Archives par mot-clé : illusion

Casse-tête Bordelais

photo4
(cc) Coline Portet (28/01/2015)

Observant mes trois photos différentes, j’ai commencé par découper les images en petites bandes égales que j’ai collés les unes à la suite des autres, toujours dans le même ordre. Ce processus avait pour but de créer une histoire commune et ainsi de faire naître un point commun entre ces photos sans en laisser une prendre le pas sur l’autre. Les récits photographiques ainsi imbriqués forment donc une nouvelle histoire basée sur les trois autres. Suite à cette première base de travail j’ai décidé d’ajouter à ma photo l’élément le plus important de chacune de mes photographies afin de les confronter d’avantage dans les détails. J’ai choisis de prendre une fleur, un parapluie et mon visage effacé. Ces éléments m’ont permit de mêler les intentions et les sentiments inscrits dans chacune de mes trois photos que je souhaitais garder. Déjà flou j’ai ajouté de la transparence à mon visage pour qu’il apparaisse encore plus étrange et brouillon devenant ainsi énigmatique à l’image de la photo d’origine. J’ai agrandit la fleur qui était petite afin de dévoiler le côté intime de l’image de base. Puis j’ai collé le parapluie en haut à droite de la photo car cet élément est pour moi assez paradoxal. Il annonce une menace et est à la fois protecteur et rassurant. Ce côté paradoxal est l’esprit même qui ressort de la photo d’origine illustrant le passage de l’enfance au monde adulte.

En créant ce montage photo je me suis rendue compte qu’il y avait plus de temporalité que je ne le pensais. En plus des trois histoires individuelles et de l’histoire commune, les morceaux de photos qui se suivent en ligne font naître plusieurs dimensions à la photo et plusieurs grilles de lecture. On peut se concentrer sur l’une des trois photos d’origine en faisant abstraction des deux autres. Elles sont toutes aussi visibles, c’est à notre œil de choisir d’en visualiser une en particulier à chaque nouvelle vision. Ce caractère singulier permet aussi à la photo de montrer l’illusion que permet de créer la photographie. On retrouve également d’autres aspects qui rendent hommage aux photos de base. L’illustration comporte des couleurs très vives et variées ce qui rappel l’atmosphère féerique et joyeux de la fête foraine, ma première photographie. De plus, mon visage parsemé de bout de photos rappel l’aspect intimiste d’un de mes trois clichés. Mes trois photographies dans un premier temps opposées forment une seule et même image représentative de ces trois dernières. En observant la photo, je me suis également rendue compte que l’image obtenue témoigne de mes recherches et de mes réflexions puisqu’on y voit mon visage inondé par mes trois photos découpées.

Haut les cœurs

Manon Sultana (08/12/2014) (cc)
Manon Sultana (08/12/2014) (cc)

 

Un concept, il faut que je trouve un concept. A force de faire des recherches, je me dis: « Le mieux c’est de tester! ». Alors me voilà avec des ciseaux dans une main et une tranche de pain de mie dans l’autre. Pour quoi faire me diriez-vous? Pour découper une forme de visage et grâce à une lampe faire des ombres chinoises… A vrai dire, je n’arrive pas vraiment à me convaincre. Alors je promène ma souris d’ordinateur dans des photos que j’ai prises à Grenoble. Et je me souviens d’un jour où avec des amis on avait voulu essayer les « photos lévitation ». On n’avait pas vraiment préparé quoi que ce soit, sans vraiment savoir qu’il fallait un travail préparatif. Alors qu’en fait il faut faire attention au moindre détail afin de faciliter l’illusion. Tout de suite j’ai eu envie de recommencer. Pour ce billet je voulais à la fois mettre en scène ma photographie et me mettre en scène. Comme pour me prouver quelque chose. Allô Floriane, peux tu m’aider pour ma photo?

