Archives par mot-clé : quotidien

Encore un matin…

Devant réaliser un billet son sur le thème de mon choix, j’ai eu du mal à me fixer sur une idée.. En y réfléchissant je me suis dis que le plus intéressant à créer était de retranscrire une partie de mon quotidien, du quotidien de tout le monde.

J’ai choisis de faire une création sonore sur le réveil puisqu’ils s’agit des premiers instants d’une journée, de la première aventure quotidienne qui est commune à tous. En associant des sons les uns avec les autres pour donner une impression de réalité et de continuité j’ai décidé d’augmenter certains bruits et d’en répéter d’autres plusieurs fois dans le billet sonore.

Je voulais montrer mon propre point de vue sur le rituel matinale qui est pour moi agaçant, ce pourquoi j’ai accentuer les sons dérangeant tels que le réveil, les bruits de pas, la toux… En ce qui concerne les répétitions de certains sons, ils visent à identifier un être dans la création sonore, à lui donner une identité et à personnalisé le billet son. La création sonore commence lentement par des ronflements qui sont rapidement perturber par le bruit du réveil, le thème de mon billet. Cet enchaînement donne vite le ton à ce qui va suivre. Les actions mécaniques du matin s’entrelacent et le billet se conclu par le bruit de la porte d’entrée qui claque. C’est la conclusion de mon billet puisque c’est la fin de la première étape de notre journée, le réveil.

Coline Portet

Evasion

(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)
(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)

C’est à tâtons que j’ai essayé d’imbriquer mes trois photographies. Ma première idée était d’appliquer le mouvement circulaire de l’une d’elles aux trois autres. J’ai commencé par les importer sur Gimp comme des calques. Cela m’a paru évident que celle des embouteillages servirait de support aux deux autres. Je l’ai rognée puis retouchée avec un filtre artistique « photocopie ». Je l’ai légèrement déformée avec l’outil « courber ». J’ai décidé d’appliquer un flou pour qu’elle ne contraste pas trop avec la dimension plus poétique de ma photo conceptuelle. Puis, pour celle plus intime, j’ai décidé de la transformer complètement et donc de lui appliquer une distorsion « Tourner spirale » ainsi que le même filtre artistique « photocopie ». Ainsi, elle servirait d’intermédiaire entre le fond (les voitures) et la forme du premier plan. Pour cette forme, j’ai sélectionné avec l’outil « baguette magique » les contours de l’oiseau imaginaire de ma photo conceptuelle, puis inverser la sélection et couper le fond. Enfin, j’ai fini par jouer avec les « teintes et saturation » des couleurs pour lui donner une teinte particulière de façon à ce que cette forme au premier plan se détache et sorte de l’image. J’ai « copier/coller » l’oiseau de manière à répéter la forme et à les superposer pour accentuer son importance par rapport au fond. J’ai fusionné les calques en jouant sur l’opacité de chacun. Et je me suis arrêtée là… La fusion des trois me paraissait enfin homogène. Comme si, naturellement, chacune avait pris sa place dans le cadre.

Entre des embouteillages et la silhouette de ma mère, il n’y a rien de plus terre à terre.  Alors en ces longs mois d’hiver, on a envie de prendre un peu de hauteur. Envie d’évasion… Et comme le dit si bien Oscar Wilde, « Les folies sont  les seules choses qu’on ne regrette jamais ». En un battement d’ailes, on s’extirpe de l’enfer du quotidien, de ce tourbillon de l’oppression, pour atteindre des sommets bien plus colorés. Comment refuser un peu de poésie dans la confusion du chaos ? Alors…Suivons l’oiseau !

Maelys Gosset

Margot le matin

Margot se maquille
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (18/11/14)

Je vis en colocation avec Margot depuis 3 ans. Je savais que c’était elle que j’allais photographier pour ce deuxième billet. Restait à savoir saisir le moment reflétant le mieux cette intimité. Et puis, ça m’a frappé : la salle de bain. C’est le moment incontournable. Tous les matins depuis trois ans, on se prépare, on se maquille, on se raconte nos peines et nos tracas, on se marre beaucoup, on est en retard, on a pas envie d’y aller. Si il y a une chose qui reste constante au fur et à mesure de l’année, c’est ce moment. Et c’est rassurant.

J’ai attendu mardi matin pour prendre ma photo. Quand Margot est allée se préparer je l’ai suivie, et le même quotidien s’est répété, sauf qu’au lieu de me préparer, j’étais dans la douche en train de la photographier depuis derrière la vitre.   J’ai beaucoup travaillé la construction de ma photo, je voulais avoir sa tête et les gouttes d’eau nettes, en laissant le reste flou. Je me suis inspirée de ce que l’on appelle le split-diopter au cinéma, c’est un effet qui existe depuis Murnau et que l’on retrouve souvent chez De Palma. A défaut d’avoir une double-lentille qui permet de faire le point sur deux endroits et d’avoir une zone de flou au milieu, j’ai pris deux photos différentes : une en faisant le point sur les gouttes, et une en faisant le point sur Margot. En superposant les deux, j’ai obtenu le résultat escompté.

