Archives par mot-clé : enfants

Brigitte et les mouettes

Capture d’écran 2015-03-29 à 16.37.50

Aucun paysage sonore ne me transporte plus que celui des vagues. Pourquoi chercher à faire compliqué alors que l’exercice de l’écriture sonore a pour but de créer une émotion lors de l’écoute? J’ai donc choisi la simplicité d’une journée de plage, les cris des enfants bercés par les vagues et le chant des mouettes. La chanson Coquillages et crustacés de Brigitte Bardot renforce la détente que provoque l’écoute (pour moi en tout cas).

Ayant totalement conscience que le rendu est très simple, j’ai essayé de jouer sur les monos et les stéréos et j’ai tenté de rajouter des effets au nom inconnu sur les différentes pistes.

Les vacances sont arrivées, je me languis de réécouter les vagues en vrai.

Louise Tressens

Le petit chaperon rouge

 

Pour ce billet son, je n’avais pas d’idée très originale. J’ai beaucoup réfléchi, mais je ne trouvais pas quoi raconter et surtout comment le mettre en scène. Je n’arrivais pas à me défaire de ce que ce thème m’évoquait : les histoires avant de dormir, les chansons, le dessin animé que je regardais petite.

J’ai donc choisi de mettre en son un soir typique, dans une chambre d’enfants : les enfants jouent, sautent sur le lit, jusqu’à l’entrée de la mère qui annonce l’heure du coucher. Celle-ci leur lit une histoire : Le petit chaperon rouge. Elle enclenche une boîte à musique. Les enfants s’endorment rapidement, la mère les embrasse pour leur dire bonne nuit, et sort de la chambre.

Je ne voulais pas m’enregistrer, d’autant plus que n’ayant pas de matériel, je n’aime pas le rendu médiocre du micro d’ordinateur. Je ne savais pas à qui m’adresser. J’ai donc cherché une histoire audio en ligne, avec uniquement une voix et pas de musique ou de son d’ambiance. Je l’ai habillée avec le son de la boîte à musique, celui du lit qui grince, des enfants qui rient, qui ronflent. J’ai également ajouté le bruit des pas de la mère et de la porte qu’on ouvre et qu’on ferme.

Floriane Rivery

 

En quête de repères

cc Clémentine Le Roy (20/10/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (20/10/2014)

Se glisser dans la peau d’un reporter photo le temps de trouver une image. L’image. Direction la gare Saint Jean. Je n’ai voulu aller que là-bas: j’adore les gares, les trains. Ce sont des lieux de passage, jamais des destinations en soi. La gare est un lieu romanesque, chargé émotionnellement pour quiconque a la curiosité de regarder autour de lui: des gens s’y séparent, s’y retrouvent, prennent un nouveau départ, des vies basculent quand d’autres suivent tranquillement leurs cours. Le commun et l’extraordinaire qui se côtoient quotidiennement dans un même lieu. La marque indélébile laissée par les Parapluies de Cherbourg est bien là…

Je me promène à l’affût d’un Guy et d’une Geneviève. La gare est bien calme ce lundi soir. Je m’habitue peu à peu à l’appareil que je porte autour du cou, un bridge qui n’offre, à mon grand désarroi, que très peu de profondeur de champ et de texture à l’image. Sur le quai d’en face, un convoi transportant des voitures démarre. Devant, quatre jeunes agents. Je fais quatre clichés. Le tout manque cruellement de sens. Le train pour Paris Montparnasse est annoncé dans une vingtaine de minutes. Sur le quai, des gens se pressent déjà. Je sens que je vais trouver quelque chose de consistant. Je cherche précisément des couples susceptibles de m’offrir l’adieu déchirant que je fantasme silencieusement derrière mon appareil. J’attends tranquillement adossée à un poteau quand une femme et deux enfants s’arrêtent devant moi: lourdement chargés, l’air fatigué, ils ne savent pas de quel côté du quai ils doivent aller. Je les vois qui regardent avec insistance dans ma direction. Je m’écarte pour les laisser passer et je me place derrière eux.

Ce que je vois me plaît, je tiens ma photo. La lumière jaune de la gare, le panneau de travers, le gros poteau moche à droite: c’est très loin de ce que je voulais trouver, mais il se dégage de cette image quelque chose qui me parle et donne une autre résonance à ma vision des choses. Cette mère et ses deux fils perdus m’ont touché. Côte à côte, ils font front en regardant dans des directions opposées. Ils sont en quête de repères pour pouvoir partir. Ce soir là à la gare, je n’ai pas trouvé de couples de cinéma, mais j’ai trouvé une belle famille.

Clémentine Le Roy

Les contes de fée ont bien changé

L’amour, pour certain c’est un sentiment fort, pour d’autre un simple mot. Mais d’où nous vient donc notre vision de l’amour ? Cette chose inqualifiable que l’on touche du bout des doigts, du bout des lèvres sans pour autant arriver à définir précisément si oui ou non on l’a possédé, connu. Quoi donc ? L’amour, le vrai, celui qui vous transporte, qui vous fait perdre dans la tête et  vous coupe le souffle. Ce sentiment qu’on aimerait éternel, comme dans les contes de fées, les histoires de princesses racontées le soir aux enfants pour qu’ils s’endorment paisiblement, le cœur léger et rempli d’espoir. L’enfance, incarnation même de l’innocence et du rêve. Enfin presque, quand on leur demande, ils ont leur idée sur la question. Leur lucidité est frappante et sans détour, eux nous raconte la véritable histoire.  Les contes de fée de notre enfance auraient-ils changés, se sont-ils modernisés, mis au goût du jour ? Les écrivains ont créé des contes de fée 2.0 pour la nouvelle génération?  Ils reflètent peut être notre société, qui les poussent à grandir aussi vite qu’elle. Ils ont jeté le grand amour aux oubliettes,  l’amour moderne c’est leur réalité. L’ironie c’est qu’ils sont plus lucides que leurs parents qui aiment leur lire ces histoires.

En écoutant les enregistrements des questions philosophiques posées aux enfants sur le thème de l’amour, j’ai été étonné par certaines de leurs réponses. En effet quelque soit l’âge des enfants, leur vision du sujet est très complète. Ils ont conscience de ses bons comme de ses mauvais côtés. Je m’attendais à ce que les avis soient plutôt mignons et influencés par les contes de fée. Pourtant cela n’a pas été le cas, beaucoup seraient surpris par l’intelligence et la diversité des connaissances de leurs enfants. J’ai donc choisi pour cette écriture sonore, de mettre en relief le fait que les enfants ne sont pas des êtres innocents. Pour cela, la piste audio est divisée en deux parties. Une première composée d’une musique féerique (Tchaikovsky – la belle au bois dormant), sur laquelle défile des mots doux sur l’amour. Se sont des morceaux de paroles tirés des interviews des enfants. Pour donner un rythme plus lent et calme à cette section, les paroles ont volontairement été séparées par des temps de pauses. Afin de marquer la rupture j’ai utilisé un bruit de  bris de glace  entre les deux thèmes. La deuxième partie est illustrée par une musique électronique plus brutale. Les voix des enfants qu’on entend par dessus le sont aussi  et s’enchainent de manière rapide.

DI CIOCCIO Alexia