Le 8 décembre 2014 à 18h il fait 8 degrés. En robe, une chaise sous le bras et Floriane a à mes côtés, on se rend dans un square. J’apprivoise le lieu, les lumières, les angles, les ombres, etc. Tous les détails qui pourraient nuire ou améliorer la photo. C’est bon j’ai choisi l’endroit. Je pose l’appareil et je règle les réglages : la vitesse à 1/13s, l’ouverture en F4 et l’Iso en 1000. J’essaye d’appliquer les cours de photographie tant bien que mal, je souhaite avoir un peu de profondeur avec un arrière plan net. Il faisait nuit j’ai donc adapté le temps de pose à l’ouverture. Je voulais capter le plus de lumière possible. Je choisis de prendre la photo de côté afin de renforcer l’effet de lévitation. On prend une première photo avec le décor sans la chaise ni moi. Puis il ne faut surtout pas bouger. Pieds nus, je pose la chaise sur le bloc et je me positionne dessus. Il faut que j’adopte une pose de lévitation et que je pense à ce que ma posture, mes habits, mes cheveux soient en adéquation. Il ne faut pas qu’au rendu final on remarque que j’étais assise. Vu qu’il faisait nuit, il fallait aussi faire attention aux ombres ce qui fut moins évident. Un clic, surtout sans bouger l’appareil et tout est dans la boîte. Direction la maison.

Carte SD dans l’ordinateur, il faut ouvrir Photoshop. Je ne voulais rien modifier dans les saturations ou autres, seulement rendre réel mon effet. Je positionne mes calques, le décor dessous et moi dessus. A l’aide de l’outil détourage je peux faire disparaître la chaise. Vient le moment de s’attaquer aux ombres. J’essaye comme je peux d’uniformiser tout cela. Quand je vois le miracle, que dis-je la supercherie, je suis contente: ça marche. Mon illusion est là, mais quelles émotions me provoquent cette photo? Je lévite en l’air, dans une position latente. Je suis autant en train de m’élever que de tomber. Chaque personne peut se retrouver dans cet état d’attente, à la fois léger et lourd. Une main en l’air et une autre en bas. Mais ce qui me marque c’est mon regard vers le haut. Rien de calculé, un acte manqué comme il en existe tant. Comme dit la chanson Haut les cœurs du groupe Fauve:

 » Haut les cœurs, Haut les cœurs, Haut les cœurs, Il faut se dire des belles choses, qu’on gardera pour plus tard ».

Manon Sultana

La grande illusion

Favorite
(cc) Coline Portet 05/12/14

La photographie est une pratique magique et attractive. Voulant créer une photo représentative de ce qu’elle dégage, j’ai voulu approfondir les effets de la matière sur l’image. J’ai donc utilisé plusieurs sortes de matières, toutes transparentes ainsi que le corps humain. Ce qui m’intéresse dans ces matériaux est l’étrangeté qu’ils apportent à la photo. On a accès à l’image visualisée par l’objectif à laquelle on rajoute un voile qui vient la perturber. En jouant avec la position du corps humain et du sac plastique utilisé je souhaitais recréer un univers particulier qui reflète le fait que la photographie est spectaculaire : elle créer de l’illusion tout en percevant l’invisible.

Je suis partie de ces idées pour créer ma photo en m’inspirant également des créations de Duane Michals. Il utilise des miroirs qui donnent une vision déformante du sujet et révèle ainsi un nouveau visage, une nouvelle facette du personnage et de la vie tel que peut le faire la photographie. J’ai élevé le temps d’exposition à 30 secondes. Durant ce temps j’ai bougé de place une fois pour apparaître à plusieurs endroits dans la photo et ainsi créer plusieurs temporalités. Pendant la prise de vue, une poche plastique était scotchée devant l’objectif pour créer cette sorte de voile, de filtre parasite. J’ai décidé de faire la mise au point sur mon visage et non sur le sac plastique. Je me suis placé près du miroir, de profil à celui-ci pour qu’il me reflète lors de mes deux positions. J’ai essayé de placer le plastique à plusieurs endroits, plus ou moins loin de l’appareil et je me suis aperçu que plus le sac plastique était proche du capteur, moins on le voyait. Sur cette photo le voile n’est pas très marqué mais il est pourtant présent.

Un sac plastique vient perturber la vision de l’objectif mais il n’est pourtant presque pas visible sur l’image. Ainsi la photographie est étrange et une illusion se créée. On ne voit pas réellement la scène puisqu’on ne voit pas vraiment le sac plastique. Les couleurs qui donnent un côté vieillit accentuent ce côté éphémère qu’est l’instant présent. De plus, le fait que je sois présente mais presque transparente permet de m’ancrer en tant que sujet dans la photo et d’en dégager son esprit immortel, de montrer l’invisible. La présence du miroir crée plusieurs facettes de moi même dans un seul espace temps et mon corps inscrit à plusieurs endroits accentue également ce côté fantomatique de la photo. On capte un instant éphémère qui aussitôt vécu devient déjà du passé d’où le fait que mon corps soit à demi visible. Grâce au lignes présentes dans la photo, on a l’impression de sur-cadrage et de cadre dans le cadre qui divise l’espace en plusieurs parties alors qu’il est pourtant unique. Ainsi l’espace et le temps sont dilatés, étirés et témoignent de la magie et de l’éternité permise par la technique photographique.

