Archives par mot-clé : lumière

Les hautes lumières

(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)

Comme d’habitude, j’ai du mal à appréhender la démarche et à me lancer. Mais j’ai une idée de départ: imprimer puis découper en bandes mes trois précédentes photos, et enfin assembler les morceaux les uns après les autres dans le désordre. Je colle les bandes sur une grande feuille de papier canson, et trouve le tout un peu vide, fade. Il faut habiller un peu plus. Sans trop savoir ce que cela va donner, je commence à tapoter de la peinture noire autour de la frise avec un gros pinceau. L’effet me plaît, il fait ressortir les couleurs de la frise. Pas besoin d’en rajouter, je prends la photo et sur l’ordinateur je teste différentes modifications. Je veux dynamiser un peu la photo, je trouve l’ensemble trop terne. Par petites ou grosses touches, je change la saturation, la température de couleur, les reflets, les teintes, les contrastes et la luminosité. Je m’amuse un peu avec ce que j’ai sous la main, j’ai envie qu’on voit que c’est trafiqué. Je veux éviter que ce soit trop lisse, et donc tirer profit de l’épaisseur du papier canson pour faire ressortir la rugosité de la matière. Je m’arrête là, je sens que j’arrive à la limite du « trop ».

Je prends un malin plaisir à détruire, déconstruire, découper en tranches, déformer matériellement ce que j’ai fait et qui ne me plaît pas. A défigurer ce qu’il m’a été pénible de montrer. Altérer pour fausser: sous cette forme, les photos ne disent rien. On ne distingue pas grand chose et pourtant cela forme un tout. Je n’ai rien cherché de particulier, j’ai juste réalisé mes idées les unes après les autres, sans ardeur particulière. En revenant sur la photo terminée après quelques temps, je me suis rendue compte que j’avais été influencée par la chanson que j’écoutais lorsque j’étais en train de retoucher la photo, puisque j’ai immédiatement associé l’image à sa mélodie. Plus qu’une idée, je crois que j’ai inconsciemment cherché à recréer un état, une ambiance, celle que m’évoque cette chanson. L’association de cette musique à la photo lui donne une tonalité différente. Mais je serai la seule à le percevoir: de toute façon, on ne peut décrire le monde qu’à travers soi.

Clémentine Le Roy

Intérieurs

Margot se maquille - Copie
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (27/01/15)

En contemplant ma deuxième photo, je me suis souvenue d’un des reproches qui avait été fait et j’ai trouvé l’idée de décorer cette salle de bain, afin de rattacher la scène à la réalité. J’ai donc pris mes deux autres photos, j’en ai fait des calques et j’ai réduit leur taille pour avoir un format carte postale. J’ai utilisé l’outil de distorsion sur photo-filtre pour pouvoir suivre la perspective du mur, afin qu’on ai l’impression que les photos sont collées au mur. Il a ensuite fallut que je retouche la colorimétrie des deux photos incrustées, pour qu’elles forment une harmonie avec le reste de la photo principale. Le résultat manquait de relief et de texture. J’ai essayé de penser à ce qu’il y aurait sur ces photos si elles étaient vraiment dans la pièce.  Je me suis souvenue que quand j’avais pris cette photo, je l’avais prise derrière la vitre de la douche, il me fallait donc restituer cette impression et laisser apparaître les gouttes au premier plan. Il fallait aussi recréer l’éclairage. J’ai  donc prélevé la couleur de la lumière en haut à gauche avec l’outil tampon et j’ai éclaboussé mes deux petites photos avec. Pour la touche finale j’ai rajouté un effet d’ombre sur mes deux calques pour ajouter un certain relief.

Je me suis arrêtée quand j’ai vraiment eu l’impression que ma première et troisième photo faisaient partie de la deuxième. La difficulté de ce troisième billet a été de trouver une idée pertinente qui ait du sens. J’avais fais plusieurs essais de superposition de mes trois photos en découpant personnage par personnages et en les disposant ça et là, choisissant lequel faire ressortir, lequel mettre en arrière. Je suis arrivée à un résultat intéressant, mais un résultat auquel je ne trouvais aucun sens. J’ai donc décidé de rester dans une idée de réalisme et de récréer l’ambiance de ma photo principale et d’en imprégner les deux autres photos. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une manière originale d’utiliser mes trois photos tout en gardant un côté assez réaliste.

