Archives par mot-clé : musique

Il est l’heure

Pour ce billet son, j’ai choisi de raconter une histoire autour de deux personnages : un enfant et une baby-sitter. Au départ, je me suis enregistrée en train de parler avec un ami, j’avais dans l’idée de prendre sa voix puis de moduler sa voix afin de la rendre plus aigue. Après avoir regardé plusieurs tutoriaux et explications sur Internet sur comment changer la voix sur Reaper je n’ai pas réussi à trouver l’effet adéquat. La voix n’était plus très naturelle avec les effets vocaux que j’avais pu trouver. J’ai donc décidé de garder la voix de « l’enfant » telle quelle, je me suis dit que cela pouvait rajouter au côté humoristique et improbable de la situation.

Pour donner du rythme à cette histoire j’ai rajouté d’autres sons pris sur des banques de sons, tels qu’une sonnerie de téléphone ou encore des bruits de pas. La difficulté était de réussir à intégrer le son de la boîte à musique tout en ne perdant pas au niveau du rythme. Mon histoire est donc une histoire que j’ai essayé de rythmer, un dialogue entre deux personnes auquel s’intègre différents «moments » sonores, différentes types de son ; une histoire, une chanson, un son de boîte à musique…

 Marion Souquet

Quai des adieux

Manon Sultana (c) 2015
Manon Sultana (c) 2015

Ecrire l’histoire qui se passe avant la photographie, une grande première. Par contre, les adieux à la gare je connais. Ma photographie montre deux inconnus amoureux se disant au-revoir sur le quai de la gare. Ce moment là me rappelle Les parapluies de Cherbourg et la poésie. Alors j’ai essayé d’écrire un texte racontant l’histoire des deux amoureux mais sans succès. Alors j’ai cherché le synopsis du film Les parapluies de Cherbourg et j’en ai modifié le texte. A la fin j’ai rajouté une prise de son directe du lien entre ce film et ma photo: deux amants se disant au revoir sur le quai de la gare comme pour Geneviève et Guy à Cherbourg. Le lien texte et son me parait poétique, ce qui me touche. Alors je me décide a m’enregistrer en lisant le texte. Je pose cette bande son sur Reaper et je télécharge des bruitages de personnes dans une gare, d’annonce SNCF, la chanson des parapluies de Cherbourg, d’un sifflement de train etc. La musique commence par une annonce SNCF de départ de train retenti, avec en fond des bruits de pas de passants. Puis je voulais que la musique des Parapluies parte en même temps que la lecture du texte, mais doucement. La fin du texte est coupé par un sifflement de train puis par l’annonce finale du départ du train. Je trouve que cette musique est adaptée à la photographie des deux amoureux qui s’embrassent peut être pour la dernière fois pour un temps inconnu de tous. C’est un moment hors du temps entre deux personnes qui se quittent. 

 

Vibrato

Vibrato
(cc) Gaylord Gauvrit (12/01/14)

Dans un précédent billet, j’avais déjà exprimé ma passion pour la musique. C’est le lieu où j’aime me perdre pour me reconnecter avec moi-même; un lieu de sensation et d’expression. Depuis plusieurs années déjà je l’utilise comme carnet de bord personnel, comme l’outil le plus pur pour m’exprimer. J’y mélange les instruments et les genres à la recherche d’une vibration sensorielle. Je n’y explique ni ne montre rien, je m’y découvre et m’ouvre sincèrement à qui saura écouter.

A défaut de pouvoir vous montrer le résultat, je vous présente ici l’outil: mon violon. J’ai choisi de vous positionner à ma place car c’est ici, le menton au contact de la caisse de résonance que la vibration est la plus forte. Pour créer cet effet, j’ai pris la photo en tenant naturellement mon instrument et j’ai positionné le plus petit appareil photo à ma disposition, mon téléphone portable, entre mes yeux et ma main. J’ai finalement pris soin de ne pas faire le point sur ma main car le sujet n’est pas là. Il est dans la vibration produite par l’ensemble.

Vous voici donc aux premières loges, dans ma tête. Vous regardez sans distinguer. Ce mur blanc sur lequel tout reste à écrire vous aveugle. Vous êtes prêt à écouter ce que vous vouliez voir. Soudain, l’instrument résonne.

Gaylord Gauvrit

Le blabla de l’amour.

J’ai choisi d’utiliser le thème de l’amour dans ce billet son. L’amour est un sentiment d’affection, d’attirance sentimentale et sexuelle entre deux personnes. C’est un sentiment d’attachement et d’affection mutuelle. L’amour est un sentiment de tendresse. Désir passionné ou amour romantique, l’amour agit comme un facteur important dans les relations sociales. L’amour se découvre souvent à l’adolescence. Mais alors comment les enfants définissent-ils l’amour ? Bisous, fleurs, câlins, autant de tendresses adressées à l’être aimé. C’est quelque chose de beau, de joli, drôle et léger. L’amour fait partie de notre quotidien, qu’il soit dans notre vie ou dans un film que nous regardons.

Pour réaliser ce montage j’ai pris des bouts de phrases qui me semblaient les plus pertinents et rendent compte de la vision des enfants sur l’amour. Les phrases montées sont plutôt courtes. J’ai ajouté une musique douce, un peu nostalgique pour donner une ambiance au thème de l’amour. Le son de guitare se marie avec les propos des enfants qu’ils tiennent sur l’amour. La musique peut susciter de l’émotion. L’amour occupe ainsi une place centrale dans la psychologie humaine, ce qui en fait un des thèmes les plus courants de l’art, et donc de la musique. L’instrumental qui accompagne les paroles d’enfants est mélodique et mélancolique. « L’amour est quelque chose de beau qui peut parfois être moche et faire pleurer ». Cela peut-être triste à la fin d’une relation ou si « on n’a pas d’amoureux » comme le disent les enfants.

Julie T.

C’est quoi l’amour ?

Au travers de cette question rhétorique, je souhaitais créer une musique légère et aérienne afin d’aborder le thème de l’amour d’une manière douce et infantile. Cette composition est inspirée par les voix de ces enfants, ainsi que leur institutrice qui les a interrogés sur le sujet. Lorsque l’on associe les mots « enfants » et « amour », on pense forcément à quelque chose de mignon, et il serait incohérent de vouloir associer des sons violents à ces termes. Il est également intéressant de questionner, mais surtout d’écouter ces chers chérubins sur ce genre de sujets car comme on dit toujours « la vérité sort de la bouche des enfants ».

Lors du montage, j’aspirais à ce que le morceau corresponde à un univers teinté d’électro. C’est pourquoi la plupart des voix ont été modifiées, afin de les rendre plus graves, plus aigües, voire plus électroniques pour coller à la musique. Certains mots ont même été dupliqués pour qu’on les compare presque à une sorte de rythmique. Afin d’appuyer le côté léger, des références culturelles ont été ajoutées comme la voix d’Homer Simpson, ou encore un extrait de la chanson du groupe Léopold Nord & Vous « C’est l’amour ». Le personnage de Yoda qui vient conclure, résume bien avec son message ce que je souhaite véhiculer à travers cette composition, de manière ironique : un enfant peut parler de choses vraies, mais il faut s’attendre à ce qu’ils répondent de manière inattendue, ce qui peut souvent amener à nous faire sourire.

                                  Vincent DUQUENNOY