Archives par mot-clé : identité

Rendez-vous aux Moulins

(cc) Chloé Hernandez (26/01/14)
Rendez-vous aux Moulins. (cc) Chloé Hernandez (26/01/2014)

« Café les « 2 Moulins ». J’y suis souvent à partir de 16h00 ». C’est ce que je peux lire sur le petit écriteau qu’elle tient entre ses mains. Un rendez-vous. Dois-je m’y rendre ? Mais qui est-elle ? Cette inconnue semble vouloir garder l’anonymat, du moins jusqu’à notre rencontre. Elle qui m’envoie ses photos en prenant soin de ne jamais dévoiler son identité en masquant toujours une part de son visage. En assemblant les petits morceaux de papier, j’ai pu reconstituer la dernière photo et découvrir le lieu de rendez-vous. C’est un jeu, elle m’invite à la retrouver. Le meilleur moyen de savoir qui elle est d’aller au café indiqué.

En lisant la consigne, qui consistait à réaliser son portrait en collage, j’ai rapidement pensé à une image de photomaton, déchirée et découpée tel les morceaux d’un puzzle. Naturellement, ce détail m’a fait pensé au film « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain », qui est l’un de mes films favori. L’une des « intrigues » du film demeure sur l’identité de l’homme qui se photographie et se débarrasse aussitôt des ses clichés. Le personnage d’Amélie reprend le processus du photomaton pour donner rendez-vous à l’homme qu’elle aime et qu’elle n’a jamais réellement rencontré. En guise de citation j’ai donc moi aussi utilisé le principe du photomaton, dans le cas présent il s’agit d’un « photomaton en ligne », pour donner rendez-vous à la personne qui reconstitue le puzzle de ma photo, quelle qu’elle soit. A l’aide d’une feuille de Canson noire, je me suis fabriquée un écriteau avec le texte exacte sur lequel Amélie donne rendez-vous à son amant. Comme je n’avais pas de papier photo, j’ai imprimé et découpé mon portrait afin de le coller sur un papier plus épais. J’ai froissé mon collage avant de le déchirer pour donner à croire que l’expéditeur insistait pour que le destinataire reconstitue la photo. Tel un détective, le destinataire cherche à assembler toute les pièces du puzzle pour résoudre l’énigme.

Chloé HERNANDEZ

 

Autour d’un café

(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)
(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)

 

S’il est un moment qui me rappelle l’intimité, c’est celui que l’on passe entre amis ou en famille rassemblés autour d’un café. C’est l’instant propice au partage et aux confidences, pendant lequel on peut se dévoiler.

Pour représenter ce moment, j’ai choisi de photographier l’intérieur d’un café,  et photographier le contenu de la table, les mains, et la fumée s’échappant des tasses. L’image de ces volutes, de la chaleur, rappelle à mon sens le confort, l’idée que l’on est dans un cocon. J’ai installé mon appareil de manière à ce que le point de vue soit au niveau de la table, voulant davantage saisir le mouvement des mains que les visages, et j’ai ensuite réalisé plusieurs essais. Les premiers n’étaient pas très concluants car mon angle de champs était réduit, et la lumière n’était pas suffisante. C’est finalement avec ce rayon de soleil que j’ai obtenu la luminosité que je souhaitais : diffuse, douce, elle traduit une ambiance chaleureuse.

Je trouve cette photo équilibrée, en accord avec mon intention initiale, puisqu’elle représente exactement mon idée de l’intimité. Elle est la seule que j’ai conservée et je que j’ai trouvée réussie.  J’aurais pourtant aimé réaliser un montage de plusieurs photos et de créer une variation sur le même thème, à la manière de Sophie Calle. Ce n’est que partie remise, et j’attends avec impatience le prochain café.

Florence Delavaud

Aux portes de mon intimité

(cc) Elodie Chalumeau (08/12/2013)
(cc) Elodie Chalumeau (08/12/2013)

Ne vous fiez pas aux apparences. Si je consens à vous ouvrir les portes de mon intimité, ce n’est que de façon détournée. Ne souhaitant pas vous dévoiler le plus profond de mon âme, je vais vous révéler les clefs de ma surface. Car en réalité l’identité que vous me connaissez, est seulement celle que je me construis chaque matin devant mon miroir, selon mon humeur et mes envies, à l’aide du contenu de mon placard. Colorée ou sombre, habillée ou décontractée, tel un caméléon je choisi une peau que j’endosse pour la journée et qui ne sera pas la même que demain, car chaque jour selon les situations, je me réserve le droit d’être différente.

