Archives par mot-clé : nouvelle

“Satisfaction garantie” – séquence 22

Laurence Belmont passa devant le bureau du Dr Calvin, et, mû par une imputation soudaine, frappa à la porte. Il trouva la psychologue en compagnie du mathématicien Peter Bogert, mais il n’hésita pas pour autant.

– Claire m’a déclaré que l’US Robots a payé tout les frais de transformation de ma maison… dit-il.

– Oui dit le Dr Calvin. Nous avons assumé ces dépenses, estimant qu’elle faisaient nécessairement partie d’une expérience pleine d’enseignements. Votre nouvelle situation d’ingénieur associé vous permettra désormais d’entretenir ce train de vie, je suppose.

– Ce n’est pas ce qui m’inquiète. Du moment que Washington a approuvé les tests, je pense que nous pouvons nous procurer un nouveaau modèle TN dès l’année prochaine.

Il fit le geste de sortir avec hésitation, puis se ravisa avec non moins d’hésitation.

– Eh bien, Monsieur Belmont ? demanda le Dr Calvin après un léger silence.

– Je me demande… commença Larry. Je me demande ce qu’il c’est réellement passé chez moi durant mon absence. Elle — Claire — me semble tellement différente. Ce n’est pas seulement son apparence… bien que je sois littéralement stupéfait, je l’avoue. (Il eut un rire nerveux.) C’est elle ! Et pourtant je ne reconnais plus ma femme… Je n’arrive pas à m’expliquer…

– A quoi bon chercher ? Êtes-vous déçu en quoi que ce soit des changements intervenus ?

– Au contraire. Mais  cela ne laisse pas de m’effrayer un peu, voyez-vous…

– A votre place, je ne me ferais pas de soucis, Monsieur Belmont. Votre femme c’est fort bien tirée de l’aventure. A franchement parler, je n’attendais pas que l’expérience des enseignements aussi complets. Nous savons exactement quelles corrections il conviendra d’apporter au modèle TN, et le mérite en revient entièrement à Mme Belmont. Si vous voulez le fond de ma pensée, j’estime que vous êtes davantage redevable de votre avancement à votre femme qu’à vos propres mérites.

Cette déclaration sans fard fit tiquer visiblement Larry. [Note de la réalisatrice : Il serre les mâchoires.]

– Du moment que cela ne sort pas de la famille… conclut-il de façon peu convaincante avant de prendre congé.

P1030581
(cc) Sarah Vasseur (28/03/2014)

Ce passage de la nouvelle est essentiellement centré sur le dialogue. Il existe deux temps : Celui où Larry marche dans le couloir et entre dans le bureau, puis les échanges entre lui et le Dr Calvin. Le dialogue en lui-même comprend deux moments-clefs : Celui où Larry sous-entend qu’il s’est probablement produit quelque chose de « pas très catholique » pour que Claire ait changé à ce point, et celui où le Dr Calvin lui assène qu’il n’aurait jamais eu seul les talents nécessaires pour obtenir une promotion, sans les miracles réalisés par sa femme durant l’expérience… Les trois vignettes proposées ci-dessus représentent ainsi ces différents éléments…

A l’aide de mon crayon à papier et de quelques crayons de couleur, j’ai choisi de représenter un plan de Larry dans le couloir, on le suit en traveling ; puis un plan d’ensemble, valable pour ses entrée et sortie, mais aussi pour resituer ponctuellement la conversation dans le décor du bureau ; enfin un plan serré sur le visage de Larry, pour mieux capter ses émotions et les différentes expressions de son visage. J’ai souhaité « mixer » l’univers futuriste d’Asimov, avec le côté vintage des personnages dû à l’année de publication de la nouvelle. J’ai choisi paradoxalement de donner un côté « rétro » au laboratoire du Dr Calvin, lui conférant ainsi l’aspect d’un cabinet de « psychanalyste pour robots ». En revanche, je souhaitais que le couloir de l’US Robots soit résolument futuriste, en s’affranchissant des règles de l’architecture contemporaine. Ici, les murs sont incurvés, donnant au décor l’aspect d’un tunnel qui n’est pas sans rappeler l’intérieur du vaisseau de 2001 Odyssée de l’Espace.

Sarah Vasseur

“Satisfaction garantie” – séquence 19 : Ciel, les rideaux !

(Vignette n°1)… A ce moment, la sonnette de la porte d’entrée tinta. Elle se débattit quelques instants, le souffle court ; (vignette n°2) l’instant d’après, il avait disparu et de nouveau la sonnette se faisait entendre. Son grelottement intermittent se renouvelait avec de plus en plus d’insistance. (Vignette n°3) Les rideaux des fenêtres de façade avaient été ouverts. Or, ils étaient fermés un quart d’heure plus tôt. Elle en était certaine. (Vignette n°4) Par conséquent, on les avait vus. Tous avaient dû les voir… et ils avaient tout vu… tout !

