’instant. Peut-être est-ce ça, arrêter de chercher la photo pour prendre celle qui arrive.

Julie T.

« Satisfaction garantie » – séquence 2

Larry poussait la jeune femme en avant ; elle se retrouva frissonnante dans la salle de séjour. Il était là, la considérant avec une politesse sans défaut, comme s’il appréciait celle qui allait être son hôtesse. Le Dr Susan Calvin était également là, assise toute droite sur sa chaise, perdue dans ses pensées. Elle avait l’air froid et lointain. « Bonjour » balbutia Claire. « Claire, je vous présente Tony, un garçon formidable. Tony, faites connaissance avec ma femme. » La main de Larry étreignit familièrement l’épaule du garçon qui demeura impassible et inexpressif. « Enchanté de vous connaître, Madame Belmont » dit-il. Et Claire de sursauter au son de sa voix, profonde et suave, aussi lisse que ses cheveux et la peau de son visage. « Oh ! mais… vous parlez ! » s’écria-t-elle avant d’avoir pu se retenir. « Pourquoi pas ? Pensiez-vous trouver en moi un muet ? » Claire ne put que sourire faiblement. Elle détourna les yeux, puis l’étudia du coin de l’œil sans en avoir l’air.

(cc) Elodie Chalumeau (14/02/2014)
(cc) Élodie Chalumeau (14/02/2014)

Pour cette partie du story-board de « Satisfaction garantie », j’ai commencé par découper le texte en trois grandes actions, pouvant chacune être exprimées par une image. Ensuite, j’ai opté pour la représentation de différents angles de prise de vue et valeurs de plan. Tout d’abord un plan d’ensemble, pour la première vignette, permettant de montrer tous les personnages présents dans la scène et le décor dans lequel ils se trouvent. J’ai ensuite dessiné un plan plus serré sur Larry et Tony représentant l’approche et la présentation. Enfin, j’ai fait le choix d’un contre-champ montrant Claire étonnée d’entendre le robot parler. Le point de vue et le cadre resteront identiques durant le reste de la séquence, tandis qu’elle va changer plusieurs fois d’expression.

J’ai décidé de réaliser ce dessin au crayon, en renforçant les lignes principales à l’encre noire, mais en conservant le noir et blanc pour plus de clarté. Dans ce même objectif, j’ai choisi un décor épuré, ainsi que des personnages aux courbes et visages simples, mais me semblant correspondre aux typologies décrites dans la nouvelle adaptée. Pour plus d’exhaustivité encore, j’ai ajouté, à droite de chaque vignette, les caractéristiques principales de l’action en cours, ainsi qu’un plan au sol traduisant la position et les déplacements des protagonistes.

Élodie Chalumeau

Horoscope

(Photographe: Sergio Larrain)
(Photographe: Sergio Larrain)

Peut-on mélanger amour et Le Gorafi ? Je pense qu’on peut tout tenter lorsque l’intention est claire. La mienne ne l’était pas vraiment. Au début, je ne voulais pas faire rire. Le conducteur du scooter au troisième plan en haut de l’image descend vers nous pour finir six pieds sous terre suite à un enchaînement d’accidents spectaculaire. Faute de temps et m’apercevant que mon histoire était un peu glauque, je l’ai allégée et édulcorée en ajoutant une rencontre. Le conducteur souffrait toujours, percuté par une voiture puis ramené à la vie par une infirmière, sa sauveuse. À peine le temps de sortir les violons que c’était déjà la fin. J’ai donc, pour la troisième version, simplifié mon histoire et fait intervenir les violons au milieu pour conserver une petite touche glauque à la fin. C’est surement celle-ci, ma réelle intention.

Mais pourquoi faire souffrir ce pauvre motard? Parmi tous les éléments de cette photographie, le journal et le scooter me semblaient les plus intéressants pour raconter une histoire. Les autres ont donc servi de contexte, mélangés dans l’ambiance. Pour créer un repère visuel, j’ai ensuite choisi de ne pas sortir du cadre de la photo. Seules l’arrivée de l’homme et la sortie du scooter sont hors champ, marquant ainsi le début et la fin de la scène. Pour mettre en son cette histoire, j’ai enregistré la voix, la musique et quelques bruitages que j’ai montés et mixés avec des sons piochés dans mes banques de sons.