Cette photo est prise en plongée, de façon à recréer au mieux la vision que j’ai tous les matins en ouvrant les portes de mon placard pour m’immerger dans le choix de mon apparence du jour. Le temps limité que j’ai pour faire ce choix dans la précipitation matinale est symbolisé par la montre, posée sur le haut du meuble et floue car je n’ai jamais clairement conscience de l’heure à ce moment de la journée. De même, la surexposition sur la droite de l’image représente l’effet de la lumière éblouissante d’une lampe ou du soleil qui attaque immanquablement mes yeux mal réveillés à cet instant. Les couleurs sont saturées, démontrant le contraste entre les vêtements colorés des jours heureux et ceux, noirs et blancs, des matins plus mornes. L’armoire est au centre du cadre et l’occupe presque complètement pour en souligner  l’importance.

Elodie CHALUMEAU

Ondes culinaires

Alison Goizet cc 08/12/2013
(cc) Alison Goizet (08/12/2013)

Je crois qu’un des plus grands drames de ma vie est ma totale incapacité à cuisiner. Je profite donc de ce billet pour vous faire part de ce que je me fais subir depuis maintenant trois ans ! Pour ce faire, je vous présente mon meilleur ami, le micro ondes. Je vous laisse imaginer à quel point j’idolâtre cet appareil ! Il est témoin de tellement de choses me concernant : mon penchant pour les féculents, les sucres lents sont importants ; ma tentative de début de semaine de manger équilibré, avec des légumes et des aromates ; ma tête fatiguée qui rentre des cours et qui s’apprête à aller au travail. Puis rien, le frigo est vide et je n’ai pas le temps d’aller faire les courses. « Je n’ai pas le temps », c’est devenue mon expression cette année ! Enfin, mon lapin, qui est traumatisé depuis qu’il a vu le seul endroit de mon appartement où il ne s’était jamais trouvé !

Mon billet est composé de sept photos qui représentent chacune un jour de la semaine. Un trait noir les sépare afin de le montrer. Pour des raisons esthétiques j’ai décidé de les positionner de la façon suivante : 2/3/2. Le cadre est fixe, il reste le même pour toutes les photos. Le plan reste également le même. La lumière du micro ondes forme un spot lumineux sur les éléments intérieurs et focalise notre regard.

Goizet Alison

Un brin de féminité

Un brin de féminité (cc) Soline Testard (08/12/2013)

(cc) Soline Testard (08/12/2013)

 

 

En prenant mon appareil ce jour-ci, j’ai rencontré un sentiment que j’affronte rarement pour prendre une photo : la frustration. J’ai donc essayé, posé, retravaillé sans jamais être vraiment satisfaite du résultat. J’en suis donc arrivée à cet accord : je me livre sans  me livrer à travers cette pose qui exclu mon visage. Ainsi, je conserve une part de mystère, refusant que l’on m’identifie totalement. Pourtant, un élément s’impose prenant près d’un quart de la photo : une main. Cette dernière s’entortillant autour d’une mèche de cheveux, renseignant ainsi sur mon caractère joueur. Seule une couleur se détache du cliché : le rouge de ma chevelure qui est à l’image d’une identité dynamique et aimante. Oui, j’aime la vie, les gens que je rencontre et même ceux que je ne connais pas encore. A travers cette pose audacieuse mais pourtant naturelle, je dévoile alors mon corps sans le montrer complètement, renforçant mon caractère joueur, laissant deviner le reste de la photo à ceux qui la visualisent.

Epurée, cette photo contient des contrastes à l’image de mon identité. La profondeur de champ rempli un rôle très important car elle permet d’établir la mise au point seulement sur mes cheveux et ma main. Ce qui permet de les mettre en valeur. Le cadre est volontairement tronqué afin de masquer la majorité du visage. La distance minimale à respecter avec mon appareil étant de 45cm, il m’était impossible de réaliser cette photo sans le retardateur. L’écran orientable m’a permis d’avoir une vision sur mon cadre lors de la prise. Pour cette image, j’étais donc en plein jour à une vitesse de 1/50 pour une focale de 8 avec un ISO au minimum : 100.

Soline TESTARD