Dessin Julie Morales
(cc) Julie Morales (23/03/2014)

Faire un story-board fait appel à deux compétences minimum : la réalisation et le dessin. Cela signifie qu’à partir du scénario, il faut imaginer son découpage en plans et mettre en scène l’événement (valeur de plan, cadrage, mouvement des personnages, mouvement de caméra). Une fois tout cela imaginé, il faut le dessiner ! Sachant qu’entre ces deux compétences demandées, je ne possède que la première (la seconde m’ayant été refusée à la naissance), j’ai donc décidé de privilégier la compréhension. J’ai donc effectué un découpage efficace et ajouté aux dessins des indications pour le chef opérateur, le chef électricien et l’ingénieur du son.

Après avoir lue la nouvelle, j’ai découpé mon texte en quatre plans correspondant à quatre unités de temps distinctes : la scène où ils sont surpris par la sonnette ; la scène où elle se retrouve seule et tourne la tête vers la fenêtre ; un insert sur la fenêtre et un contre-champ sur son visage effrayé lorsqu’elle comprend que les gens ont pu les voir, car les rideaux étaient ouverts. J’ai choisi la lumière comme fil conducteur de ces quatre plans. Ainsi, j’ai d’abord placé la fenêtre puis les personnages, j’ai défini les valeurs de plans et enfin je suis passée à l’aspect pratique. Les modèles de dessin m’ont grandement aidés !

Julie Morales

« Satisfaction garantie » – séquence 17 bis

« Elle avait lancé les invitations et, comme Tony l’avait prévu, elles furent agrées. Il ne lui restait plus à présent qu’à attendre l’ultime soirée. Elle vint en son temps. La maison était méconnaissable au point qu’elle s’y trouvait presque étrangère. Elle la parcourut une dernière fois – toutes les pièces avaient changé d’aspect. Elle-même portait des vêtements qui lui eussent paru invraisemblable autrefois… mais une fois qu’on a osé, ils vous apportent confiance et fierté. Devant le miroir elle essaya une expression d’amusement condescendant et le miroir lui renvoya magistralement sa moue hautaine. Qu’allait dire Larry ?… Curieuse chose, elle ne s’en inquiétait guère. Ce n’est pas lui qui allait apporter des jours d’activités passionnées. C’est au contraire Tony qui les emporterait avec lui. Phénomène étrange entre tous ! Elle tenta de retrouver l’état d’esprit qui était le sien, trois semaines auparavant, et n’y parvint aucunement. »

(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)

Le storyboard. Comment donner vie à une séquence, traduire le texte en image ? Je devais illustrer le passage ci-dessus et tenter de comprendre comment il nous serait montré au cinéma. Chercher la mise en scène, les plans les plus judicieux, afin de rester fidèle au récit original, mais surtout de rendre possible l’adaptation cinématographique.

J’ai opté pour un travelling latéral nous révélant les pièces de la maison transformée, plutôt que suivre la protagoniste au travers des différents espaces, car je ne pense pas que ce point de vue aurait été intéressant uniquement pour désigner la transformation des lieux. Il aurait au contraire, centré l’action sur le personnage de Claire marchant à travers la maison. Sur la seconde vignette, j’avais imaginé une nouvelle fois un travelling mais vertical cette fois-ci, suivant le corps de Claire – et donc sa propre métamorphose – des pieds jusqu’au menton. Elle est en train d’ajuster ses nouveaux vêtements devant le miroir. Un symbole fort. Elle contemple son reflet de femme digne et fière, capable de rivaliser avec ses voisines. Le travelling s’arrête juste avant de dévoiler le visage de Claire, nous passons au plan suivant. Le gros plan nous présente son reflet dans le miroir, une partie d’elle, de dos, en amorce. J’ai choisi cet angle de vue pour illustrer ce qui était dit dans le texte. Son expression devant le miroir, la contemplation de la « nouvelle » elle, celle qui va accueillir les mégères et qui se sent armée face à l’adversité, grâce à ses nouveaux vêtements.

J’ai imaginé le personnage de Claire, une fois « relooké » par Tony, comme une sorte de « Bree Van de Kampt » (personnage de la série Desperate Housewives), une beauté distinguée des quartiers chics. Je l’ai habillé d’un chemisier de satin bleu pour renforcer le côté « banlieusard » et renforcer la dignité du personnage à arborer des vêtements qu’elle n’osait porter autrefois et qui la rendent fière aujourd’hui.

