Archives par mot-clé : Intimité

Margot le matin

Margot se maquille
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (18/11/14)

Je vis en colocation avec Margot depuis 3 ans. Je savais que c’était elle que j’allais photographier pour ce deuxième billet. Restait à savoir saisir le moment reflétant le mieux cette intimité. Et puis, ça m’a frappé : la salle de bain. C’est le moment incontournable. Tous les matins depuis trois ans, on se prépare, on se maquille, on se raconte nos peines et nos tracas, on se marre beaucoup, on est en retard, on a pas envie d’y aller. Si il y a une chose qui reste constante au fur et à mesure de l’année, c’est ce moment. Et c’est rassurant.

J’ai attendu mardi matin pour prendre ma photo. Quand Margot est allée se préparer je l’ai suivie, et le même quotidien s’est répété, sauf qu’au lieu de me préparer, j’étais dans la douche en train de la photographier depuis derrière la vitre.   J’ai beaucoup travaillé la construction de ma photo, je voulais avoir sa tête et les gouttes d’eau nettes, en laissant le reste flou. Je me suis inspirée de ce que l’on appelle le split-diopter au cinéma, c’est un effet qui existe depuis Murnau et que l’on retrouve souvent chez De Palma. A défaut d’avoir une double-lentille qui permet de faire le point sur deux endroits et d’avoir une zone de flou au milieu, j’ai pris deux photos différentes : une en faisant le point sur les gouttes, et une en faisant le point sur Margot. En superposant les deux, j’ai obtenu le résultat escompté.

Cette image dis beaucoup de moi, car elle résume un moment de mon quotidien. Le fait que la photo soit prise depuis l’intérieur de la douche renforce cette notion d’intimité. La vitre n’agit pas comme une séparation, elle n’est pas la marque d’une quelconque distance, bien au contraire elle illustre une intimité et un lien particulier. Cette photo me donne un sentiment de sécurité, elle fige ce moment de sérénité. Je pense que l’amitié que deux personnes se portent transparaît dans ces moments de routine, dans leurs petites habitudes.

Jeanne Vidal-Giraud

L’oeil de la caméra

(cc) Camille Nivat (14/11/2014)
(cc) Camille Nivat (14/11/2014)

Capter l’intime? Qu’est-ce je peux photographier? Et surtout, qu’est-ce que j’accepte de montrer? Ces questions n’ont pas cessé de me trotter dans la tête. Il m’est impossible de remonter sur Paris… Je peux toujours prendre des clichés de ma chambre à Bordeaux, que j’occupe depuis plus de deux mois. Je laisse mes pensées divaguer, espérant que l’Idée puisse s’imposer à moi. Même si, je dois le reconnaitre, je suis complètement perdue. Je n’ai pas la moindre idée de comment aborder ce sujet. J’ai peur de terminer avec une photo prise  à contrecœur, qui ne me convient pas. Jeudi soir, dans ma chambre, je regarde autour de moi. L’inspiration ne vient vraiment pas. Bien que mes affaires aient envahit l’espace, je ne sais vraiment pas comment cette pièce peut rendre compte de ma vie, de qui je suis. Et puis, je décide, sans grande convictions, de photographier ma chambre, dans sa globalité, puis de manière morcelée. Je me focalise sur un objet, puis sur un autre, puis sur les deux en même temps. Mais les clichés qui résultent de cette expérience ne me conviennent absolument pas. Il faut le bien dire, elles sont nulles. Rien n’en ressort; elles n’expriment rien.

Dans mon errance photographique, je me prends à photographier tout et n’importe quoi – des détails sans grand intérêt. J’en arrive même à prendre des clichés de la serrure de la porte de ma chambre. Mais avant, je décide de passer en mode manuel. Je règle approximativement la vitesse de l’obturateur, puis je change rapidement l’ouverture du diaphragme. Je n’ai pas pensé à noter ces informations, ce qui me rend incapable de donner des chiffres précis. J’appuie donc sur le déclencheur, en essayant d’imaginer ce que la photographie pourrait rendre. Je cherche à rendre net les éléments qui se trouvent de l’autre côté de la porte – sans succès. Sans même regarder le résultat de la photographie, je change les données de l’appareil et je reprends des clichés du même objet. Une dizaine de minutes plus tard, je me retrouve avec une série de photo de serrure. Et contre toute attente, cette série m’inspire. Ce qui se trouve derrière la serrure reste totalement invisible. En revanche, mon reflet se dessine dans le contour de la serrure; pas de façon nette, mais c’est ce qui rend la photo intéressante.

