Archives par mot-clé : paysage

Arbor-Essence

 

Arbor-Essence. (cc) Tristan Leyri (25/01/14)
Arbor-Essence. (cc) Tristan Leyri (25/01/14)

 

Au cours de ces derniers mois, j’ai découvert deux artistes m’ayant inspiré. Wim Wenders et Noémie Goudal cherchent à dénoncer subtilement l’emprise de l’industrialisme sur le monde naturel. Ils immiscent alors les traces du grignotage humain sur des décors neutres, juste assez pour appâter l’œil du spectateur.  La photographie permet à l’auteur de représenter tout lieu tel qu’il le souhaite. Par exemple apposer à un bois, et par là dénoncer, le reflet de l’avenir qui lui sera peut-être réservé.

Je me suis borné à réaliser la première idée qui m’est venu en tête : recouvrir des arbres de papier aluminium afin de les dénaturer. Le miroir permet de glisser cette déformation sur le fond d’une forêt vierge. Ils sont peu visibles, mais des déchets de poubelles renversées (j’ai nettoyé !) viennent aussi joncher le sol. Le mauvais temps m’a forcé à réduire la vitesse de prise de vue et à utiliser un trépied. Parmi toutes les photos ayant le miroir centré et en gros plan, j’ai choisi celle où il restait discret,  laissant dominer un sentiment d’espoir.

Le hasard a fait que le miroir récupéré et l’arbre choisit avaient à peu près la même largeur. En revoyant l’image, je découvre que celui-ci pourrait presque être transparent ou révéler un sentier secret encore jamais foulé par une paire de godasses. Peut-être que le hasard, ou bien la nature, ont aussi voulu s’exprimer un peu.

 Tristan Leyri.

Vague d’inspiration

Vague d'inspiration. (cc) Sylvain Rio (23/11/2013)
Vague d’inspiration. (cc) Sylvestre (23/11/2013)

Au cours d’une simple balade au bord de la mer, notre regard peut se trouver comme happé par un paysage, éveillant en nous une véritable « vague » d’inspiration. On se retrouve alors seul, dans une bulle, notre bulle. L’impression que le temps ralentit se fait sentir, le calme devient alors un moteur à la réflexion. Notre respiration se cale sur le son des vagues venant se briser sur le sable. L’esprit entre soudain en phase avec le décor qui l’entoure.

Pour traduire cette sensation, j’ai décidé de dessiner une plage que je connais. Je me suis aidé d’une photo afin de chercher le réalisme. Voulant exprimer une atmosphère vaporeuse, j’ai d’abord utilisé des pastels secs. J’ai ainsi créé trois zones : le ciel, la mer et la plage. Une fois ces aires définies, il a fallu jouer sur les nuances de couleurs afin de donner de la vie et du relief au paysage. Le tout a été très légèrement uniformisé avec une teinte verte, pour transcrire la lumière générale de la scène. J’ai ensuite procédé à des essais avec d’autres techniques, comme le crayon à papier, dans le but d’intégrer plus de détails, notamment sur la plage . J’ai préféré ne pas aller au bout de cette idée, car je ne voulais pas non plus que l’œil du spectateur s’attache trop à ces détails. Je pense en effet que ceci auraient nui à l’atmosphère éthérée que je cherchais à transposer. Ainsi, le concept d’un cadre sollicitant l’imagination est conservée…

Sylvestre

Solitude exotique

(cc) Elodie Chalumeau (24/11/2013)
(cc) Élodie Chalumeau (24/11/2013)

Adolescents, nous avons souvent des envies d’évasion. Au collège, lorsque j’étais fatiguée des cours de math, d’histoire ou de français, et que mon esprit tentait une escapade, j’attrapais un crayon pour me mettre à griffonner. Sur ma feuille blanche apparaissait alors un dessin, assez régulièrement le même. La mention d’un lieu qui m’inspire me ramène naturellement à ce dessin. Il prend à nouveau forme, instinctivement, sous la mine de mon crayon. Rêve de voyage, envie d’aventure, résultat de la lecture de trop de romans peut-être, résidu de films vus à la télé, expression d’une certaine solitude également, d’un appel à l’aide, d’un besoin d’isolement… Cette esquisse est l’image des peurs et des désirs d’une jeune fille âgée de 15 ans.

