Archives par mot-clé : personnalité

A quoi tu penses ?

“A quoi tu penses ?”(cc) Émilie Donès (16/03/2014)
A quoi tu penses ?(cc) Émilie Donès (16/03/2014)

Notre apparence est, malgré ce que l’on en dit, influencée par le regard des autres. Lorsque l’on se retrouve chaque matin devant notre glace, on pense. De quelle façon allons nous façonner notre image et donc notre personnalité ? Notre inconscient prend alors le dessus. On retrace minutieusement l’image que l’on a dans nos pensées, celle qui correspond d’une certaine façon aux modèles de la société que l’on voudrait renvoyer aux autres. Que celle-ci nous corresponde ou non, nous testons. Et un jour ou l’autre, nous trouvons l’image qui nous correspond, celle qui nous représente et qui nous permet de nous sentir nous-même.

Par ce collage, j’ai voulu transmettre toute l’incertitude qui peut être ressentie par chacun. La vie en communauté impose certaines règles qui sont parfois perçues comme des barrières par certains. Afin de m’inspirer, je décide de parcourir sur internet les différents portraits réalisés grâce à la technique du collage. Lors de mes recherches, je tombe sur un collage qui selon moi me ressemble. Alors me vient l’idée de jouer de cette image sur le logiciel Photoshop. Une fois celle-ci importée, je réalise un portrait qui correspond à celui trouver sur le net. J’effectue un jeu de regards afin de créer un lien entre les deux personnages, comme si l’un venait s’inspirer de l’autre. Ici est alors établi un parallèle entre mon image et celle qui me ressemble et que je voudrais à tout prix reproduire. Je découpe alors le portrait original afin de la positionner comme surgissant de mes pensées. J’ajoute ensuite certains éléments permettant de traduire la reproduction d’une image: les lèvres et l’accessoire sur la tête.

Emilie DONES

Dansez, sinon nous sommes perdus

Dansez, sinon nous sommes perdus (cc) Émilie Donès (08/12/2013)
(cc) Émilie Donès (08/12/2013)

La danse est une partie de moi. Je danse dès que l’occasion se présente, sans jamais réfléchir, simplement car j’aime être bercée tout au long de la journée. J’ai voulu dans mon billet faire passer un message. Ce dernier est en rapport direct avec le titre « Dansez, sinon nous sommes perdus », citation de la célèbre chorégraphe allemande Pina Bausch. Ce moyen d’expression est la plus simple façon pour moi d’exprimer ce que je ressens, de me défouler mais également de m’évader. Ainsi, afin de me représenter, j’ai choisi de danser, comme à mon habitude, dans mon appartement, en accompagnant chacun de mes gestes quotidiens. Au milieu de mon environnement habituel, dimanche 20h, je décide d’écouter « Rayuela » de Gotan Project tout en mettant de l’ordre dans mon salon.

Je décide afin de représenter au mieux possible la vision de mon intimité, d’évoluer dans mon appartement, sans modifier quoi que ce soit à la disposition du mobilier et de mes effets personnels. Les lumières sont disposées de façon à représenter au mieux le sentiment chaleureux que je souhaite partager en dansant. Au premier plan, la table basse permet aux personnes visualisant la photo de se positionner en tant que spectateur.  La photographie a été prise avec un Sony Nex 5n équipé d’un objectif 18-55mm que j’ai posé sur un support stable. Après avoir défini l’angle de prise de vue, j’ai utilisé le retardateur afin de me prendre tout seule. Il ne me restait plus qu’à me positionner dans le champ et à danser de manière naturelle en oubliant l’exercice. Par choix esthétique, j’ai choisi de sous-exposer légèrement ma photographie. Parallèlement à cela, j’ai souhaité obtenir un rendu flou permettant d’accentuer l’effet de mouvement. Ainsi, j’ai choisi de travailler avec une lumière de base tamisée tout en tentant de jouer sur le couple vitesse/diaphragme. Un diaphragme plus fermé a permis au capteur de recevoir moins de lumière dans le temps imparti de la prise de vue et une vitesse réduite a permis d’accroitre l’effet de flou que je souhaitais mettre en avant.

Emilie DONES.

