Archives par mot-clé : montage

Silhouette

(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)
(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)

Après plusieurs tentatives sur Photoshop pour réaliser ce montage, je me rends à l’évidence : je ne maîtrise pas le logiciel. Les idées sont là mais impossible de les réaliser. Je décide donc de faire mon montage à la main. Les trois photos imprimées, je les découpe, les superpose, essaie de mettre en avant certaines couleurs, certaines formes. Sans pour autant chercher un résultat précis, j’expérimente et laisse libre court à mon imagination.

Au final, je tombe sur ce montage. A l’origine, la silhouette du skateur n’est pas sur la photo, seuls sont présents les éléments que l’on aperçoit à travers lui. Mais en jetant les chutes de papier, je tombe sur la silhouette. Je la place alors au dessus du collage pour voir ce que l’on aperçoit à l’intérieur. Un petit garçon, prêt à s’élancer vers l’avant, dans un univers oppressant, est enfermé dans sa propre silhouette.  Quelques clichés plus tard, je tiens ma photo. Pourquoi m’intéresse t-elle ? Car on ne sait pas où regarder, on ne sait pas si les choses se passent à l’intérieur ou à l’extérieur. Comme si deux univers différents se confrontaient pendant un instant.

Camille Coquereau

Léon en goguette

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

Pour cet exercice complexe qui consiste à relier nos trois photos en une seule, je m’en suis voulue de ne pas avoir deviné le traquenard avant de les photographier. Force est de constater qu’elles n’ont aucun rapport. Pour les mélanger, j’ai donc choisi d’intégrer un élément de chaque photo sur une troisième, ayant une composition plus accueillante. La photo de la file d’attente du restaurant l’Entrecôte m’a donc servi de photo de fond à laquelle j’ai ajouté Léon (mon nounours poussiéreux), son jumeau maléfique et la tête de cerf en carton (qui domine sur mon salon). Je voulais produire un résultat humoristique et réfléchi, plutôt qu’une simple expérience de tâtonnement sur Photoshop.

D’un point de vue technique, j’ai utilisé les seules fonctions de Photoshop dont je sais à peu près me servir: le détourage.
Avec l’outil plume, j’ai sélectionné le contour de mon ours en peluche en ajoutant des points d’ancrage pour plus de précision. J’ai répété l’opération pour la tête de cerf a qui j’ai du ratiboiser les bois pour plus de cohérence dans le collage. J’ai ensuite mis la photo en noir et blanc pour la rendre plus esthétique puis collé les deux ours sur les côtés verticaux, de manière à ce que leur corps coupés correspondent à la limite du cadre.

Louise Tressens

Casse-tête Bordelais

photo4
(cc) Coline Portet (28/01/2015)

Observant mes trois photos différentes, j’ai commencé par découper les images en petites bandes égales que j’ai collés les unes à la suite des autres, toujours dans le même ordre. Ce processus avait pour but de créer une histoire commune et ainsi de faire naître un point commun entre ces photos sans en laisser une prendre le pas sur l’autre. Les récits photographiques ainsi imbriqués forment donc une nouvelle histoire basée sur les trois autres. Suite à cette première base de travail j’ai décidé d’ajouter à ma photo l’élément le plus important de chacune de mes photographies afin de les confronter d’avantage dans les détails. J’ai choisis de prendre une fleur, un parapluie et mon visage effacé. Ces éléments m’ont permit de mêler les intentions et les sentiments inscrits dans chacune de mes trois photos que je souhaitais garder. Déjà flou j’ai ajouté de la transparence à mon visage pour qu’il apparaisse encore plus étrange et brouillon devenant ainsi énigmatique à l’image de la photo d’origine. J’ai agrandit la fleur qui était petite afin de dévoiler le côté intime de l’image de base. Puis j’ai collé le parapluie en haut à droite de la photo car cet élément est pour moi assez paradoxal. Il annonce une menace et est à la fois protecteur et rassurant. Ce côté paradoxal est l’esprit même qui ressort de la photo d’origine illustrant le passage de l’enfance au monde adulte.

En créant ce montage photo je me suis rendue compte qu’il y avait plus de temporalité que je ne le pensais. En plus des trois histoires individuelles et de l’histoire commune, les morceaux de photos qui se suivent en ligne font naître plusieurs dimensions à la photo et plusieurs grilles de lecture. On peut se concentrer sur l’une des trois photos d’origine en faisant abstraction des deux autres. Elles sont toutes aussi visibles, c’est à notre œil de choisir d’en visualiser une en particulier à chaque nouvelle vision. Ce caractère singulier permet aussi à la photo de montrer l’illusion que permet de créer la photographie. On retrouve également d’autres aspects qui rendent hommage aux photos de base. L’illustration comporte des couleurs très vives et variées ce qui rappel l’atmosphère féerique et joyeux de la fête foraine, ma première photographie. De plus, mon visage parsemé de bout de photos rappel l’aspect intimiste d’un de mes trois clichés. Mes trois photographies dans un premier temps opposées forment une seule et même image représentative de ces trois dernières. En observant la photo, je me suis également rendue compte que l’image obtenue témoigne de mes recherches et de mes réflexions puisqu’on y voit mon visage inondé par mes trois photos découpées.

Croisée des chemins

Sarah Vasseur (21/02/2014)
Sarah Vasseur (21/02/2014)

C’est principalement en essayant des filtres et des formes diverses que j’ai obtenu ce résultat. Ne connaissant pas vraiment le logiciel Photoshop, j’ai profité des cours avec Joëlle pour m’amuser et découvrir certaines possibilités.

Bulles d’eau qui remontent. Vie. Mouvement. Dans un monde industriel, électrique. Transparence des démons et mouvements ostentatoires. Traversée du désert froid et lumière plus intense. La peur n’est qu’un miroir des faces cachées de notre être qui ont besoin d’être regardées. Cercles. Perfection et continuité, infinie spiritualité. Microcosmes dansants, coeurs étincelants.

Bazar coloré

(cc) Chalumeau Elodie (28/02/2014)
(cc) Chalumeau Elodie (28/02/2014)

Une à une, j’observe mes trois images vues sous les différents filtres de Photoshop, en quête d’inspiration, d’une combinaison qui fonctionne, qui attire et retient l’attention. L’image de l’œil ressort bien sous différentes formes mais ce n’est pas le cas de deux autres photos. J’arrête enfin mon choix sur le filtre esthétique « contour lumineux », que j’applique finalement au trois images de la même manière. Puis je superpose les trois et joue sur la transparence entre elles, la luminosité et la saturation des couleurs. D’autres idées me viennent, je fais d’autres tests, du noir et blanc, des images animées… Mais rien ne me plait autant que cette image à la fois simple et compliquée, pleine de couleurs et de surprises.

L’image finale donne l’impression d’être constituée de néons entremêlés laissant percevoir les formes d’origines, mais en créant également de nouvelles. Ainsi le miroir où se reflètent des vêtements devient une guitare. Les cils ajoutés aux contours d’un pull forment un animal : porc-épic ? Phoenix ? Et chacun peut donc, à force d’observation, découvrir de nouveaux objets, imaginer une histoire. Le point de lecture le plus commun à tous est la silhouette entourée de nuances bleutées qui se découpe au centre de l’image, mais l’œil peut ensuite s’égarer dans toutes les directions.

Elodie Chalumeau