Cette image dis beaucoup de moi, car elle résume un moment de mon quotidien. Le fait que la photo soit prise depuis l’intérieur de la douche renforce cette notion d’intimité. La vitre n’agit pas comme une séparation, elle n’est pas la marque d’une quelconque distance, bien au contraire elle illustre une intimité et un lien particulier. Cette photo me donne un sentiment de sécurité, elle fige ce moment de sérénité. Je pense que l’amitié que deux personnes se portent transparaît dans ces moments de routine, dans leurs petites habitudes.

Jeanne Vidal-Giraud

E=m.c2

(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)
(cc) Julie TORCHET (14/11/2014)

En rattrapant le cours de photographie, je suis tombée sur les photos de Sophie Calle dont la multitude et la simplicité m’ont touché. Je voulais faire comme elle, un triptyque sur le quotidien. Le quotidien peut apporter un bien-être : c’est une machine bien rodée qui libère l’esprit, la marque du temps passé, d’un changement, d’un tic et d’un toc. Les gens sont beaux dans leur naturel et leurs manies. J’ai donc voulu photographier mon quotidien. Beaucoup de choses se présentaient à moi, mais savoir ce qui serait intéressant pour autrui à vraiment réduit le champ.

Mon choix s’est arrêté sur un quotidien commun à tous : les courses ! C’est une obligation, une habitude que nous avons tous, mais que nous exécutons de manières différentes. Ne pouvant pas faire de triptyque, j’ai choisi une autre méthode pour montrer le quotidien qui se répète. J’ai placé l’appareil photo en face de la cuisine. L’angle est large pour garder l’impression de capter le réel et pour que techniquement, les sujets ne soient pas coupés. La vitesse d’obstruction est lente pour créer cet effet de mouvement : le sujet devient un flou coloré.

Les courses rangées, une photo est ressortie, celle-ci. Pourtant avec le recul il y a tellement de choses que je changerais, mais le cliché deviendrait trop travaillé : le quotidien serait trop mis en scène et ce n’est pas le but voulu. Dans cette image, je suis la seule en mouvement : une comparaison se fait instinctivement entre les deux sujets. Ce mouvement représente beaucoup de choses : mon compagnon travaille, se fixe sur Bordeaux, il est posé dans son quotidien ; tout au contraire, je suis étudiante, je n’ai pas d’horaires, mon avenir est incertain, mon quotidien n’est que les bribes de celui que j’avais chez mes parents et de celui que je me crée. Pourtant, les courses sont devenues notre quotidien commun : que veux-tu manger ce soir ? Nous avons donc chacun notre quotidien et un quotidien, celui du couple qui mixe les deux en un compromis plus ou moins équitable. Le quotidien est comme le temps, il est relatif.

Julie T.

Soirée d’Automne

(cc) Marion Souquet (18/11/2014)

Ce que je voudrais c’est quelque chose de simple, d’intime, de mon quotidien. En fait je crois que ce qui raconte vraiment quelque chose de mon environnement, ce n’est pas uniquement ma colocataire mais surtout ce qui est au premier plan. Les deux assiettes vides, c’est le repas qu’on s’est préparé avec les restes du frigo, on a réussi à faire quelque chose de pas mal grâce à un vieux bout de vache qui rit. Les deux verres de vin c’est les restes d’une soirée, une bouteille qui traîne depuis quelques jours, pas mauvaise. Une petite cigarette avec ça, et pour terminer une barre chocolatée avec du caramel, dont on aperçoit l’emballage. J’ai mon appareil photo dans les mains, je prends ma colocataire en photo pendant qu’on mange, qu’on boit, qu’on discute.

Pas évident pour elle, elle me regarde moins et évite l’objectif. On a fini de manger, elle allume une cigarette et je prends trois photos. La première est trop sombre et la dernière trop floue, mais celle au milieu, celle-là il y a de la lumière. C’est peut-être un peu cliché, un visage éclairé par un briquet, mais je pense que ça fonctionne. Et puis il y a d’autres lumières, celle de la télévision en face qui fait refléter son ombre sur le mur et celle du réverbère de notre rue. L’atmosphère de la photo ne semple pas très gaie au premier abord, Tiphaine est seule, dans le noir, face à des assiettes et des verres vides. Sauf que je suis avec elle, elle n’est pas seule et ça change tout, ce n’est pas de la solitude.

Ce que m’évoque cette photo c’est le partage d’un bon moment. Ça parle à beaucoup de gens une situation comme celle là, ça fait appel à des références, la plus connue étant sans doute celle de L’Auberge Espagnole de Cédric Klapisch. D’ailleurs on aperçoit l’affiche du troisième volet, Casse Tête Chinois, sur la droite et ce n’est pas un hasard si on la retrouve dans notre salon. Cette bande de copains qui se découvrent  à un endroit, qui vivent leurs vies et qui se retrouvent, j’ai envie de croire qu’on sera comme ça aussi.  On se raconte nos journées, on s’amuse ensemble, on s’ennuie ensemble, on partage chacun un peu de nous, de notre intimité, de notre quotidien. C‘est mon chez-moi, mon environnement, simple,  rassurant.

Marion Souquet