Archives par mot-clé : intérieur

L’instantané

L'instantané
(cc) Adélaïde Michel (7/12/2014)

J’étais enfant. Papa travaillait dans l’hôtellerie. Et tous les deux ans un schéma récurrent s’imposait à nous : mettre notre vie en boîte et tout reconstruire ailleurs. Les déménagements à répétition ont fait de moi quelqu’un d’assez instable. Je vis dans une sorte d’immédiateté assez déconcertante. Rarement tournée vers le passé, jamais vraiment orientée vers l’avenir, je n’ai pas de projets à long terme, pas d’idéal de devenir et peu de souvenirs en tête.  Depuis l’enfance, je fais ce rêve récurrent où je me retrouve dans une chambre vide et autour de moi flottent des souvenirs qui ne m’appartiennent plus. Et tandis que j’essaye d’en attraper un maximum, ils m’échappent tous, inévitablement.

Sur cette seule photographie, en réalité, quatre situations. Au premier plan, trois Polaroïds collés sur un miroir montrent une chambre à différents moments, gardant toujours le même angle de vue et le même cadrage. Le miroir sur lequel ils sont placés permet de refléter le reste de la chambre ; ce qu’il reste de la chambre, un lit vide et un carton. La mise au point faite sur les polaroids me permet de laisser apparaitre un second plan flou. Aucune bordure du miroir n’est apparente, donnant ainsi aux trois photos instantanées l’impression d’être suspendues dans le vide.

Et si le décor de la chambre évolue, nous ne savons pas exactement combien de temps peut séparer chaque cliché, instantané. Et ces polaroids sont là, flottants, comme dans mon imaginaire, renvoyant tour à tour l’image de ce qui a existé, ici, avant. Et ce miroir permet de renvoyer l’image de cette même chambre, à cet instant précis, maintenant. Vidée de toute présence et avec pour seuls accessoires un matelas nu et un carton de déménagement, probablement rempli, de souvenirs.

Adélaïde Michel

Jouer cartes sur table

Jouer cartes sur table
(cc) Adélaïde Michel (17/11/2014)

Je me souviens d’avoir très tôt été touchée par le travail de l’artiste contemporain Daniel Spoerri, qui dans ses readymades, collectait, assemblait, collait des objets dans des compositions que l’on qualifiait de « natures morte réelles ». Fixant ainsi le temps, il amenait le spectateur à entreprendre une réflexion sur ces banals objets du quotidien. Loin de moi l’envie d’amener une quelconque réflexion anthropologique, j’ai avant tout composé ma photographie dans un but esthétique : ma grande table basse industrielle serait la base idéale de cette composition, palette témoin de mon quotidien.

L’assemblage s’est fait naturellement. Ces objets faisant parti de mon environnement, représentant des goûts, des intérêts ou des souvenirs, chacun a trouvé sa place dans ce tableau qui se dessinait devant moi. Le choix de prendre la photo en plongée me paraissait évident afin d’insister sur l’idée de composition de cette image et de permettre à chaque élément de ce désordre ordonné de se détacher des autres.

En soumettant cette photographie à l’aval de deux de mes amies, j’ai apprécié que chacune d’entre elles y remarque des détails différents. Je me suis alors rendue compte du potentiel que représentait l’interprétation de cette image. Je l’ai fait suivre à d’autres personnes me connaissant à différents degrés, en leur posant la question suivante « Cette photo me représente, qu’est-ce que tu y comprends? ». Au fond, il n’y a pas une multitude de façons d’interpréter cette photo. Il y a ceux qui connaissent l’histoire de ces objets, et les autres. Ceux qui ne la connaissent pas peuvent tout voir d’une façon plaisante, idéale, me reconnaître un caractère joueur ou enfantin, tandis que les autres voient les choses d’une perspective tout à fait différente, comprennent la multitude de sens cachés et les références à certaines personnes et certains moments de ma vie. Finalement cette double lecture, c’est une manière originale de voir comment l’autre peut nous percevoir, selon ce qu’il sait de nous, à travers des raccourcis faciles, des idées préconçues, et ce qu’on lui laisse entrevoir de notre environnement personnel.

