Archives par mot-clé : mère

Le petit chaperon rouge

 

Pour ce billet son, je n’avais pas d’idée très originale. J’ai beaucoup réfléchi, mais je ne trouvais pas quoi raconter et surtout comment le mettre en scène. Je n’arrivais pas à me défaire de ce que ce thème m’évoquait : les histoires avant de dormir, les chansons, le dessin animé que je regardais petite.

J’ai donc choisi de mettre en son un soir typique, dans une chambre d’enfants : les enfants jouent, sautent sur le lit, jusqu’à l’entrée de la mère qui annonce l’heure du coucher. Celle-ci leur lit une histoire : Le petit chaperon rouge. Elle enclenche une boîte à musique. Les enfants s’endorment rapidement, la mère les embrasse pour leur dire bonne nuit, et sort de la chambre.

Je ne voulais pas m’enregistrer, d’autant plus que n’ayant pas de matériel, je n’aime pas le rendu médiocre du micro d’ordinateur. Je ne savais pas à qui m’adresser. J’ai donc cherché une histoire audio en ligne, avec uniquement une voix et pas de musique ou de son d’ambiance. Je l’ai habillée avec le son de la boîte à musique, celui du lit qui grince, des enfants qui rient, qui ronflent. J’ai également ajouté le bruit des pas de la mère et de la porte qu’on ouvre et qu’on ferme.

Floriane Rivery

 

A la gloire de ma mère

(cc) Maelys Gosset 14/11/2014
(cc) Maëlys Gosset (14/11/2014)

Elle, une autre que moi. Une si différente et si semblable à la fois. De l’amour à la haine, du déchirement à l’union, de l’étouffement à la libération, de la séparation à la réconciliation. Une relation si universelle et si singulière à la fois. Adolescente et insouciante on rêve de la quitter, adulte on est terrorisé à l’idée que la vie peut nous l’arracher. Je sors de ma chambre. Dans le couloir : le bureau de ma mère. Occupée, elle me tourne le dos. Une femme, une mère, je l’observe. A chaque fois que j’entrouvre ma porte, qu’elle est là devant moi, mon reflet à ses côtés, je suis submergée par cette même sensation. Deux âmes si loin par l’esprit, chacune dans son univers et pourtant si proche dans l’image par la magie de l’armoire/miroir de ma grand-mère. La mère de ma mère. Trois générations qui semblent bouger, vivre et évoluer de manière indépendante, mais qui pour un instant, sont réunies, là. Ma mère, mon ennemie, mon alliée, mes tourments est ma fierté. L’origine d’un tout.

Cette scène est récurrente, je la vis et revis presque chaque jour avec la même sensation à chaque fois. Elle retranscrit, pour moi, la relation mère/fille dans toute sa complexité : entre complicité et rivalité. Je lui fais face mais elle me tourne le dos. Une séparation. Et pourtant un seul regard dans le miroir et le lien se reformerait. Une union, une évidence. L’ambiance de cette pièce est d’autant plus sombre qu’elle crée une atmosphère plutôt intimiste : seule une lampe de chevet sur le bureau et la lumière de la fenêtre de ma chambre illumine le couloir. Sur mon appareil photo je mets donc la priorité à l’ouverture afin de capter au maximum la lumière naturelle de la pièce. Je ne veux pas utiliser le flash qui gâcherait, selon moi, le côté intimiste de la scène. Une ouverture au maximum f/2.8 et une sensibilité maximale également (ISO1600) pour une exposition plus intense. Jouer avec l’ouverture me permet de jouer avec la profondeur de champs. Je ne suis alors qu’une silhouette en arrière-plan. Je veux centrer l’attention sur elle : elle est nette en premier plan. Je ne suis que l’élément secondaire. Celle qui observe comme l’ « élève » observant son « maître ».

Mon appareil photo n’étant pas très perfectionné, on ne peut observer clairement le contraste net/flou entre les deux personnages que je souhaitais en jouant sur l’ouverture et donc sur la profondeur de champs. De plus, une sensibilité si élevée n’est pas sans conséquence… L’image contient du « bruit ». Mais ce que je souhaitais partager avant tout c’est cette dualité qui se retrouve dans l’image. On pourrait partager verticalement l’image en deux. Le montant en bois de l’armoire divise les deux personnages pour accentuer et mettre en lumière les rapports conflictuels mère/fille tout en traduisant une certaine complicité, curiosité et admiration entre ces deux êtres. Le miroir symbolise l’identification, l’idée de s’imaginer comme, ou au contraire de différenciation, ne pas ressembler à. On a alors une alternative, un choix à faire entre ces deux possibilités. Seul le temps nous en donnera la solution…

Maëlys Gosset