Archives par mot-clé : histoire

Raconte moi une histoire

Capture d’écran 2015-02-13 à 18.06.25

Le thème de ce deuxième billet son « Bonne nuit les petits » m’a fait immédiatement pensé à la série animée du même nom. Je n’avais pas d’idée très originale, je me suis attachée à ce que le thème m’évoquait c’est à dire aux histoires racontées aux enfants avant d’aller dormir. J’ai donc fait le choix de raconter une histoire qui a marqué mon enfance, celle de Boucle d’or et de la famille ours. Je souhaitais également faire référence à la série animée « Bonne nuit les petits » qui a bercé mon enfance. Lorsque je commence à raconter l’histoire le générique de « Bonne nuit les petits » retenti et à la fin de l’histoire nous pouvons également entendre le générique de fin de la série ainsi que Nicolas et Pimprenelle se souhaitant une bonne nuit.

 Pour créer une véritable ambiance sonore j’ai importé des sons d’ambiance comme lorsque Boucle d’or se balade dans les bois nous pouvons entendre différents sons qui fait référence à la nature, comme celui des oiseaux. J’ai également rajouté des bruitages, comme lorsque Boucle d’or ouvre la porte nous pouvons entendre la porte grincer ou encore lorsqu’elle goute la soupe nous pouvons l’entendre entrain de boire. J’ai également rajouté des musiques en fonction de l’intrigue de l’histoire, par exemple lorsqu’elle se perd dans les bois une musique un peu inquiétante retenti. Grâce à ces différents procédés les auditeurs peuvent imager l’histoire de Boucle d’or et se laisser transporter dans cette ambiance sonore.

Delphine Delumeau

Le petit chaperon rouge

 

Pour ce billet son, je n’avais pas d’idée très originale. J’ai beaucoup réfléchi, mais je ne trouvais pas quoi raconter et surtout comment le mettre en scène. Je n’arrivais pas à me défaire de ce que ce thème m’évoquait : les histoires avant de dormir, les chansons, le dessin animé que je regardais petite.

J’ai donc choisi de mettre en son un soir typique, dans une chambre d’enfants : les enfants jouent, sautent sur le lit, jusqu’à l’entrée de la mère qui annonce l’heure du coucher. Celle-ci leur lit une histoire : Le petit chaperon rouge. Elle enclenche une boîte à musique. Les enfants s’endorment rapidement, la mère les embrasse pour leur dire bonne nuit, et sort de la chambre.

Je ne voulais pas m’enregistrer, d’autant plus que n’ayant pas de matériel, je n’aime pas le rendu médiocre du micro d’ordinateur. Je ne savais pas à qui m’adresser. J’ai donc cherché une histoire audio en ligne, avec uniquement une voix et pas de musique ou de son d’ambiance. Je l’ai habillée avec le son de la boîte à musique, celui du lit qui grince, des enfants qui rient, qui ronflent. J’ai également ajouté le bruit des pas de la mère et de la porte qu’on ouvre et qu’on ferme.

Floriane Rivery

 

Les trois petits cochons

Souhaitant raconter une petite histoire commune à toutes les générations, j’ai choisis de raconter l’histoire des trois petits cochons. J’ai utilisé les voix et les récits de différentes personnes, de sexes différents et de tous âges pour montrer ce côté universel. Ce mélange d’histoire sonore donne un aspect intimiste à la création audio ce qui pour moi était important puisque le sommeil et le moment où l’on va se coucher sont des instants intimes, personnels mais pourtant vécu quotidiennement par tout le monde. L’histoire est racontée sur le son d’une boite à musique. C’est en quelque sorte ce qui commence et ce qui conclut le récit puisque c’est le son de cette boite que l’on entend en premier et en dernier. Cela donne un effet éphémère et magique à la création puisqu’on dirait que le récit sort lui aussi de cette boite à musique avant de s’arrêter avec elle. Afin de rajouter de l’efficacité au récit et pour le rythmer un peu, j’ai choisis d’utiliser quelques sons d’ambiance et quelques bruitages illustrant l’histoire et les actions énumérés par les lecteurs des trois petits cochons.

J’ai eu beaucoup de difficultés à imbriquer les récits les uns à la suite des autres. Le son n’étant pas de la même qualité. Certain passages sont parasités par des bruits ambiant gênant, d’autres sont plus distincts. Le volume de la création sonore est donc changeant. J’ai également eu beaucoup de mal à écrire l’histoire de façon souple, fluide et bien rythmé par manque de temps. Le projet, ne devant pas dépasser deux heures trente m’imposait de couper des parties de l’histoire, d’en raconter qu’un passage ou de tout imbriquer à la suite sans possibilité de rajouter des moments de silences et de coupures.