Adélaïde Michel

Rayons X

OK - Copie
(cc) Clémentine Le Roy (18/11/2014)

 

« Réaliser une photo, en intérieur, à partir de votre environnement proche, personnel, intime : amis, famille, objets, lieu de vie… en vous interrogeant sur ce que cet « environnement personnel » peut raconter à tous ». Ce que je redoutai arriva, plus rapidement que prévu : les mots « personnel », « intime », « proche » dans une même consigne. Les vidéos visionnées en cours sur le travail de certains photographes autour de cette question ne me sont d’aucun secours. Je suis même mal à l’aise devant certains clichés, trop intimes. L’impudeur de certaines scènes me renvoie à ma propre pudeur et me heurte. C’est ce que je suis : maladivement pudique, minutieusement précautionneuse sur les informations que je livre. Et faire l’aveu de ce trait de caractère, c’est déjà douloureux, c’est déjà trop.  Comment, dès lors, montrer ce que l’on ne veut pas montrer et qu’on protège farouchement ? Je réfléchis à l’exercice : je n’éprouve pas de désir à photographier quoi que ce soit. Je dois le faire. La nuance est essentielle et s’en ressent sur le travail final de n’importe quel artiste. Le désir est un élément crucial dans le processus de création : je n’ai encore rien pris, mais je sais que le résultat sera dérisoire. Mais j’essaye de trouver des solutions, des failles, des parades. En relisant la consigne, j’élimine certains termes pour n’en retenir qu’un : le mot « intime ». Je me demande alors jusqu’où on peut aller dans l’intime. En regardant dans le dictionnaire, je trouve cette définition : « qui est à l’intérieur et au plus profond ». À l’intérieur. Puisque je ne veux rien montrer de mon environnement, de ce qui m’est extérieur, alors je montrerai mon intérieur. Mon intérieur qui ne soumettra aucune interrogation, aucun questionnement, qui est à la fois le même pour tous et résolument unique : l’intérieur de mon corps.

Je collectionne les radios et les scanners : la tête, le dos, le poignet, le genou. J’ai presque de quoi reconstituer mon squelette. J’ai la cheville droite en ma possession. Je fais des tentatives à la lumière naturelle, sur ma fenêtre, puis sur une lampe. Je ne sais pas comment prendre la photo, comment constituer mon cadre. Je finis par trouver une solution en scotchant la radio sur le bord de ma bibliothèque et en l’éclairant par derrière avec une petite lampe. On ne voit qu’elle, elle occupe toute la place. Sur l’ordinateur je la recadre pour qu’elle soit droite, et je la mets en noir et blanc, mais la différence avec la photo originale se voit très peu. Les contrastes sont juste un petit peu plus accentués.

Dans la consigne, j’ai choisi les termes qui m’arrangeaient, j’ai platement éliminé ceux qui me dérangeaient. L’objectif principal était de « limiter la casse », en dévoiler le moins possible. Cette photographie fonctionne difficilement sans son texte, je le sais, voire ne fonctionne pas du tout. Ma cheville en vrac ne dit rien de mon environnement personnel, ne suscitera aucun émoi, aucune interrogation particulière, c’est ce que je cherchais. La vérité, c’est que je n’ai pas envie que mon environnement intéresse quelqu’un. Une fois cet article publié, les gens qui l’auront lu sauront que j’ai eu un problème à la cheville droite le 27 juillet 2004, et que cette radio a été faite au « CH de Dz ». Libre à eux de se raconter une histoire avec ça !

Clémentine Le Roy

La couleur des sentiments

 Bien11

Ne sachant quoi photographier, j’ai décidé de noter sur un morceau de papier, tout ce à quoi pouvait renvoyer le mot intimité. J’ai écris des mots, des phrases, des définitions, cherché des synonymes… Avec ces notes, j’ai rédigé quelque chose de plus personnel, qui traduisait MON intimité. Mais tout ceci n’était que des mots, des pensées. J’ai choisis de partir d’un lieu qui pour moi cachait certains secrets : ma chambre et plus particulièrement, mon lit. En prenant différentes photos de celui-ci je me suis rendue compte qu’elles dégageaient vraiment quelque chose de personnel : mon humeur, mon caractère, mes souvenirs… C’est un lieu chaleureux et quotidien où commence et finit chacune de mes journées.