Jeanne Vidal-Giraud

A l’ombre de la lumière

(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014
(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014

Qu’est-ce que la lumière ? Une force, une énergie, un esprit ? Nous recevons la lumière. Elle s’impose à nous. Dans la bible, la lumière est le premier élément inventé par Dieu. Forte de symbolique, l’espoir et la liberté, la lumière donne de la légèreté aux choses, de la spiritualité. Tandis que le noir, l’obscurité, rappelle leur matérialité. L’ombre et la lumière formerait alors un tout. J’ai donc voulu essayer de contrôler et enfermer la lumière en construisant un dispositif capable de contenir cette énergie tout en traduisant la puisance de celle-ci afin d’en capter sa tangibilité. La lumière, une force, une énergie incontrôlable, en perpétuel mouvement. Qu’est-ce que la matérialité de la lumière ? Comment la contenir ? Et révéler sa part d’ombre…

J’ai accroché un mobile à une passoire en inox retournée. Le mobile en spirale étant en plastique argenté, il réfléchit la lumière de manière circulaire lorsqu’il tourne.  Une lampe allogène éclaire précisément le côté convexe de la passoire. Ainsi, la lumière s’engouffre par les petits trous du panier. J’ai disposé sous le mobile un miroir afin de prendre la photo de ce qui se passe sous cette « cage dorée ».  En choisissant une vitesse de prise de vue lente et une faible ouverture, j’ai voulu mettre l’accent sur le mouvement de la lumière (image floue) et  sur la non lumière (elle est enfermée). Seuls les petits trous du panier laissent passer les rayons lumineux. Je voulais traduire à la fois l’intense symbolique d’une énergie aussi puissante et son besoin inextricable de liberté, de mouvement, pour en dévoiler sa matérialité, son essence même.

Le résultat a été plus que surprenant ! Si l’ombre traduit la matérialité des éléments, alors, dans ce cas la matérialité de la lumière ressemblerait à un oiseau, lui-même symbole de liberté et d’espoir. J’ai réalisé plusieurs clichés sur le même modèle de dispositif avec des paramètres photographiques similaires. A chaque fois, ce qui est apparu m’a subjuguée. En voulant enfermer la lumière pour en découvrir sa matérialité, c’est l’image d’un oiseau emprisonné, tournoyant dans sa cage, qui s’est révélée. Le mouvement du mobile apparaît comme celui du battement de ses ailes. Nous ne pouvons faire face à la lumière sans être ébloui, étourdi par sa puissance. En révélant sa part d’ombre, on lève alors le voile sur sa nature profonde : libre et puissante, tel un oiseau de lumière.

Maëlys Gosset

Songe d’une nuit d’hiver

(cc) Camille Nivat (06/12/2014)
(cc) Camille Nivat (06/12/2014)

 

Une photographie conceptuelle ? Même après quelques exemples, je n’arrivais toujours pas à donner une définition à ce terme. Peut-être que tout l’intérêt de ce type de photographie est justement l’absence de définition. Cela laisse une grande marge de Liberté. Mais cela ne m’aide pas tellement à trouver une idée… Ma seule certitude était qu’il fallait une idée préalable à la prise de vue. En regardant les quelques objets que j’ai en ma possession à Bordeaux, j’ai pris conscience de la difficulté qui allait ressortir de la préparation de ce billet. Ce n’est qu’une semaine après l’annonce du sujet que des bribes de concept m’ont traversé l’esprit. Plus précisément, un élément m’est revenue en mémoire : le papier d’aluminium. Alain Fleischer l’utilise pour sa capacité de déformation. Cet artiste y moule son visage ou bien encore des objets du quotidien… Je tenais, toutefois, à détourner cet outil, à avoir une approche plus singulière, plus personnelle. J’ai donc eu un autre regard : le papier d’aluminium réfléchit la lumière et tout ce qui l’entoure. Mais pas de façon net. Ces reflets prennent une dimension fantastique, presque mystique. J’ai donc cherché à rendre compte d’un monde imaginaire à partir du monde réel.

