Archives par mot-clé : réalité

pétage de cable

Nous sommes entouré par la technologie, aujourd’hui, la communication se passe via internet et les réseaux sociaux. Nous passons une grande partie de notre temps à maintenir des relations sans pour autant voir les gens en face. Ces outils sont de plus en plus nombreux et nous demandent de plus en plus d’attention.

Pour ce billet, j’ai voulu représenter l’étouffement créé par ces nouvelles technologies qui nous obligent à être continuellement connectés et disponibles. En multipliant les sons des divers réseaux sociaux et autres outils de communication du web, j’ai voulu montrer leur nombre grandissant et comment ils entourent le personnage, l’éloignant de la réalité. Jusqu’à ce que le courant le ramène sur Terre.

Camille Coquereau

Trafic à la Une

(cc) Maëlys Gosset 17/10/2014

(cc) Maëlys Gosset 17/10/2014

« France Inter, 18h, c’est l’heure du point info trafic avec Anne Fokenberg. Bonsoir. En ces départs de vacances, Bison futé conseille d’éviter les grandes villes jusqu’à 20h. A Bordeaux, de forts ralentissements sont à prévoir. Sur la rocade bordelaise intérieure dans le sens Mérignac en direction de l’autoroute de Paris la circulation sera difficile. » Vendredi soir sur la rocade, un régal ! Merci pour la prévision, c’est trop tard, je suis en plein dedans. Nous sommes des centaines d’automobilistes à subir l’oppression des bouchons, la tension est palpable dans les rangs, les moteurs chauffent. A croire que c’est l’événement national sur France Inter! Déclic ! Événement national, événement national… Le billet photo ! Je farfouille dans mon sac à la recherche de mon téléphone, allié de secours. Je n’ai pas encore le réflexe de garder mon appareil photo sur moi. Dommage…

Téléphone en main, je tente de synchroniser mon pied droit sur l’embrayage tout en réglant la prise de vue. J’essaie de jouer avec les rétroviseurs pour insister sur le flux de véhicule qui engorge les voies. Mon voisin de gauche klaxonne et me fait signe de regarder derrière. Deux motards de police, talkie-walkie à l’épaule, lunettes noires, zigzaguent entre les 3 voies. Je baisse mon téléphone. Ce n’est pas le moment de perdre 4 points…. Pour une fois, on peut dire qu’ils tombent à pic ! La police source créative : incroyable mais vrai ! Grâce à eux, je décide de prendre la photo à hauteur de poitrine, à travers le volant de ma voiture. Je fais plusieurs essais mais cela ne dégage pas grand chose si nous ne sommes pas en mouvement. Enfin on avance de quelques mètres ! Au loin je vois l’écran d’information. Parfait ! Je l’attend avec impatience… Je me rapproche. J’essaie de loin , je ne veux pas me louper. L’occasion ne se présentera qu’une fois. On roule au pas… Les feux de stop s’allument tour à tour, comme une symphonie lumineuse. Une poésie routière. Nous y voilà ! L’écran est à quelques mètres. 1ère synchro. J’avance à pas de loup. L’écran, les lumières de stop, tout est là. Clic!Clic!Clic ! Je mitraille. Concentrée sur mon écran je n’ai pas évalué la distance avec la voiture de devant qui freine subitement. Grand coup de frein. Je pile ! La conductrice de derrière panique et klaxonne. Et comme si c’était contagieux, d’autres s’y mettent. Décidément, un vrai spectacle cette rocade !

Arrivée chez moi, je découvre l’ensemble de mes essais. Certaines photos sont mal cadrées. Les clichés avec le jeu des rétroviseurs ne donnent pas l’effet souhaité. L’appareil photo du téléphone limite la prise de vue, l’angle. Il ne retransmet pas l’idée du mouvement. En revanche, celles à travers le volant laissent transparaître cette impression d’oppression des embouteillages. L’arc de cercle rétrécie le champ de vision tout en prenant en compte les éléments essentiels : les véhicules, l’écran d’information, les lumières de stop. La qualité de la prise de vue n’est pas excellente , bien au contraire. Elle est justement exécrable sur les côtés puisque ma main droite ne cessait de faire des va-et-vient entre la boite à vitesse et la route. Je ne laissais pas le temps au téléphone de faire la mise au point. Une photo prise sur le vif avec un matériel inadapté, un travail de prise de vue dans le stress (avec les forces de police juste à côté, hors de question de perdre mon permis de conduire !) et l’inquiétude (de provoquer un accident de la route !). Être concentrée sur la route et sur mon objectif : un mal pour un bien finalement !

