Archives par mot-clé : Famille

Portrait de famille

Ce weekend , je devais réaliser mon billet photographique sur mes proches, ça tombait à pic : mon grand frère venait passer le weekend à Bordeaux afin de découvrir ma « nouvelle vie ».  Le dimanche après-midi , peu de temps avant qu’il prenne son train,  nous étions dans un bar. J’ai alors décidé de le photographier dans un miroir car pour moi l’image qu’il me renvoie de moi est plus importante que celle que me renvoie les autres. En effet, on est très fusionnel et il paraît que physiquement c’est le même que moi avec de la barbe en plus bien sur !

Premièrement, la décoration de ce bar était très intéressante. Il y avait plusieurs miroirs dont deux qui se faisaient face disposés dans un coin de la pièce. J’ai dans un premier temps essayé de prendre la photographie dans un des deux miroirs qui nous montrait la scène que l’autre miroir reflétait. Mais cela ne me plaisait pas, le miroir n’était pas net et ça faisait une photographie tachetée. Alors j’ai préféré prendre la situation en direct. Le miroir nous montre un autre champ de la situation, et révèle surtout le visage de mon frère ainsi que le barman en second plan scène qu’on n’aurait pas vue s’ il n’y avait pas eu le miroir. C’est ce que je trouvais intéressant dans cette photographie.

Lorsque j’ai regardé la photo, j’ai aperçu le barman dans le reflet du miroir qui faisait sa sieste sur une table haute au fond du bar. C’est le détail que je n’avais pas prévu lorsque j’ai pris ma photographie. Au début, mon intention était que mon frère soit le seul dans le champ de vision de mon appareil photo. Mais le fait que le barman soit là, ne me déplait pas. C’est cet homme qui m’a laissé entière liberté pour prendre cette photo .

Xila

Petit Frère

cc Delphine Delumeau
(cc) Delphine Delumeau (16/11/2014)

Ce weekend là, j’étais rentrée chez moi à Angers, dans ma maison familiale. Je souhaitais thématiser mon billet sur la famille. Tout au long de ce weekend j’ai pris plusieurs photos de l’intérieur de ma maison et aussi des objets symboliques comme des cadres photos de ma famille. J’ai finalement demandé à mon frère s’il était d’accord de poser avec moi et il a accepté. Pour moi la famille c’est très important, je suis très proche de ma  soeur et de mon frère. Il me paraissait donc naturel de traiter ce sujet sur l’amour fraternel.

 Pour faire cette photo j’ai utilisé le retardateur, je n’avais donc pas le total contrôle de mon appareil. N’ayant pas de trépied, j’ai posé mon appareil sur ma commode. J’ai cadré de façon à ce que les sujets apparaissent en entier sur la photo, afin que l’on s’intéresse beaucoup moins au décor. J’ai ensuite pris la liberté de modifier ma photo en la passant en noir et blanc. Cela permet de créer davantage de contrastes et le rendu en noir et blanc est bien plus esthétique que la photo originale en couleur.

 A travers cette photo, je voulais illustrer notre complicité, car avec mon frère nous avons une relation très fusionnelle. Dans cette photo il y a bien une idée de fusion, car nos deux corps se mélangent et ne font presque plus qu’un. Nous apercevons seulement une tête, deux mains et deux bras. En effet mon bras au dessus apparaît comme la continuité du bras de mon frère. Le lieu dans lequel a été prise la photo est un environnement très personnel puisqu’il s’agit de ma chambre d’enfant. Aujourd’hui mon frère fait une tête de plus que moi, il grandit si vite que j’ai l’impression que le temps m’échappe. Et maintenant que j’ai quitté le nid familial, je ne peux plus avoir un œil sur lui. Cependant quand nous nous retrouvons nous sommes toujours aussi complice.

Delphine Delumeau

A la gloire de ma mère

(cc) Maelys Gosset 14/11/2014
(cc) Maëlys Gosset (14/11/2014)

Elle, une autre que moi. Une si différente et si semblable à la fois. De l’amour à la haine, du déchirement à l’union, de l’étouffement à la libération, de la séparation à la réconciliation. Une relation si universelle et si singulière à la fois. Adolescente et insouciante on rêve de la quitter, adulte on est terrorisé à l’idée que la vie peut nous l’arracher. Je sors de ma chambre. Dans le couloir : le bureau de ma mère. Occupée, elle me tourne le dos. Une femme, une mère, je l’observe. A chaque fois que j’entrouvre ma porte, qu’elle est là devant moi, mon reflet à ses côtés, je suis submergée par cette même sensation. Deux âmes si loin par l’esprit, chacune dans son univers et pourtant si proche dans l’image par la magie de l’armoire/miroir de ma grand-mère. La mère de ma mère. Trois générations qui semblent bouger, vivre et évoluer de manière indépendante, mais qui pour un instant, sont réunies, là. Ma mère, mon ennemie, mon alliée, mes tourments est ma fierté. L’origine d’un tout.