Coline Portet

Cette enfance qui nous retient…

Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)
Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)

Ce sont nos souvenirs qui nous maintiennent en enfance, telle est l’idée que veut montrer cette photo, donnant l’illusion de me faire étrangler par le cowboy Woody. Ce personnage n’a pas été utilisé au hasard, car le film « Toy Story » des studios Pixar représente bien cette idée à travers cette bande de jouets qui ne veulent pas être oublié par leur propriétaire. Personnellement, ce jouet compte beaucoup pour moi car il m’a été offert lorsque j’étais enfant et j’ai tout fait pour le conserver afin de me souvenir de cette époque. Même le tee-shirt représentant le logo du groupe de rock The Who illustre cette époque, car mon père les écoutait souvent avec plaisir, même encore aujourd’hui.

Pour réaliser ce montage, il s’agit là d’une simple illusion d’optique de taille, donnant l’impression que Woody est plus grand et me surplombe pour renforcer un côté dominateur. Pour cela, le jouet a simplement été surélevé par rapport à moi-même, et un fil a servi à lui tendre le bras, pour donner cette impression d’étranglement. Même la taille des ombres sur le mur sont là afin de renforcer cet aspect. Aucun effet ou filtre particulier n’a été utilisé sur cette photo, et pour finir, le drap bleu du fond peut faire penser à une sorte de cabane, afin d’appuyer l’aspect désordre que peut avoir une chambre d’enfants.

Si on devait caractériser cette image, on pourrait faire référence au syndrome de Peter Pan, cette expression utilisée pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir un adulte, ainsi que le désir associé de rester enfant, en référence au personnage éponyme du garçon qui ne voulait pas grandir. Nous avons tous peur du temps qui passe, et donc de vieillir, et les jouets que nous avons conservés nous rappellent qui nous étions. Il s’agit d’une peur que nous devons accepter et avec laquelle nous devons apprendre à vivre , même si certains jours, on aurait bien envie de se glisser à nouveau dans la peau de l’enfant que nous étions, afin de profiter à nouveau de tous nos anciens jeux en toute insouciance.

Vincent DUQUENNOY

L’accordéoniste voleur d’âme

L'accordéoniste voleur d'âme. (cc) Vincent Duquennoy (17/10/2013)
L’accordéoniste voleur d’âme. (cc) Vincent Duquennoy (17/10/2013)

Prendre la photo dans le Jardin Public de Bordeaux est tout un symbole, car ce lieu représente beaucoup pour moi : j’y venais souvent avec mes parents étant enfant, pour écouter les artistes. Il m’a fallu du temps pour trouver ce musicien jouant sur des marches. Grattant sur son ukulélé, il n’arrivait pas à attirer la faveur des passants. Soudain, il décide de troquer l’instrument à cordes pour un accordéon. Passe alors cet homme avec un pantalon vert, qui semble attiré par la mélodie. J’appuie sur le déclencheur, et une fois l’image capturée, je donne une pièce au musicien pour le remercier de s’être laissé photographier, et je repars avec le cliché dans l’appareil.

Cette photo a été réalisée à hauteur du musicien, le passant au second plan. Je ne l’avais pas réalisé au début, mais la position de l’ombre sur l’image pourrait faire croire que l’accordéoniste aspire celle du marcheur. Cela peut donc donner l’illusion que le musicien, tel le joueur de flûte de Hamelin, attire l’attention des gens en s’emparant de leurs âmes, afin qu’ils soient captivés par sa musique. A regarder ce cliché, on entendrait presque la musique se faufiler jusqu’à nos oreilles. La musique associée à cet environnement très « verdoyant » du parc produit un effet de bien-être, accentué par l’expression des visages détendus. Ces personnages sont reliés par la mélodie, l’espace d’un instant, d’une brève rencontre.

          Vincent DUQUENNOY