Archives par mot-clé : nuit

Berceuse ukrainienne

Il fait dix degrés en dessous de zéro, la neige crissent sous les pas, tandis que la nuit s’abat sur Donetsk. Dans les rues de cette ville meurtrie par la guerre, on murmure toujours « bonne nuit », sans être certain qu’elle le sera. Dans le fracas des bombes, les mères tentent d’apaiser les enfants. Ils parviennent à s’endormir, malgré les détonations qui déchirent la nuit. Ils sont désormais habitués à l’enfer de la guerre à l’enfer d’une guerre qui n’épargne personne

Screen REAPER FULL

Fire in progress

Marion3photos
(cc) Marion Souquet (27/01/2015)

Au départ, j’ai pris mes trois photos de billets et je les ai superposées sur Photoshop. J’ai ensuite divisé l’image en trois parties en créant une démarcation, comme pour signifier qu’au départ il y avait trois photos et qu’elles se sont ensuite mélangées. J’ai appliqué quelques calques, joué avec la transparence, ajouté des filtres, dupliqué et modifié les images, tout cela sans idée précise. Je cherchais cependant à ce que l’on distingue toujours quelques détails importants comme les rayures du pantalon du clown, le robinet qui coule et la tête de la jeune fille. Après avoir imprimé le rendu de ces trois photos mélangées, je me suis rendu compte que l’image était beaucoup plus sombre sur papier que sur mon écran.

 J’y ai donc déposé trois bougies blanches sur les zones les plus sombres, que j’ai allumées et laissées fondre. L’avantage c’est que je ne savais pas ce que ça pouvait rendre, quelle forme prendrait la cire qui fond en s’étalant sur le papier. Après une demi-heure, une des bougies s’est éteinte, je la rallume en laissant tomber quelques gouttes sur le papier. Au bout d’une heure, une des bougies commence à s’étaler fortement sur le papier, puis elle s’éteint. Je la retire, la cire commence à durcir et j’aperçois une lune se former. Comme les bougies qui éclairent les zones d’ombres de l’image, cette lune donne l’impression d’éclairer le visage de la jeune fille en haut à gauche, de la faire ressortir grâce à ses rayons. Si j’étais candide j’y verrais presque une apparition christique.

Marion Souquet

Le bruit des gens

C’est la première fois que je me suis retrouvée dans cette situation. La page blanche, littéralement, pas une seule idée ne me vient en tête. Le thème de ce billet son me laisse de marbre. « Bonne nuit les petits ». Je passe rarement de bonnes nuits. Je fais constamment des rêves étranges que j’oublie le matin aussitôt. Alors j’ai fouillé des archives de vidéos et sons que j’ai enregistrés la nuit. La plus belle façon de passer nos nuits depuis qu’on à dix-huit ans, c’est entre amis. Celles passées les larmes aux yeux à écouter en boucle le message d’un amoureux.  Celles à faire la fête ou à refaire le monde. À parler de sentiments. À parler de nos rêves, ceux pour le futur, et à finir par s’endormir sur un coin de canapé. Finalement ce billet son se présente comme un pêle-mêle de nos nuits, celles d’une génération qui vivant loin de ses racines, cherche sans cesse à se recréer un cocon.

When the light comes down

En parlant de nuit, on pense au rêve, à l’irréel. Mais c’est aussi la réalité qui ne sort pas au grand jour. Pour mon billet son, j’ai voulu montrer le paradoxe de la nuit devenant cauchemardesque. C’est une histoire que j’ai vécue que j’ai tentée de retranscrire. Celle d’une baby-sitter qui tente de protéger les enfants des disputes de leurs parents, en leur bouchant les oreilles pour qu’ils n’entendent pas. L’ambiance confinée d’une maison où la télé est allumée et les enfants jouent se dégrade lorsque la nuit arrive et que les parents rentrent. Comment souhaiter une « bonne nuit » à des enfants dans ces conditions ?

La plupart des sons viennent de banques de sons libres de droit, j’ai également utilisé ma voix pour la baby-sitter et la voix des enfants. J’ai choisi de mêler l’anglais et le français car cette anecdote vient de mon expérience en tant que jeune fille au pair, dans un pays anglo-saxon. Je ne voulais pas non plus qu’on identifie les propos de la dispute, pour que ce ne soit pas un évènement en particulier. Pour que l’on comprenne que ces incidents ne sont pas si anodins.

Camille Coquereau

Fondre dans les bras de Morphée

Je souhaitais raconter une petite histoire avec le son qu’on avait, très simple: quelqu’un rentre dans une chambre pour endormir un bébé. Je suis allée chercher des bruitages dans une banque de son, des bruits de pas, de porte qui s’ouvre et qui se ferme, des babillages de bébé. Une fois le son imposé intégrer, je voulais donner à entendre le basculement du bébé du sommeil vers le rêve, grâce à quelques notes de harpe qui m’évoque un univers magique. J’ai mis ensuite, très niaisement, une chanson tirée du Dumbo de Walt Disney, sorte de madeleine de l’enfance, un moment particulièrement émouvant du film où la mère est enfermée et câline son bébé à travers les barreaux de la prison où elle est enfermée.

Pour clore l’histoire, j’ai refermé la parenthèse du rêve toujours à l’aide de la harpe et en faisant sortir le personnage qui était rentré au début. Pour donner un petit peu plus de texture à l’ensemble, j’ai décidé d’intégrer au début un bruitage de nuit d’été, pour que le personnage qui entre ferme la fenêtre. Je trouvais que cela permettait de mieux imaginer l’ensemble, que ça donnait des indications de temps et de lieu.