Cette scène est récurrente, je la vis et revis presque chaque jour avec la même sensation à chaque fois. Elle retranscrit, pour moi, la relation mère/fille dans toute sa complexité : entre complicité et rivalité. Je lui fais face mais elle me tourne le dos. Une séparation. Et pourtant un seul regard dans le miroir et le lien se reformerait. Une union, une évidence. L’ambiance de cette pièce est d’autant plus sombre qu’elle crée une atmosphère plutôt intimiste : seule une lampe de chevet sur le bureau et la lumière de la fenêtre de ma chambre illumine le couloir. Sur mon appareil photo je mets donc la priorité à l’ouverture afin de capter au maximum la lumière naturelle de la pièce. Je ne veux pas utiliser le flash qui gâcherait, selon moi, le côté intimiste de la scène. Une ouverture au maximum f/2.8 et une sensibilité maximale également (ISO1600) pour une exposition plus intense. Jouer avec l’ouverture me permet de jouer avec la profondeur de champs. Je ne suis alors qu’une silhouette en arrière-plan. Je veux centrer l’attention sur elle : elle est nette en premier plan. Je ne suis que l’élément secondaire. Celle qui observe comme l’ « élève » observant son « maître ».

Mon appareil photo n’étant pas très perfectionné, on ne peut observer clairement le contraste net/flou entre les deux personnages que je souhaitais en jouant sur l’ouverture et donc sur la profondeur de champs. De plus, une sensibilité si élevée n’est pas sans conséquence… L’image contient du « bruit ». Mais ce que je souhaitais partager avant tout c’est cette dualité qui se retrouve dans l’image. On pourrait partager verticalement l’image en deux. Le montant en bois de l’armoire divise les deux personnages pour accentuer et mettre en lumière les rapports conflictuels mère/fille tout en traduisant une certaine complicité, curiosité et admiration entre ces deux êtres. Le miroir symbolise l’identification, l’idée de s’imaginer comme, ou au contraire de différenciation, ne pas ressembler à. On a alors une alternative, un choix à faire entre ces deux possibilités. Seul le temps nous en donnera la solution…

Maëlys Gosset

En quête de repères

cc Clémentine Le Roy (20/10/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (20/10/2014)

Se glisser dans la peau d’un reporter photo le temps de trouver une image. L’image. Direction la gare Saint Jean. Je n’ai voulu aller que là-bas: j’adore les gares, les trains. Ce sont des lieux de passage, jamais des destinations en soi. La gare est un lieu romanesque, chargé émotionnellement pour quiconque a la curiosité de regarder autour de lui: des gens s’y séparent, s’y retrouvent, prennent un nouveau départ, des vies basculent quand d’autres suivent tranquillement leurs cours. Le commun et l’extraordinaire qui se côtoient quotidiennement dans un même lieu. La marque indélébile laissée par les Parapluies de Cherbourg est bien là…

Je me promène à l’affût d’un Guy et d’une Geneviève. La gare est bien calme ce lundi soir. Je m’habitue peu à peu à l’appareil que je porte autour du cou, un bridge qui n’offre, à mon grand désarroi, que très peu de profondeur de champ et de texture à l’image. Sur le quai d’en face, un convoi transportant des voitures démarre. Devant, quatre jeunes agents. Je fais quatre clichés. Le tout manque cruellement de sens. Le train pour Paris Montparnasse est annoncé dans une vingtaine de minutes. Sur le quai, des gens se pressent déjà. Je sens que je vais trouver quelque chose de consistant. Je cherche précisément des couples susceptibles de m’offrir l’adieu déchirant que je fantasme silencieusement derrière mon appareil. J’attends tranquillement adossée à un poteau quand une femme et deux enfants s’arrêtent devant moi: lourdement chargés, l’air fatigué, ils ne savent pas de quel côté du quai ils doivent aller. Je les vois qui regardent avec insistance dans ma direction. Je m’écarte pour les laisser passer et je me place derrière eux.

Ce que je vois me plaît, je tiens ma photo. La lumière jaune de la gare, le panneau de travers, le gros poteau moche à droite: c’est très loin de ce que je voulais trouver, mais il se dégage de cette image quelque chose qui me parle et donne une autre résonance à ma vision des choses. Cette mère et ses deux fils perdus m’ont touché. Côte à côte, ils font front en regardant dans des directions opposées. Ils sont en quête de repères pour pouvoir partir. Ce soir là à la gare, je n’ai pas trouvé de couples de cinéma, mais j’ai trouvé une belle famille.

Clémentine Le Roy

La vie continue…

Ce weekend je suis allée au rassemblement organisé en l’honneur de mon grand-père. Cela fait déjà 10 ans qu’il est décédé. Lorsque Emmanuel Quillet nous a parlé du billet photographique que nous devions réaliser, j’ai tout de suite pensé à une photographie que je souhaitais prendre, connaissant l’événement pour lequel je me rendais en weekend. Le fait de rassembler des vivants autour de la tombe de mon grand-père, 10 ans après sa mort me semblait assez inhabituel comme événement. Je voulais donc « immortaliser » ce moment par une photographie.

Je me suis positionnée à l’opposé du rassemblement, dans le même sens que la tombe, à la place de l’objet : la pierre tombale, afin de montrer vers quoi ou vers qui se dirigeait ce rassemblement. Ma volonté était de prendre ces gens statiques, immobiles, figés. Tout comme les voitures à l’arrière plan. Je me suis mise à l’ombre, les autres étaient au soleil.

Et là qu’elle ne fut pas ma surprise, un enfant s’est mis à courir.   Ce dernier a totalement bouleversé le sentiment « d’immobilité » de la photographie. Ce détail n’était pas prévu, il m’ a échappé mais a magnifié la scène. La descendance est en action  comme pour signifier que la vie continue..

Xila