Maëlys Gosset

Love and be loved

« La vérité sort de la bouche des enfants ». Les phrases les plus simples, les plus vraies et les plus spontanées sont bien souvent formulées par les enfants qui nous entourent remplissant ainsi les petits carnets noir dans lesquels nous notons nos meilleurs souvenirs. Lorsque nous, adultes, n’osons parfois pas mettre des mots sur les sentiments que nous ressentons, les enfants eux parviennent à nous toucher en soulevant les aspects réels d’un sentiment qui nous dévore, l’amour. J’ai décidé pour ce billet de retracer l’histoire d’une romance, des prémices à la situation finale. Ponctuée par les voix des enfants, cette écriture sonore nous démontrera que finalement, tout n’est qu’un éternel recommencement.

All you need is love. Ce texte écrit en 1967 par John Lennon et repris un nombre incalculable de fois, illustre parfaitement l’état d’esprit dans lequel se trouvent deux êtres qui s’aiment. Ainsi, j’ai choisi de greffer, la romance, l’histoire que j’ai voulu raconter, à cette chanson. Tout au long des notes, l’histoire va se tracer. Au départ l’être se trouve dans une coquille vide. Représenté par le son continu de l’électrocardiogramme, il est presque mort. Lorsqu’un jour, à la suite d’une rencontre, il s’éveille. Les premiers temps tout est rose, « c’est comme si on avait une flèche dans le coeur ». Puis plus tard, le sentiment s’essouffle, l’être souffre, « c’est comme si on avait une flèche dans le coeur ». Face à la rupture, la souffrance prend le dessus, le souffle est coupé, la vie n’a plus de sens. Jusqu’au jour où l’amour d’une tierce personne, une mère, un frère, une amie, va être ressenti comme une bouffée d’air qui aidera à panser les blessures et petit à petit oublier la douleur.

 

Dure réalité

Tous les matins ont un goût différent. Nous avons tous en tête une représentation du parfait réveil délicat qui nous permet de commencer une journée du bon pied. Aux portes de l’hiver, à l’heure où quitter les bras de Morphée s’avère une étape difficile, je me replonge, non sans une certaine nostalgie, dans les souvenirs doux que je garde de ces réveils familiaux, qui ont bercé mon enfance. La voix fluette d’une grand mère espagnole, le dynamisme quotidien d’un père qui sifflote, le bruit des vagues que l’on entend du haut de la terrasse, tant de choses qui contrastent avec la dure réalité des matins hivernaux qui riment avec froid et obligations journalières.

Ici est établi le parallèle entre le matin que j’apprécie et celui auquel je suis confrontée quotidiennement. J’ai donc divisé mon montage en deux parties distinctes. Dans un premier temps, j’ai inséré une chanson que ma grand mère m’a chanté tout au long de mon enfance pour accentuer le caractère familial. S’enchaine ensuite une traversée de la maison où se confondent les bruits quotidiens auxquels je suis habituée: mon père sifflant sous la douche, le son de la télé qui accompagne la préparation du repas et enfin l’ouverture de la porte de la terrasse qui me permet de me retrouver à l’extérieur face à la mer et au chant de ses vagues. Cette vision est soudainement coupée par le réveil retentissant qui précède un enchainement d’actions rapides qui illustrent les matins quotidiens. Le rythme dans cette seconde partie est saccadé et soutenu dans le but d’accentuer le sentiment de course journalière.

Emilie DONES

Le passage

Le matin, moment délicat entre conscience et inconscience où, encore plongés dans nos rêves, nous nous imprégnons des sons réels qui nous entourent. Tout se mélange, se transforme pour nous transporter dans un autre univers. Une paisible mélodie nous berce. Notre respiration est lente. Soudain un cri ! Notre univers est brisé. La perception des sons environnants mue. La sérénité devient tourment. Le rêve est troublé par un son de moins en moins naturel, de plus en plus proche et strident. La réalité nous appelle : le réveil, objet et état de conscience.

Mon travail a consisté à ce que les sons puissent paraître réels ou purement imaginaires, puis de les faire évoluer pour passer du rêve à la réalité. Ainsi le cri d’oiseau nocturne enregistré dans le rêve est la transposition du radio-réveil. Ayant pour objectif d’utiliser le moins de sons préenregistrés possible, j’ai créé différents enregistrements. Pour exemple : une bouche d’aération pour le vent, ma respiration lente pour marquer un sommeil apaisé, des notes de piano pour la mélodie, un rideau de douche pour l’effet de pluie battante, des frottements de plastiques dures pour les grincements de bois, etc. Ma volonté de marquer une rupture (le cri) existe pour souligner le moment à partir duquel commence le retour à la réalité, symbolisé par les sons du rêve qui disparaissent peu à peu. Une réalité bien silencieuse après le son d’arrêt du réveil : seul un léger écoulement d’eau et quelques grincements de lit se laissent entendre… 

Sylvestre