Archives par mot-clé : ombre

A l’ombre de la lumière

(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014
(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014

Qu’est-ce que la lumière ? Une force, une énergie, un esprit ? Nous recevons la lumière. Elle s’impose à nous. Dans la bible, la lumière est le premier élément inventé par Dieu. Forte de symbolique, l’espoir et la liberté, la lumière donne de la légèreté aux choses, de la spiritualité. Tandis que le noir, l’obscurité, rappelle leur matérialité. L’ombre et la lumière formerait alors un tout. J’ai donc voulu essayer de contrôler et enfermer la lumière en construisant un dispositif capable de contenir cette énergie tout en traduisant la puisance de celle-ci afin d’en capter sa tangibilité. La lumière, une force, une énergie incontrôlable, en perpétuel mouvement. Qu’est-ce que la matérialité de la lumière ? Comment la contenir ? Et révéler sa part d’ombre…

J’ai accroché un mobile à une passoire en inox retournée. Le mobile en spirale étant en plastique argenté, il réfléchit la lumière de manière circulaire lorsqu’il tourne.  Une lampe allogène éclaire précisément le côté convexe de la passoire. Ainsi, la lumière s’engouffre par les petits trous du panier. J’ai disposé sous le mobile un miroir afin de prendre la photo de ce qui se passe sous cette « cage dorée ».  En choisissant une vitesse de prise de vue lente et une faible ouverture, j’ai voulu mettre l’accent sur le mouvement de la lumière (image floue) et  sur la non lumière (elle est enfermée). Seuls les petits trous du panier laissent passer les rayons lumineux. Je voulais traduire à la fois l’intense symbolique d’une énergie aussi puissante et son besoin inextricable de liberté, de mouvement, pour en dévoiler sa matérialité, son essence même.

Le résultat a été plus que surprenant ! Si l’ombre traduit la matérialité des éléments, alors, dans ce cas la matérialité de la lumière ressemblerait à un oiseau, lui-même symbole de liberté et d’espoir. J’ai réalisé plusieurs clichés sur le même modèle de dispositif avec des paramètres photographiques similaires. A chaque fois, ce qui est apparu m’a subjuguée. En voulant enfermer la lumière pour en découvrir sa matérialité, c’est l’image d’un oiseau emprisonné, tournoyant dans sa cage, qui s’est révélée. Le mouvement du mobile apparaît comme celui du battement de ses ailes. Nous ne pouvons faire face à la lumière sans être ébloui, étourdi par sa puissance. En révélant sa part d’ombre, on lève alors le voile sur sa nature profonde : libre et puissante, tel un oiseau de lumière.

Maëlys Gosset

Nova

(cc)Moyano Lucile (25/01/2014)
(cc) Moyano Lucile (25/01/2014) 

Dans l’obscurité, le feu s’approprie les formes et les couleurs des objets. Il est parfois même la raison de leur existence, comme ce halo projeté au pied de la bouteille telle une traîne impalpable. Prendre une gerbe d’étincelles en photo était la promesse de fixer un instant unique dans mon image, de découvrir après coup des formes que l’œil n’aurait pas soupçonné. C’est l’eau qui a ici servi à l’alliage des éléments, les compactant dans son reflet jusqu’à ce que se dessine cet étrange corps céleste. Il irradie dans un décor si sombre, pétillant de la promesse d’un feu nouveau.

Fascinée par la lumière que produisent les flammes, j’ai décidé de prendre celle-ci à la fois comme sujet et comme unique source d’éclairage pour réaliser ma photo. Ce sont alors une simple bougie chauffe-plat, et un de ces mini-bâtons de feu d’artifice que l’on plante sur les gâteaux d’anniversaire que j’ai placé derrière une bouteille en plastique remplie d’eau. Ainsi, la lumière se déforme et semble appartenir au liquide même, projetant un fabuleux jeu de reflets sur la table. Dans le noir complet, alors que mon petit feu d’artifice crépitait à toute allure, j’ai pu prendre ma photo.

C’est en réfléchissant sur son rapport à l’espace que nous pouvons attribuer du sens à cet OVNI lumineux. Le plan inférieur, à la fois support d’ombres et de reflets, remonte jusqu’à tracer une limite graphique entre les opposés : blanc et noir, ciel et terre, vide et matière. L’objet central reproduit cette séparation en présentant deux fluides, comme refusant de se mélanger l’un à l’autre. En haut, il s’estompe et semble se fondre dans la noirceur oppressante. Le feu parviendra-il à survivre dans tout ce vide ? Tel est le mystère de ma supernova.

Double Je

Double je. (cc) Lisa Delpech (07/12/2013)
(cc) Lisa Delpech (07/12/2013)

Mes parents m’ont toujours dit, que l’état de ma chambre représentait mon état d’esprit. “Si c’est le bazar dans ta chambre, alors c’est le bazar dans ta tête !” s’exclamait ma mère. A force d’entendre cette phrase, elle est devenue vraie. Ma chambre devenant mon endroit le plus intime de la maison, se transformant en théâtre des humeurs. Si vous voulez connaitre mes plus grandes espérances, mais aussi mon côté sombre, il vous suffit de passer le pas de ma porte.

Pour représenter cette dualité, j’ai tout d’abord fait une mise en scène avec un côté rangé et un côté en bazar. J’ai voulu donner l’impression que la chambre était coupée en deux par un axe symétrique. Pour illustrer mon propos, je trouvais que la lumière était importante. Je désirais un côté plus sombre que l’autre et malgré tout une image assez claire. La chambre étant exposée plein ouest, j’étais à contre jour pour prendre ma photo. Alors j’ai joué sur le couple diaphragme/vitesse, diaphragme à 8 (la plus petite ouverture sur mon appareil) et vitesse à 1/8 de seconde pour avoir une exposition suffisante. De plus j’ai légèrement rehaussé les ISO à 200. Pour accentuer le côté droit, ” le bon côté “, qui devait être plus lumineux, j’ai délibérément retiré le rideau droit de la fenêtre. Et pour le côté gauche, ma « part sombre », j’ai entassé des vêtements pour le rendre étouffant et moins clair. Enfin le cadre choisit se trouve en hauteur, légèrement en plongée orienté vers le sol, renforçant l’idée qu’on entre dans l’intimité et donnant l’impression que le spectateur est omniscient.

Lisa Delpech