Archives par mot-clé : Regard

Un regard sur le monde

(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)
(cc) Di Cioccio Alexia (02/03/2014)

Lorsque l’on est enfant,  on se demande souvent ce qu’il y a dans le ciel. Où sont partis ces gens, qui ont, un jour, disparu de notre quotidien ? Il est dit dans certaines mœurs que quelqu’un surveille nos actes, et nos moindres pensées. Cet œil est-il au dessus de nos têtes en train d’analyser nos actions et de les juger ? Peut être est-ce juste le regard bienveillant d’un être cher. Si l’on se libère des grandes théories monothéistes, on peut penser à ces instants où l’on sent un regard se poser sur nous. On a beau chercher ses yeux qui nous fixent parmi la foule, en vain. Sommes- nous trop terre à terre pour ne pas considérer le fait que nous ne serions pas les seuls dans ce monde? La possibilité que d’autres êtres cohabitent avec nous est-elle impensable? Des êtres qui nous verraient, et auraient une vision du monde qui nous entoure différente de la notre.

Afin de réaliser ma photo expérimentale, je me suis tout d’abord concentrée sur mon premier rendu réalisé pour mes billets. Je voyais la possibilité de créer autre chose avec ses enfants qui jouent. Après quelques transformations à l’aide de filtres, je me suis tournée vers mes deux autres photographies. Après plusieurs superpositions et modifications de l’opacité, je n’étais pas satisfaite du résultat. J’ai décidé de me focaliser sur le trait de lumière de l’électrocardiogramme en light painting, trouvant sa forme superposée à la première photo intéressante. Puis j’ai totalement déformé les lignes de la photographie de mon salon, de même pour les couleurs. Après quelques effets, et plusieurs hésitations dans hiérarchisation de mes calques, j’ai vu apparaître comme un œil dans l’image. Un regard caché à l’angle d’une rue, qui observerait les gens dans l’ombre. En étudiant plusieurs fois mon travail, je me suis rendue compte qu’il pouvait être une vision subjective d’une pensée, d’un souvenir. Comme si l’on plongeait dans l’esprit d’une personne pour voir la pensée se matérialiser.

DI CIOCCIO Alexia

Têtu, t’es-tu vu ?

Têtu, t’es-tu vu ? (cc) Sylvestre (25/01/2014)

Il y a des moments où, réalisant qu’on fait fausse route, notre esprit s’élève et dresse le bilan de la situation. On s’observe, on pose un regard extérieur sur soi-même. Les faits sont là, l’isolement se fait sentir. Avec les nouvelles technologies nous nous enfermons dans notre bulle, bercé par une illusion de vie sociale permanente et sans coupure, mais virtuelle.

Pour mettre en scène cette histoire, j’ai décidé d’adopter deux positions différentes en une prise de vue unique avec un temps de pose de 30 secondes, afin de créer cette dualité. Avec ce temps de pose j’ai choisi une faible ouverture (f/13) afin de ne pas surexposer l’image. J’ai choisi de plonger la scène dans le noir et de l’éclairer à l’aide d’une simple lampe de bureau, surmontée d’un sac plastique rouge afin de créer une ambiance particulière et d’atténuer la puissance de la lampe. J’ai également placé un objet devant la lampe de manière à créer une ombre au niveau du mur en pierre, car étant clair il aurait été trop présent à l’image face au lit sombre.

Le cadrage de la photographie a permis un découpage en tiers. Horizontalement, la photo est « découpée » par le haut de la barrière et la jambe gauche du personnage allongé. Verticalement on a dans le premier tiers gauche le corps, puis au centre la tête du personnage allongé et enfin le personnage debout dans le tiers droit. Le lit étant sombre, le personnage allongé a uniquement la tête en légère transparence, contrairement à son corps. Cela confirme l’état du personnage : un corps présent mais un esprit ailleurs. Aussi, les barreaux au centre de l’image renforcent l’enfermement de celui-ci. Enfin, le livre sous le lit est excentré, contrairement au smartphone qui est au centre. Le livre est comme un passé qui tend à être oublié, au profit de la technologie.

Sylvestre

Là Haut

1374205_10201573839539712_2141986524_n
(cc) Alison Goizet (20/10/2013)

– Je me demande qui sont ces gens installés dans ces petites cabines. Qui est assez téméraire pour oser se rapprocher autant du ciel ? Est-ce qu’on a l’impression de voler là haut ? Elle soupire puis baisse la tête et la relève à nouveau. Moi qui suis si grande, je me sens toute petite maintenant ! Son sourire est radieux.

– Pourquoi as-tu l’air si heureuse ?