Julie et son goût pour la vie

Julie Tauziède
Julie et son goût pour la vie. (cc) Julie T. (05/10/2013)

Elle aime la vie, le cinéma hollywoodien, Noël et ses longs repas en famille, la nuit noire étoilée, le ciel et ses couleurs grisâtres ou orangées, elle aime regarder les étoiles, les parfums sucrés, la musique douce et l’amour avec un grand A. Elle s’appelle Julie. Un mot de cinq lettres, prononçables en deux syllabes, son prénom symbole le charme et charisme. Lorsque vous la connaîtrez mieux vous vous apercevrez qu’elle est secrète et qu’elle a besoin d’être rassurée mais qu’elle est aussi méfiante et souvent trop prudente. Julie a également un sens de la créativité, ce qui, mêlé au cinéma, lui vaut sa candidature en master Création, Production et Images. Sa couleur préférée est le rouge. Bref, tout ce qu’elle aime est représenté sur ce collage.

Il s’agit d’un collage assez coloré pour représenter la diversité de ses goûts. Son prénom est centré sur ce format papier A4, disposé en version paysage parce qu’elle pense qu’un prénom est très important dans la vie. Le prénom est quotidien, à vie et reflète une personnalité. Une combinaison d’images et de mots, un cœur, une note de musique, une étoile, autant d’objets et de mots qui sont importants pour elle. Pourquoi avoir laissé du blanc apparaître sur la feuille et n’avoir pas comblé ce vide ? Tout simplement parce qu’elle peut être parfois vide, s’ennuyer, être mélancolique, mais des éléments viennent toujours égayer sa petite vie tranquille. La bande rose montre que quand elle va bien, elle voit la vie en rose et développe un « goût pour la vie » prononcé.

Julie T.

Parmi les étoiles

Parmi les étoiles. (cc) Lisa Delpech (06/10/2013)
Parmi les étoiles. (cc) Lisa Delpech (06/10/2013)

Telles les étoiles, nous nous côtoyons les uns les autres. Chacun porte son prénom comme un emblème. Je n’ai jamais donné de l’importance à mon prénom car je considère qu’il ne me caractérise pas. Il me rappelle plutôt la phrase de mes parents : « on a choisi Lisa pour Liza Minnelli car tu seras une artiste ». Ces mots résonnent toujours en moi comme s’ils m’avaient forgé. Mais loin de me sentir unique, je me considère plus comme une Lisa parmi d’autres. Chacune ayant sa personnalité. Malgré tout je m’amusais à trouver des points communs avec d’autres Lisa plus connues. Mon âme d’artiste telle Liza Minnelli, mon côté mystérieux emprunté à Mona Lisa ou encore mon optimisme débordant à la Lisa Simpson.

Ce collage montre l’idée que je me fais de mon prénom et de moi-même à travers lui. L’arrière plan m’a paru comme une évidence, la voie lactée démontrant que je ne suis pas la seule à porter ce prénom. Elle fait aussi référence directement avec le titre « Parmi les étoiles ». Dans ces étoiles, on y retrouve aussi des personnalités, qui sont considérées comme des « star ». J’ai décidé de présenter ces personnages déstructurés car ils sont, d’une certaine manière, une partie de moi. Et sont liés à mon histoire et mes souvenirs. J’ai ensuite disposé mon prénom sous différentes formes en changeant l’ordre des lettres. Ces mots représentent l’idée qu’on a chacun notre personnalité indépendamment de son prénom. Pour moi il m’a porté chance, telle ma bonne étoile.

Lisa DELPECH

Sylvain : l’homme de la forêt

Sylvain : l'homme de la forêt. (cc) Sylvain Rio (06/10/2013)
Sylvain : l’homme de la forêt. (cc) Sylvestre (06/10/2013)

Derrière chaque prénom se cache une signification, une histoire. Sylvain est un prénom dérivé d’un prénom latin, Silvanus. Il tire son origine du mot « silva » qui en latin signifie « forêt ». Par extension Sylvain est donc l’homme de la forêt. Représenter la forêt dans ce collage permet d’une part de faire écho à l’étymologie du prénom, mais aussi d’y créer un univers me correspondant, en mettant en scène différents éléments pour exprimer une part de ma personnalité.

Recréer une forêt dense est pour moi le moyen de représenter la richesse de chacun, l’ensemble des éléments qui le construit. Le prénom est placé sur un fond uni, qui représente l’espace personnel nécessaire pour se sentir bien. Les arbres sont malgré tout là et entourent cet espace car ils sont nécessaires au bien être. On peut y voir une métaphore des proches, qui restent indispensables à l’épanouissement. Tout comme la forêt, la nuit a sa part de mystère, la lune placée en fond est là pour montrer sa face visible, mais elle a également une face discrète que seuls certains arbres peuvent toucher…

Sylvestre