Crayonné comme un simple croquis, représentant vaguement une réalité dont il est permis de douter, ce dessin n’est achevé que par des nuances de gris, afin de conserver sa simplicité. L’esprit de celui qui l’observe a ainsi la possibilité d’y voir les couleurs qu’il souhaite, selon sa propre imagination. Deux palmiers au soleil, une cabane et quelques arbustes. Un bateau à l’horizon, d’où une barque semble avoir été lancée en exploration. Une personne a allumé le feu que l’on entre-aperçoit derrière les arbres, mais n’est pas présente à l’image, on soupçonne qu’elle est perdue quelque-part dans le paysage. Les ombres de prédateurs fendent la surface de l’eau.

Vue plongeante sur une île d’exil, paradisiaque mais dangereuse. Image d’une solitude exotique sur le point d’être rompue, rattrapée par l’humanité…

Élodie Chalumeau

La montagne, ça me gagne

La montagne ca me gagne
La montagne, ça me gagne (cc) Laëtitia Schlup (22/11/2013)

La montagne. Pau ayant été mon lieu de vie durant près de 10 ans, la montagne est devenue un élément majeur de mon décor quotidien. On peut admirer cette chaîne des Pyrénées quelque soit la saison : en hiver, ce mur de neige donne envie d’arpenter les pistes de ski, en été, de se balader et de respirer l’air frais. Quand je regarde cette chaîne montagneuse, je me mets à rêver, à partir dans mes pensées. La montagne est pour moi une source d’évasion. Fascinante par sa grandeur, elle m’inspire pour réfléchir : la montagne ça me gagne.

Pour réaliser ce dessin, j’ai choisi une photo de montagne, pas forcément une photo des Pyrénées, mais simplement de montagne, car c’est l’immensité de cette barrière naturelle qui m’impressionne. Puis, j’ai commencé à dessiner les trois différents plans de cette image : la plaine, les collines feuillues et enfin, la barrière rocheuse, les montagnes. Pour les couleurs, je me suis servie exclusivement de trois couleurs : vert, marron et bleu, les trois couleurs naturelles présentes dans ce type de paysage. Ce dessin a été réalisé à l’aide de pastels secs.

Laëtitia Schlup

Le Ponton des Songes

Le Ponton des Songes
Le Ponton des Songes (cc) Lætitia Stoffel (24/11/2013)

La mer, la forêt et la montagne sont les trois éléments qui m’inspirent le plus. Face à leur nature sauvage, je me sens puissante et incroyablement confiante. À travers ce dessin, je voulais représenter ce paysage grandiose, calme et impressionnant, qui m’envoûte et me rend libre. Ce lieu solennel est un endroit dans lequel je peux à la fois m’évader, me retrouver avec moi-même et partir à l’aventure, à l’assaut de mes rêves. Le ponton représente ici une invitation à plonger dans cette mer calme et à parcourir ce lieu idyllique. J’imagine me réveiller au beau milieu de ce superbe paysage, me reposer au milieu d’une mer paisible, bordée d’une immense forêt et de montagnes qui s’étirent à l’infini.

Pour réaliser ce dessin, j’ai commencé par tracer au crayon à papier les grandes lignes des montagnes et la démarcation entre la mer et la côte, puis j’ai dessiné le ponton que l’on voit au premier plan. J’ai ensuite posé les couleurs sur mon dessin. Pour cela, j’ai choisi des crayons pastels secs et des couleurs douces afin d’évoquer la sérénité que m’inspire cette vue. A l’aide d’un papier chiffonné, j’ai étalé ces couleurs. J’ai choisi de mettre du rose aux sommets des montagnes, afin de suggérer la lumière de l’aube, et ajouté quelques touches de rose au bleu de la mer, pour traduire les reflets du ciel matinal à la surface de l’eau. Je me suis ensuite attaquée aux détails. J’ai accentué les traits des montagnes, puis dessiné les arbres, ainsi que leur reflet sur la mer, pour mieux évoquer la plénitude ressentie face à un tel paysage.

Lætitia STOFFEL