Archives par mot-clé : inspiration

Le Pruneau

(cc) Elsa Maji (9/12/14)
(cc) Elsa Maji (9/12/14) 

L’idée de réaliser une photographie conceptuelle m’angoisse. Je ne connais pas les raisons, alors je cherche. D’après Arte, la photographie conceptuelle serait dépourvue de toute connotation esthétique et artistique. Le but serait de « montrer la réalité telle qu’elle est, et non telle que nous la voyons à travers nos interprétations ». Je suis donc angoissée par l’idée de réaliser une photographie neutre. Le neutre ne m’inspire pas.  Après avoir compris mon blocage, je peux le surmonter. Quitte à réaliser une photographie neutre, je souhaiterai faire passer un message sur un aliment que j’affectionne : le pruneau. Par la photographie du pruneau, j’espère éveiller la conscience des habitants du Sud-Ouest sur ce fruit sec passé aux oubliettes. La zone de production du pruneau couvre six départements du Sud-Ouest : Lot-et-Garonne, Dordogne, Gironde, Tarn-et-Garonne, Gers et Lot. Le pruneau mériterait autant d’importance que la vigne. D’après une étude diététique, le pruneau, aliment dont la teneur en fibre est incontestable, aurait des vertus laxatifs. Il permettrait la régulation du transit et du métabolisme.

 Photographier un pruneau, ce n’est pas toujours évident. Déjà, il faut choisir un beau pruneau. Ensuite, il faut le positionner correctement sur la table; de sorte à ce que l’on aperçoive ses formes distinctement. Le pruneau doit être photographié sur fond blanc, je le positionne sur une table blanche, rapproche une lumière pour l’éclairer. Je prend successivement trois photographies avec trois poses différentes : le pruneau de face, le pruneau de profil, le pruneau à la verticale. Comme je n’ai pas de macro objectif, j’utilise un moyen format. Pour que le pruneau soit net, je dois garder une certaine distance.

 Le résultat obtenu : un pruneau sur fond blanc. Jusqu’ici rien d’étonnant. N’ayant pas procédé à la balance des blancs, le fond blanc apparait jaune tungstène. Le pruneau, quant à lui, a des reflets luisants, il s’agit probablement du reflet de la lumière qui a permis de l’éclairer. Pour annuler ces effets, j’ouvre le logiciel lightroom, je modifie les paramètres de couleur en noir et blanc. La photographie noir et blanc parait plus naturelle.

Elsa Maji

La muse

(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)

Pour un artiste le processus de création est parfois semé d’embûches. Il suffit pourtant d’une idée, d’une étincelle ou d’un murmure pour avoir le déclic. Celui-ci arrive de nulle part comme si il avait été soufflé à notre oreille par quelqu’un d’autre. Cela nous laisse penser que l’on serait inspiré par une muse qui nous suivrait partout. Celle-ci apparaîtrait comme par enchantement, de manière furtive. Pour moi elle se manifeste quand je ne m’y attends pas, elle est un esprit reflet de mon subconscient.

Tout d’abord j’ai voulu mettre en scène un bureau d’artiste. J’ai disposé différents accessoires de dessin et peinture de manière désordonnée. Le bureau est éclairé par une seule lampe pour mettre en avant l’espace de travail. Pour faire apparaître ma « muse », j’ai utilisé un miroir qui reflétait le modèle positionné en face, donnant l’impression qu’elle est posée sur le bureau. Pour donner l’effet de transparence j’ai utilisé un temps de pose de 4 secondes, le miroir étant positionné pendant 2 secondes reflétait le modèle. Enfin il est retiré rapidement pour laisser place au décor. L’appareil photo était posé sur une surface plane afin d’avoir une image nette et laisser se manifester la magie.

J’ai voulu traduire une ambiance particulière sur ce cliché. La lumière joue un rôle particulier pour poser l’atmosphère. En effet je voulais donner l’impression qu’un artiste, lors d’une soirée aurait laissé ses travaux en suspens. Sa muse est toujours là à l’attendre sur son bureau. Nous nous trouvons entre rêve et illusion.

Lisa Delpech

Vague d’inspiration

Vague d'inspiration. (cc) Sylvain Rio (23/11/2013)
Vague d’inspiration. (cc) Sylvestre (23/11/2013)

Au cours d’une simple balade au bord de la mer, notre regard peut se trouver comme happé par un paysage, éveillant en nous une véritable « vague » d’inspiration. On se retrouve alors seul, dans une bulle, notre bulle. L’impression que le temps ralentit se fait sentir, le calme devient alors un moteur à la réflexion. Notre respiration se cale sur le son des vagues venant se briser sur le sable. L’esprit entre soudain en phase avec le décor qui l’entoure.