C’est l’imprévu, l’erreur qui surgit de cette photo. En effet, ce n’est pas du tout le cliché que je cherchais à prendre. Je voulais voir ce qu’il se passer de l’autre côté de la porte, mais c’est mon visage qui m’est revenue en pleine face – si je puis dire. Je me retrouve face à moi-même. Et, je ne sais pas pourquoi, cela a créé une forme de malaise chez moi. J’ai toujours fui les appareils photos, sauf quand c’était moi qui le maniait. Je me suis alors demandé pourquoi. Le dédoublement, la photographie, pourquoi nombre de gens redoute d’être pris en photo ? Est-ce par peur du résultat ? Par peur de se retrouver face à soi-même, de voir imprimer sur la pellicule le moindre de ses défauts ? Par peur du jugement ? Ou alors est-ce par simple égoïsme, de voir inscrit son corps sur un objet extérieur – comme s’il ne nous appartenait plus ? D’autres vont pouvoir regarder attentivement chaque parcelle de vous-même, chaque détail. Presque s’approprier votre corps… Ou bien la photographie révèle quelque chose qui va bien plus loin que l’enveloppe charnelle? L’œil de l’objectif parvient à capter une réalité qui va au-delà de la façade, du masque que l’on se crée en société. Il serait donc capable d’atteindre une part de nous, que nous ne souhaitons pas montrer aux autres, à nous même, dont nous n’avons peut-être même pas conscience.

Camille Nivat

La couleur des sentiments

 Bien11

Ne sachant quoi photographier, j’ai décidé de noter sur un morceau de papier, tout ce à quoi pouvait renvoyer le mot intimité. J’ai écris des mots, des phrases, des définitions, cherché des synonymes… Avec ces notes, j’ai rédigé quelque chose de plus personnel, qui traduisait MON intimité. Mais tout ceci n’était que des mots, des pensées. J’ai choisis de partir d’un lieu qui pour moi cachait certains secrets : ma chambre et plus particulièrement, mon lit. En prenant différentes photos de celui-ci je me suis rendue compte qu’elles dégageaient vraiment quelque chose de personnel : mon humeur, mon caractère, mes souvenirs… C’est un lieu chaleureux et quotidien où commence et finit chacune de mes journées.

Quelques jours ont passé et je trouvais qu’il manquait quelque chose dans mes photos. Je n’arrivais pas à me décider. C’est dimanche soir, en allant me brosser les dents et en me rendant compte qu’il y avait deux brosses à dents dans mon verre que j’ai compris. Les photos de ma chambre étaient vides et dégageaient une sorte de solitude, de nostalgie en contradiction avec ma vie actuelle. J’ai profité d’une soirée avec mon acolyte amoureux pour prendre mon appareil et je suis retournée m’asseoir à l’endroit exact où j’étais avant. Ainsi j’ai pu capter ce que je voyais à cet instant en vue subjective. Dans cet endroit restreint où le profondeur de champ n’existe presque pas. Je voulais que l’on perçoive l’esprit de « boite à secret », de cocon. Je ne suis pas présente physiquement dans la photo mais j’ai pourtant ma place, ma tasse. En faisant mes réglages j’ai choisis d’accentuer les couleurs de ma chambre jusqu’à les rendre saturées pour représenter une de mes plus grandes caractéristiques : mon côté excessive.

Plus je la regarde et plus je trouve qu’elle me représente vraiment bien : Il y a des fleurs. C’est un élément très important pour moi et ceux qui me connaissent. On y voit également un carnet où tout noter pour ne rien oublier et en amorce à droite du cadre, une partie d’une des personnes les plus importante pour moi. A droite du cadre, en observant ma photo, je me suis aperçue qu’il y avait des médicaments. Eux aussi rythment ma vie comme tous ces éléments présents dans la photo et comme cet instant. Plus je regarde la photo, plus je trouve qu’elle me représente bien, moi et mon quotidien.