– Je trouve ça drôle… Des gens qui payent pour tourner en rond ! Comme si la vie ne nous offrait pas assez d’opportunités pour ça ! C’est vrai, on passe notre temps à chercher ce qui pourra nous permettre d’atteindre notre but et une fois qu’on l’a, ce n’est jamais suffisant donc on cherche encore ! Au final, c’est perdu d’avance… C’est peut-être la raison pour laquelle ces gens sont là. Ils ont l’impression, pour une fois, d’avoir choisi de perdre.

Et que se passerait-il si la roue s’arrêtait ? Dans ce cas là, je voudrais être au point le plus haut, je me jetterais dans le vide et d’immense, je deviendrais minuscule. Les gens viendraient atour de moi, certains pleureraient et l’un d’entre eux, le plus sage, dirait :  »le manège s’est arrêté. La roue tourne, c’est fini ».

La photographie a été prise à la foire de Bordeaux par le biais d’un smartphone. Les couleurs ont été retouchées afin de donner un aspect nostalgique. On peut observer plusieurs lignes de fuite, notamment à travers les structures de la roue et la barrière sur laquelle la main de la jeune femme est reposée. La tête relevée du modèle incite à regarder vers le haut et renvoie au titre du billet. L’angle de la prise de vue est conçu de manière à donner une dimension assez haute. Pour finir, le format et le cadre rectangulaire renforcent cette idée d’immensité.

Goizet Alison

Que regardes-tu ?

Que regardes-tu ?
Que regardes-tu ? (cc) Laetitia Stoffel (18/10/2013)

Bordeaux. Un après-midi d’octobre. Je me promène dans le Jardin Public, armée de mon appareil photo. Un chien attire mon attention, il joue autour d’un jeune homme semblant être son maître. Je m’approche, dégaine et shoote. La photo est floue, le chien s’est couché au moment où j’appuyais sur la détente. Son maître lui fait signe, il se redresse et vient à sa rencontre. Un vélo passe à côté de moi et attire l’attention du chien qui se retourne légèrement, au moment où son maître lève les yeux. J’appuie sur le déclencheur. L’instant est figé. La photo est réussie. Le chien et son maître regardent ensemble ce qui se passe à côté de moi, tels deux complices fusionnels, et je ne peux m’empêcher de penser à la citation d’Antoine de Saint-Exupéry : « Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction ».

Techniquement parlant, j’ai pris cette photo au niveau du sol, presque à hauteur d’œil du chien. Il s’agit d’un plan dit « plan pied » (plan cadrant un ou plusieurs personnages en pied), permettant de faire figurer l’homme et l’animal en entier. J’ai passé la photo en noir et blanc, tout d’abord parce que je trouve cet effet très esthétique, mais également dans le but d’harmoniser l’arrière plan (une vieille bâtisse datant du XVIIème siècle) avec le sujet, en lui donnant un effet d‘intemporalité. Je comptais également sur l’absence de couleur pour dissuader l’œil du spectateur de venir se poser sur la tête d’un petit garçon, caché en grande partie derrière le jeune homme.

Laetitia STOFFEL

Rencontre en marche

Billet 2 SR
Rencontre en marche. (cc) Sylvestre (18/10/2013)

La rue, lieu de rencontre où les regards se croisent. C’est avec cette phrase en tête que j’ai cherché un endroit où réaliser ma photographie. J’ai voulu travailler autour d’un arrêt de tram car l’idée d’un lieu de passage où chacun regarde dans une direction différente me plaisait. Certaines personnes regardent le tram arriver, d’autres les écrans d’affichage, d’autres leurs voisins. Les lignes du tram me permettaient également de jouer sur les perspectives et ainsi créer un effet sur la photo. Après plusieurs tentatives, je me suis intéressé à une autre scène juste derrière le quai. Une photo prise sur le vif, la seule différente de la série, qui sera finalement la bonne.

Le cadrage de la photo crée un espace vide sur la droite vers lequel le regard du premier personnage est porté, comme s’il attendait quelqu’un, une rencontre. Les deux personnages sur la gauche se faisant face discutent, et se sont peut-être donnés rendez-vous là. On peut imaginer que l’étudiant à droite sera dans une interaction du même type d’ici peu. Il y a donc comme une symétrie en devenir avec le duo en discussion. En étant attentif, on distingue aussi une quatrième personne, cachée par ces deux interlocuteurs. Ici aussi on observe une symétrie, cette fois effective, entre les deux personnages solitaires. Enfin les lignes de fuite formées par les rambardes, les escaliers et les bordures des fenêtres, convergent vers un même point, une porte. Cette porte apparaît pour moi comme une entrée possible dans le cadre pour d’autres personnages, permettant ainsi d’autres possibilités de rencontres…

Sylvestre