Archives par mot-clé : harcèlement

Jungle urbaine

Image001

Je suis partie d’une histoire de harcèlement de rue dont j’avais été témoin. L’histoire d’une jeune fille en ciré jaune, croisée il y a quelques mois, dont je parlais dans mon billet The Cigarette Duet. J’avais eu l’impression de faire mon devoir, en prenant cinq minutes ma plume féministe pour témoigner — à mon échelle — sur ces histoires de rues.

Cette fois-ci, il a fallu aller plus loin, et loin de moi l’envie de faire passer un message moralisateur, je propose ce conte moderne comme un manifeste contre le sexisme ordinaire. Une femme sur quatre a peur dans la rue, une sur cinq se fait injurier au moins une fois par an. Les anecdotes relatées dans ces deux minutes sonores sont tirées d’expériences vécues par mes amies et moi-même. Marques laissées, remarques encaissées. Quelque chose d’assez personnel en fin de compte, mais qui fera écho, j’en suis convaincue, à beaucoup d’autres femmes. Les bruits des pas rythment des mots que j’ai voulu percutants, les voix se mêlent, des battements de coeur surgissent, j’ai eu l’envie de construire une ambiance inquiétante. Dans cette jungle urbaine, être femme, c’est être proie.

Adélaïde Michel

The Cigarette Duet

The Cigarette Duet
(cc) Adélaïde Michel (20/10/2014)

« Tu n’aurais peut-être pas dû rentrer chez toi seule, en pleine nuit, alors que tu portais une jupe ». C’est sorti de la bouche d’une amie à qui j’ai confié m’être fait agresser jeudi dernier en rentrant de soirée. J’ai levé les yeux au ciel en me demandant pourquoi, en 2014, je dois encore faire attention à ma tenue vestimentaire ou bien veiller à me faire raccompagner par un ami lorsque je sors. Pour ce premier billet, j’ai eu envie de me confronter à la vie nocturne, et tenter de traduire, en un cliché ce que l’on peut y ressentir quand on y est seule, femme et victime de harcèlement de rue.

Bordeaux, Place de la Victoire, un lundi en début de soirée. Les terrasses des bars se vident à mesure que les happy hours prennent fin. C’est l’heure à laquelle les filles n’osent plus sortir seules dans la rue, ou du moins, qu’on le leur déconseille. Je m’assieds sur un large banc, mon appareil photo comme armure. Je vois cette fille débarquer de nulle part. Au loin, j’entends un homme la siffler, des paroles lui sont lancées aussi intrusives que dérangeantes. Elle les ignore, ne leur adresse ni un sourire, ni une insulte, ni un regard. Une démarche dansante. Elle est jolie et élégante. Voilà, mon sujet, c’est elle. Et tandis que j’ai l’impression d’entrer dans un rôle de voyeur, à la scruter du regard, à l’observer pendant de longues minutes, elle s’assied à quelques mètres de moi.

Je prends plusieurs dizaines de photos en gardant, à quelques exceptions près, le même cadrage et les mêmes réglages. Je tente de saisir chacun de ses mouvements. Parfois, des passants se mettront entre elle et moi, d’autre fois encore, des cyclistes derrière elle amèneront un peu de mouvement à la scène. Pourtant, c’est celle-ci que je décide de garder. Elle, assise seule, dans un duo avec sa cigarette. Il y a quelque chose d’élégant dans l’acte de fumer. Porter la cigarette à sa bouche, faire rouler la roue de son briquet, en faire jaillir une première étincelle. Celle dont le visage était dans l’ombre depuis quelques minutes s’illumine enfin à la lueur de son briquet. Ça y est, j’ai ma photo. Elle vient de se faire harceler, mais la seule émotion que je décèle dans ce visage, c’est une certaine sérénité. Le calme après la tempête.

Adélaïde Michel