Pour traduire cette sensation, j’ai décidé de dessiner une plage que je connais. Je me suis aidé d’une photo afin de chercher le réalisme. Voulant exprimer une atmosphère vaporeuse, j’ai d’abord utilisé des pastels secs. J’ai ainsi créé trois zones : le ciel, la mer et la plage. Une fois ces aires définies, il a fallu jouer sur les nuances de couleurs afin de donner de la vie et du relief au paysage. Le tout a été très légèrement uniformisé avec une teinte verte, pour transcrire la lumière générale de la scène. J’ai ensuite procédé à des essais avec d’autres techniques, comme le crayon à papier, dans le but d’intégrer plus de détails, notamment sur la plage . J’ai préféré ne pas aller au bout de cette idée, car je ne voulais pas non plus que l’œil du spectateur s’attache trop à ces détails. Je pense en effet que ceci auraient nui à l’atmosphère éthérée que je cherchais à transposer. Ainsi, le concept d’un cadre sollicitant l’imagination est conservée…

Sylvestre

La maison aux marguerites

La mais aux marguerites (cc) Émilie Donès (24/11/2013)
La maison aux marguerites (cc) Émilie Donès (24/11/2013)

Il est difficile de déterminer un endroit qui nous inspire vraiment. Tout d’abord, il faut se poser la question de savoir ce que veut dire « inspirer », se figurer un sens totalement personnel du mot. Pour moi, il était clair que je devais dessiner un endroit auquel je suis habituée, afin de pouvoir rendre sur le papier une image chargée de sens, où les détails occupent une place importante. J’ai donc réfléchi à un endroit que j’aime, qui me rassure, m’apporte un sentiment d’apaisement. Bref, un endroit qui me représente. En réfléchissant de cette manière, un lieu en particulier met apparu comme une évidence : cette maison abandonnée. Perdue en pleine campagne, au milieu d’un champ de marguerites, cette maison éclairée par un soleil éblouissant représente les souvenirs de mon enfance, l’endroit où j’aimais me rendre à vélo avec mes cousines.

Afin de rendre le caractère lointain et effacé de mon souvenir, j’ai décidé de réaliser mon dessin au crayon à papier. De cette manière, j’ai essayé de représenter au mieux le souvenir que je garde de cette maison. J’ai tout d’abord tracé les traits les plus importants de l’image présente dans ma mémoire : la maison aux ouvertures sombres, de part l’inactivité du lieu, les deux arbres côte à côte et pourtant si différents, enfin, le point principal de mon souvenir, le champ de marguerites sur la colline. J’ai tenté d’accentuer les zones d’ombres en respectant l’orientation du soleil, telle que l’on pouvait observer au moment où l’on s’y rendait le plus souvent, le début de l’après midi. Moment de la journée où cette atmosphère chaleureuse contrastait avec le vide renvoyé par cette maison sans vie.

Émilie DONES

En pleine méditation

Jardin bouddhiste. (cc) Coline Cesbron (23/11/13)
Jardin bouddhiste (cc) Coline Cesbron (23/11/13)

Mercredi matin, c’est atelier dessin ! Mon cœur ne fait qu’un tour. J’ai toujours rêvé de savoir dessiner, mais rien n’y fait, le coup de crayon n’y est pas ! Ce matin là, je ressens donc un mélange de hâte et d’anxiété. Vais-je réussir à dessiner quelque chose pour mon prochain billet ? Le thème : un lieu qui vous inspire. J’ai plusieurs images sous les yeux, une seule retient mon attention. Rêvant de l’Indonésie, du Sri Lanka et de la Malaisie, je suis attirée par ce jardin bouddhiste : il renforce mes envies de voyage et m’apporte sérénité. « L’enseignement du Bouddha, par la voie de la méditation, vise à procurer un état de parfaite santé mentale, d’équilibre et de tranquillité ». Voilà ce qui est dit.

Je prends donc les pastels secs mis à ma disposition et me lance dans la réalisation du dessin. L’exercice me paraît difficile mais je tente de respecter la méthode proposée : je commence par reproduire les zones de couleurs de l’image : le bleu du ciel, le vert des arbres et l’orangé des édifices. Puis, je m’attaque aux détails afin de donner un peu de relief à ces zones de couleurs. J’essaie de dessiner les pierres, les marches, les statues, le Bouddha… J’éprouve des difficultés à être satisfaite de mon travail mais, pour une première, je me dis finalement que ce n’est pas si mal. Me reste alors à peaufiner mon dessin en travaillant sur les dégradés, les jeux de lumière et les ombres, grâce au fusain. L’exercice a été pour moi un moment de méditation, m’amenant à la conclusion que le dessin, c’est un peu comme la vie : un challenge et un travail sur soi. Mais c’est également un moment de plaisir.

Coline Cesbron