J’ai donc pensé un dispositif. J’ai décidé de poser la photographie en extérieur. J’ai donc répartie dans les branches des arbres de mon jardin des feuilles d’aluminium. Certaines étaient accrochées à même les branches, tandis que d’autres viennent englober des objets suspendus à l’aide de ficelles – des bouteilles de Perrier, des casseroles. Certaines feuilles restent lisses, d’autres sont froissées. Les images sont brisées, floues. Chaque contour se transforme, diverge, converge, créant un objet totalement différent ; plus abstrait, plus lyrique – presque venu d’un autre monde. J’ai commencé par prendre de simple photographie avec une ouverture de f/5,6 et à la vitesse de 1/100e de seconde. J’ai décidé d’accentuer le flou, en utilisant une vitesse de prise de vue plus lente. Je bouge l’appareil photo pendant que j’appuie sur le déclencheur – d’avant en arrière, sur le côté, de manière circulaire, dans tous les sens. Et ce, de façon à transformer, presque redessiner les reflets, les lumières.

Je fais du light painting, à partir de reflets sur du papier d’aluminium et non à partir de source de lumière direct. Je crée ainsi une toute autre image à partir des contours d’une réalité bien présente. L’image semble tout droit sortie d’un conte. Quand je la regarde, j’aperçois une forêt venue d’un autre temps. Tout a une couleur gris bleutée. Et sur la droite, un farfadet ou plutôt une créature magique, surgit de derrière un tronc d’arbre. Il semble être apparu dans une tornade – dû aux mouvements circulaires de l’appareil de prise de vue. La lumière, le reflet raconte une nouvelle histoire. Et c’est à notre imagination de la percevoir. Chacun aura sa propre lecture de la photographie. Certains y verront peut-être un monde sombre et oppressant, d’autres y verront un monde fantastique, magique. Il s’agit de laisser parler nos sens. Personnellement, elle m’évoque une pièce de Shakespeare…

Camille Nivat

The Cigarette Duet

The Cigarette Duet
(cc) Adélaïde Michel (20/10/2014)

« Tu n’aurais peut-être pas dû rentrer chez toi seule, en pleine nuit, alors que tu portais une jupe ». C’est sorti de la bouche d’une amie à qui j’ai confié m’être fait agresser jeudi dernier en rentrant de soirée. J’ai levé les yeux au ciel en me demandant pourquoi, en 2014, je dois encore faire attention à ma tenue vestimentaire ou bien veiller à me faire raccompagner par un ami lorsque je sors. Pour ce premier billet, j’ai eu envie de me confronter à la vie nocturne, et tenter de traduire, en un cliché ce que l’on peut y ressentir quand on y est seule, femme et victime de harcèlement de rue.

Bordeaux, Place de la Victoire, un lundi en début de soirée. Les terrasses des bars se vident à mesure que les happy hours prennent fin. C’est l’heure à laquelle les filles n’osent plus sortir seules dans la rue, ou du moins, qu’on le leur déconseille. Je m’assieds sur un large banc, mon appareil photo comme armure. Je vois cette fille débarquer de nulle part. Au loin, j’entends un homme la siffler, des paroles lui sont lancées aussi intrusives que dérangeantes. Elle les ignore, ne leur adresse ni un sourire, ni une insulte, ni un regard. Une démarche dansante. Elle est jolie et élégante. Voilà, mon sujet, c’est elle. Et tandis que j’ai l’impression d’entrer dans un rôle de voyeur, à la scruter du regard, à l’observer pendant de longues minutes, elle s’assied à quelques mètres de moi.

Je prends plusieurs dizaines de photos en gardant, à quelques exceptions près, le même cadrage et les mêmes réglages. Je tente de saisir chacun de ses mouvements. Parfois, des passants se mettront entre elle et moi, d’autre fois encore, des cyclistes derrière elle amèneront un peu de mouvement à la scène. Pourtant, c’est celle-ci que je décide de garder. Elle, assise seule, dans un duo avec sa cigarette. Il y a quelque chose d’élégant dans l’acte de fumer. Porter la cigarette à sa bouche, faire rouler la roue de son briquet, en faire jaillir une première étincelle. Celle dont le visage était dans l’ombre depuis quelques minutes s’illumine enfin à la lueur de son briquet. Ça y est, j’ai ma photo. Elle vient de se faire harceler, mais la seule émotion que je décèle dans ce visage, c’est une certaine sérénité. Le calme après la tempête.

Adélaïde Michel