Quelques jours ont passé et je trouvais qu’il manquait quelque chose dans mes photos. Je n’arrivais pas à me décider. C’est dimanche soir, en allant me brosser les dents et en me rendant compte qu’il y avait deux brosses à dents dans mon verre que j’ai compris. Les photos de ma chambre étaient vides et dégageaient une sorte de solitude, de nostalgie en contradiction avec ma vie actuelle. J’ai profité d’une soirée avec mon acolyte amoureux pour prendre mon appareil et je suis retournée m’asseoir à l’endroit exact où j’étais avant. Ainsi j’ai pu capter ce que je voyais à cet instant en vue subjective. Dans cet endroit restreint où le profondeur de champ n’existe presque pas. Je voulais que l’on perçoive l’esprit de « boite à secret », de cocon. Je ne suis pas présente physiquement dans la photo mais j’ai pourtant ma place, ma tasse. En faisant mes réglages j’ai choisis d’accentuer les couleurs de ma chambre jusqu’à les rendre saturées pour représenter une de mes plus grandes caractéristiques : mon côté excessive.

Plus je la regarde et plus je trouve qu’elle me représente vraiment bien : Il y a des fleurs. C’est un élément très important pour moi et ceux qui me connaissent. On y voit également un carnet où tout noter pour ne rien oublier et en amorce à droite du cadre, une partie d’une des personnes les plus importante pour moi. A droite du cadre, en observant ma photo, je me suis aperçue qu’il y avait des médicaments. Eux aussi rythment ma vie comme tous ces éléments présents dans la photo et comme cet instant. Plus je regarde la photo, plus je trouve qu’elle me représente bien, moi et mon quotidien.

Coline Portet

Entrez !

(cc) Manon Harsigny (12/01/2014)
(cc) Manon Harsigny (12/01/2014)

Intimité. Une porte fermée. Une lumière tamisée. Un secret gardé. Un corps dissimulé. Une identité préservée. Un mystère ouaté… Tout ceci et bien plus encore m’évoque l’intime ou ce que l’on souhaite dissimuler au monde extérieur. C’est pourtant quand l’intimité se voit ébranlée que l’intérêt grandit. J’ai donc choisi de mettre en péril l’intime dans ce billet photographique, en ouvrant littéralement une porte sur une femme mise à nue mais paradoxalement toujours anonyme. La porte symbolise en effet la frontière physique, l’enveloppe opaque derrière laquelle nous nous préservons d’autrui, ici je décide de l’entrouvrir et de mettre en lumière un corps nu, symbole ultime de l’intime tout en gardant l’identité de mon sujet intacte, choisissant en effet de ne pas exposer son visage à l’objectif.

Pour évoquer cette intimité, j’ai donc souhaité exprimer l’idée d’un instant volé, le passage furtif d’une femme nue derrière une porte entrouverte. En jouant sur la vitesse d’obturation, j’ai pu exprimer la fugacité du moment et du déplacement mais également préserver un semblant de pudeur en n’exposant que de façon floue ce corps nu. La porte poussée au moment du déclenchement participe aussi à l’aspect fugitif du moment immortalisé. J’ai opposé l’ombre du premier plan au rai de lumière émanant du second plan pour diriger le regard vers la claire silhouette de cette femme déambulant vers l’arrière-plan plus obscur. Le panneau de signalisation « route barrée » placé au fond du couloir devait évoquer un interdit, celui de pénétrer dans cet espace privé entrouvert, mais les déambulations capturées par l’objectif ont finalement masqué ce texte peut-être trop suggestif pour la scène. Le corps, lui, se dérobe suivant les lignes de fuites figurées ici par la porte et la lumière. Le tout donne ainsi une impression délibérée de voile à moitié levé sur l’intimité de cette inconnue.

Puis la magie du hasard opère et l’on découvre des éléments renforçant le sens de la photo. Ce fauteuil rouge tout d’abord, placé là par intuition pour nourrir le premier plan et contraster avec la clarté du second, apporte finalement une portée supplémentaire à la photo. Il est un clin d’œil au fauteuil de cinéma et au spectateur qui, face à cette part d’intimité photographiée, prend involontairement la posture de voyeur, tapi dans l’ombre. Les lignes, tantôt horizontales, verticales et diagonales, structurent la photo et s’opposent aux courbes de la silhouette mouvante, imperceptible. Enfin, les deux silhouettes capturées par la pose longue se positionnent parfaitement dans la lumière projetée au sol suivant ainsi le chemin de cette femme se dérobant à l’objectif et évoquant innocemment le Nu descendant un escalier de Marcel Duchamp tant par la nudité, la décomposition du mouvement et la prédominance de jaune et de rouge, couleurs chaleureuses, intimes.

 

 

Manon H.