 Chloé Hernandez

« Satisfaction garantie » – séquence 21

« Et en reconduisant ses invités, elle surprit un dernier murmure anonyme et entrecoupé : -…jamais vu un être… d’une telle beauté… »Elle sut alors ce qu’il l’avait permis de les traiter avec  autant de dédaigneux détachement. Quel les loups hurlent donc ! Mais qu’elles sachent, ces péronnelles, qu’elles pouvaient bien être plus jolies que Claire Belmont, et plus riches, et plus imposantes…mais pas une seule d’entre elles -pas une seule-n’avaient une amoureux aussi beau ! Et puis elle se souvint, une fois de plus, que Tony n’était qu’une machine, et elle sentit sa peau se hérisser. – Allez vous en ! Laissez moi ! s’écria-t-elle à l’adresse de sa chambre. Puis elle se jeta sur son lit. Elle ne cessa de pleurer durant toute la nuit. Le lendemain, un peu avant l’aube, alors que les rues étaient désertes, une voiture vint s’arrêter devant la maison et emporta Tony ».

(cc) Florence Delavaud (23/03/2014)
(cc) Florence Delavaud (23/03/2014)

Adapter une nouvelle en images et plus précisément en Storyboard, voici un travail qui me plaît. Cela permet d’imaginer le film, le penser et le concevoir à l’avance. Quel plan vais je utiliser pour matérialiser telle situation, telle expression ? Je deviens un réalisateur dont l’outil n’est pas la caméra mais le crayon et l’imagination. Isaac Asimov est, de plus, un maître de la science fiction, écrivain prolifique et visionnaire. Qu’a t’il vu, lui en tant qu’auteur ?

Le travail d’écriture est finalement le même que celui de ce billet : il s’agit d’esquisser les pièces, les paysages, les personnages, tout est à créer. Je ne sais pas quel matériel utiliser. Plusieurs techniques sont possibles, à condition d’être clair et lisible. J’opte pour le crayon papier, un contour encre noire, un feutre gris, et des crayons de couleurs. Quelques gribouillages plus tard, et plusieurs feuilles arrachées, les idées se mettent finalement en place et le storyboard prend forme.

Florence Delavaud

« Satisfaction garantie » – séquence 18

La pendule sonna huit heures qui lui parurent  autant de pulsations chargées d’angoisses. Elle se tourna vers Tony:

« Ils vont bientôt arriver il ne faut pas qu’ils sachent… »

Elle le considéra un moment d’un regard fixe

« Tony » dit-elle d’une voix à peine perceptible. « Tony ! » répéta-t-elle avec force, et cette fois ce fut presque un cri de douleur. Mais ses bras l’enlaçaient à présent le visage du robot était près du sien; son étreinte s’était faite impérieuse. Elle perçue sa voix au milieu d’un tumulte d’émotions où il lui semblait se perdre comme au fond d’un brouillard.

« Claire, disait la voix, il est bien des choses que je ne suis pas fait pour comprendre, et ce que je ressens est sans doute de celles-là. Demain je dois partir et je ne le désire pas. Je découvre qu’il y a plus en moi que le simple désir de vous satisfaire. N’est-ce pas étrange ? »

Son visage s’était rapproché; ses lèvres étaient chaudes mais ne laissaient filtrer aucune haleine… car les machines ne respirent pas. Elles allaient se poser sur celle de la jeune femme.

…..A ce moment la sonnette de la porte d’entrée tinta.

(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (le 23/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (23/03/2014)

« Satisfaction garantie », où comment les robots – créés par des hommes – ont sauvé la vie des hommes, en permettent à leurs femmes de rester gentiment au foyer, avec de beaux habits, en plus. Dommage, j’aime beaucoup cette nouvelle, quand même. Ces derniers temps je regarde cette série « Real Humans », une fiction fantastique parlant de vrais-faux robots. A mon avis, ils se sont un peu inspirés des nouvelles d’Asimov. C’est suédois, l’ambiance y est très lumineuse, un peu comme dans les publicités Kinder (celle d’il y a longtemps, avec le petit garçon blond, pas celle avec le joueur de tennis).

Pour ce story-board, j’ai donc décidé de faire l’inverse. J’ai essayé de retranscrire une atmosphère très sombre, permettant d’être en adéquation avec les émotions de Claire. Plutôt que d’enchainer des plans où elle se tourne, marche, bouge, je voudrais que l’éclairage remplace les mouvements des personnages. Cette scène comporte beaucoup de gros plans ou de plans serrés : c’est un moment clef dans la nouvelle, celui où le robot avoue qu’il a des sentiments qu’il ne comprend pas (notons qu’il n’y a pas que les robots qui ne comprennent rien). Le seul plan « large », vu de loin, sera celui de la porte sonnant la fin de leur union, une ouverture sur autre chose, une autre vie pour Claire et Tony.

Morgane Kerarvran