Coline Portet

Intimité piquée

P1030530
Sarah Vasseur (12/01/2014)

Un jour sur deux, avec mon copain, on se pique. Enfin, on le pique. Pour l’instant, j’apprends à le faire. Il a la sclérose en plaques. Dans son cas, avec les choix qu’il fait, cela sous-entend des intraveineuses 3 fois dans la semaine. Au début, son père s’en chargeait puisqu’il est infirmier. Aujourd’hui nous vivons ensemble. Il a appris à se faire les injections lui-même, mais ce n’est pas facile. Alors j’apprends à le faire aussi. J’ai tout de suite pensé à photographier cela car je trouve que cet acte traduit doublement l’intimité qui est entre nous : d’une part par notre rapport de couple et dans la proximité avec son corps et sa maladie. Cela traduit aussi quelque chose d’intime de ma vie.

Pour le comment, les choses se compliquaient. Une fois que tout était préparé, le cadrage prêt, je voulais mettre le retardateur et prendre une photo. Mais cela sous-entendait n’en avoir qu’une seule, peut-être mauvaise. On sonne à la porte. Un ami. Celui qui nous sous-loue l’appartement. C’est vrai, il devait passer, on avait oublié. Du coup, je pose l’appareil photo, fais le cadrage, certains réglages… Il appuie régulièrement sur le déclencheur pendant la manipulation. Mais il ne laisse pas le temps à l’appareil de faire la mise au point et toutes les photos sont floues.

Du coup, je suis frustrée, celle qui m’intéressait est floue.  Je la mets quand même, avec une autre photo à la une, qui est plus jolie mais pas celle que je souhaitais. En fait je n’ai pas réussi à choisir entre les deux. Et elles se complètent. Même si nous ne voyons pas son visage pour préserver son anonymat, le résultat est l’intimité reconnue à travers mon regard. Nous comprenons qu’il me regarde aussi, et je suis en train de le panser. C’est la proximité qui est saisie.

Sarah Vasseur.

L’autre en face

L'autre (cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)
(cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)

Avant tout, j’ai griffonné sur un papier, quelques mots, une espèce de définition de mon intimité. Bizarrement, je n’arrive pas à me définir,  tout ce que je sais, c’est que j’ai des yeux globuleux, des bras chétifs, une voix rocailleuse, un rire bruyant, des cernes terribles, un peu d’humour, pas mal de mauvaise humeur et des cheveux courts. Si je fais le rapprochement avec ce que disent les autres, ces adjectifs font de moi une droguée, une anorexique, une lesbienne. Depuis la cour de récré, mes « camarades » ont mis beaucoup d’énergie et ont eu beaucoup d’imagination afin de me décrire. La plupart des gens vivent à travers des clichés, des idées reçues. En fait, j’ai envie de leur crier que si j’ai les cheveux courts, c’est parce que je me trouve plus jolie comme ça, que mes yeux ne sont pas globuleux mais grands et ouverts sur le monde, que je mange trois repas par jour comme tous le monde et que je fais partie des rares personnes à se lever du pied droit le matin.

J’ai de la chance, j’ai appris à ne pas trop me soucier du regard des autres. Seulement voilà, certaines personnes vivent à travers ça, leur intimité devient un enfer à cause de l’image qu’on leur renvoie d’euxmêmes. J’avais décidé de me prendre en photo face à un miroir. Celui-ci est un des seuls moyens de pouvoir se regarder.  Je voulais que l’on me voit de dos et faire disparaître mon reflet afin de traduire l’incapacité que l’on peut avoir à se reconnaitre, se définir seul. J’ai baissé la sensibilité au maximum et mis une gélatine bleue sur le Fresnel afin de créer une ambiance fantastique, mystérieuse. Je ne voulais pas de lumière trop chaleureuse et provoquer une inquiétude, une ambiance étrange, un déséquilibre pour traduire l’incertitude.

Finalement cela n’a pas marché, on voyait toujours mon reflet dans la glace. J’ai donc joué avec, essayé d’inverser les rôles. Ainsi j’ai pu traduire l’intime, recréer mon univers en m’amusant avec les lumières, les formes. J’ai réussi à parler de mon intimité et montrer ce qui me représente. L’art a toujours été un refuge, un moyen d’expression, un exutoire. J’ai gardé ces deux photos car elles sont complémentaires: on y distingue une ambivalence, un coté sombre et un autre lumineux. On ne discerne que très peu mes traits, et les reflets semblent n’exister sans rien d’autre, comme si ils s’animaient dans la vitre pendant mon absence. C’est finalement l’idée que je me fais de mon espace, un monde d’images, de rêves, toujours actif mais inconscient.

Morgane Kerarvran