Coline Portet.

 

« Satisfaction garantie » – séquence 10

Claire, qui se cramponnait à son chapeau pour résister aux fantaisies facétieuses que le vent prenait avec lui , avait ramené de la bibliothèque publique deux épais traités sur l’art domestique. Elle observait Tony lorsqu’il ouvrait l’un deux et se mit à feuilleter. C’était la première fois qu’elle voyait ses doigts s’activer à une besogne exigeant de la délicatesse.  » Je ne comprends pas comment ils peuvent obtenir un pareil résultat », pensa t-elle, et, poussée par une impulsion subite, elle saisit sa main du robot et l’attira vers elle. Tony ne résista pas et la laissa inerte, pour lui permettre de l’examiner.

– C’est remarquable, dit-elle, même vos ongles ont l’air absolument naturels.

–  C’est voulu, bien sûr, répondit Tony. La peau est constituée d’un plastique souple, et la charpente qui tient lieu de squelette est faite d’un alliage de métaux légers. Cela vous amuse?

– Pas du tout. (Elle leva son visage rougi.) J’éprouve une certaine gêne à jeter indiscret dans vos viscères, si je puis dire. Cela ne me concerne nullement. Vous ne me posez aucunes questions sur mes organes internes.

– Mes empreintes cérébrales ne comportent pas ce genre de curiosité. Je ne puis qu’agir dans la limite de mes possibilités. Claire sentit quelque chose se nouer à l’intérieure de son corps au cours qui suivit. Pourquoi oubliait- elle constamment qu’il n’était qu’une simple machine? Paradoxalement, c’était la machine qui venait de lui rappeler. Elle était à ce point frustrée de toute sympathie qu’elle venait à considérer un robot sans être son égal… parce qu’il lui témoignait de l’intérêt ?

"Satisfaction garantie" - séquence 10 (cc) Alexia Di Cioccio (09/02/14)
« Satisfaction garantie » – séquence 10 (cc) Alexia Di Cioccio (09/02/14)

Pour la réalisation de ce story-board, j’ai décidé de me concentrer sur les interactions entre Claire et Tony. Pour cela, j’ai d’abord réalisé une vignette en plan américain, montrant Claire en train de tenir la main de Tony (le robot). Dans la seconde on voit cette femme la tête légèrement baissée et le visage rougi. Elle examine sa main, encore une fois, en tout en pensant à ce qu’elle vient de lui demander. Le plan opère un zoom avant sur les visages afin de capter leurs expressions. Le robot à délibérément une attitude détachée et un regard vide. Pour faire voir la seule différence entre humain et robot. Cette partie de storyboard fini par un gros plan de Claire, elle est comme égarée, son regard se perd dans le vide. Elle ne sait plus où elle en est, son esprit flotte dans cette maison terne.

Les trois vignettes ont été réalisées au crayon à papier, puis les traits principaux repassés avec un crayon plus gras (6B), afin de faire « ressortir » davantage les personnages, leur attitudes et leurs expressions, mais aussi permettre un meilleur rendu à l’écran une fois les dessins numérisés.

Alexia Di Cioccio

Un matin de rêve

Le matin ? Une thématique, celle du rêve, de la perception altérée du monde extérieur. Les sensations, les sentiments, tout est flou, lointain. Les sons se mélangent, l’atmosphère est oppressante. Réalité ou fiction ? La frontière n’est jamais si mince que dans nos chimères. Ce sont ces trois minutes, parfois tant redoutées qui, en brisant le cocon utérin des songes, marquent le passage du noir à la couleur et font disparaitre nos plus sombres démons. Cette production artistique, volontairement tragique a pour vocation de vous replonger dans votre pire cauchemar, mais aussi de rappeler que le matin n’est pas toujours le moment le plus pernicieux de la journée. De Shakespeare à Dali, l’artiste a souvent servi la tragédie, mais la tragédie a également souvent servi l’artiste. A mon avis, c’est seulement lors du pire, que l’on trouve l’aptitude à donner le meilleur.

Du grincement d’une fourchette sur une caisse à outils, en passant par l’écrasement d’une bande de cassette vidéo, divers objets ont été nécessaires à l’enregistrement de cette séquence. Le bruit du train marque le départ du voyage et les infra basses compriment la pensée de  l’auditeur. L’orage ainsi que le crépitement du feu sont les composantes d’une ambiance rassurante, qui se confond peu à peu dans l’inconscient de celui qui rêve. La gradation de la goutte d’eau nous mène progressivement à la sonnerie qui inhibe nos peurs de la nuit.  Au-delà de raconter un cauchemar, j’ai voulu vous céder ma place de conteur ; le pire des rêves révèle peut être la quintessence du réveil.

 

Dorian D.