Gaylord Gauvrit

Le syndicat a pris des couleurs

(cc) Najib Mabchour (20/10/2013)
Le syndicat a pris des couleurs.(cc) Najib Mabchour (20/10/2013)

Dès les premières lueurs du jour, nous les croisons : le bleu, le rouge et le vert. Ces couleurs nous sont familières, mais leur visage ne l’est pas. Pourtant, ils déambulent aux quatre coins de la ville du lundi au vendredi. Leur mission nous transmettre les nouvelles informations. Parfois, nous leur accordons un regard, un bonjour ou même un début de conversation. Puis très souvent, nous sommes pris par la frénésie et le stress des transports en commun. À cette heure-là, notre seul objectif, c’est de ne pas arriver en retard. C’est dans ces moments là que nous ne leur accordons plus d’attention ; les regards s’évitent et les sourires disparaissent. Ce qui compte, c’est de leur extirper le journal des mains et de continuer notre rythme effréné. Est-ce peut-être que nous nous sommes levés du mauvais pied ? Ou peut-être que pour nous, ils font simplement partie du décor, telle une pièce de théâtre qui se jouerait chaque matin.

Distributeur de presse gratuite, tel est leur nom. Par cette photo, je désire leur rendre un certain hommage non pas qu’ils soient persécutés, mais parce qu’il y a deux ans, j’ai occupé ce poste. Si j’ai choisi cette photo, ce moment précis, je le connais bien. Une fois la distribution passée, la pression redescend. On en profite pour se retrouver. Peu importe notre couleur, nous partageons nos impressions, des moments d’humanité que nous n’avons pas pu trouver. On se réunit comme des syndicalistes pour discuter de nos conditions de travail, en se disant déjà que tout recommencera demain.

Najib MABCHOUR.

Là Haut

1374205_10201573839539712_2141986524_n
(cc) Alison Goizet (20/10/2013)

– Je me demande qui sont ces gens installés dans ces petites cabines. Qui est assez téméraire pour oser se rapprocher autant du ciel ? Est-ce qu’on a l’impression de voler là haut ? Elle soupire puis baisse la tête et la relève à nouveau. Moi qui suis si grande, je me sens toute petite maintenant ! Son sourire est radieux.

– Pourquoi as-tu l’air si heureuse ?

– Je trouve ça drôle… Des gens qui payent pour tourner en rond ! Comme si la vie ne nous offrait pas assez d’opportunités pour ça ! C’est vrai, on passe notre temps à chercher ce qui pourra nous permettre d’atteindre notre but et une fois qu’on l’a, ce n’est jamais suffisant donc on cherche encore ! Au final, c’est perdu d’avance… C’est peut-être la raison pour laquelle ces gens sont là. Ils ont l’impression, pour une fois, d’avoir choisi de perdre.

Et que se passerait-il si la roue s’arrêtait ? Dans ce cas là, je voudrais être au point le plus haut, je me jetterais dans le vide et d’immense, je deviendrais minuscule. Les gens viendraient atour de moi, certains pleureraient et l’un d’entre eux, le plus sage, dirait :  »le manège s’est arrêté. La roue tourne, c’est fini ».

La photographie a été prise à la foire de Bordeaux par le biais d’un smartphone. Les couleurs ont été retouchées afin de donner un aspect nostalgique. On peut observer plusieurs lignes de fuite, notamment à travers les structures de la roue et la barrière sur laquelle la main de la jeune femme est reposée. La tête relevée du modèle incite à regarder vers le haut et renvoie au titre du billet. L’angle de la prise de vue est conçu de manière à donner une dimension assez haute. Pour finir, le format et le cadre rectangulaire renforcent cette idée d’immensité.

Goizet Alison