Archives par mot-clé : Enfant

Il est l’heure

Pour ce billet son, j’ai choisi de raconter une histoire autour de deux personnages : un enfant et une baby-sitter. Au départ, je me suis enregistrée en train de parler avec un ami, j’avais dans l’idée de prendre sa voix puis de moduler sa voix afin de la rendre plus aigue. Après avoir regardé plusieurs tutoriaux et explications sur Internet sur comment changer la voix sur Reaper je n’ai pas réussi à trouver l’effet adéquat. La voix n’était plus très naturelle avec les effets vocaux que j’avais pu trouver. J’ai donc décidé de garder la voix de « l’enfant » telle quelle, je me suis dit que cela pouvait rajouter au côté humoristique et improbable de la situation.

Pour donner du rythme à cette histoire j’ai rajouté d’autres sons pris sur des banques de sons, tels qu’une sonnerie de téléphone ou encore des bruits de pas. La difficulté était de réussir à intégrer le son de la boîte à musique tout en ne perdant pas au niveau du rythme. Mon histoire est donc une histoire que j’ai essayé de rythmer, un dialogue entre deux personnes auquel s’intègre différents «moments » sonores, différentes types de son ; une histoire, une chanson, un son de boîte à musique…

 Marion Souquet

Petit champion

(cc) Camille Coquereau (17/01/2015)

Pour mon premier billet photo, j’ai capté l’instant, sans chercher préalablement à construire ma photo. Pour mon premier billet son, c’est l’inverse, j’avais mon idée en tête et je l’ai ensuite réalisée comme je pouvais. Après avoir amassé divers sons sur internet, j’ai enregistré ma voix pour le commentaire audio. J’aurai aimé aller enregistrer de véritables skateurs mais le manque de temps ne me l’a pas permis.  Internet est bien fourni, j’ai vite trouvé mon bonheur.

La partie où je m’enregistre a été la plus laborieuse, entre les problèmes de ton, de cafouillage, d’enregistrement qui ne fonctionne pas… Et puis, entendre sa voix et la travailler n’est pas facile. Pour le montage, je n’ai pas modifié ma voix. J’ai juste essayé de rendre une ambiance de compétition de sport ainsi que l’aspect journalistique.

Qu’est ce qui ressort de cette photo si ce n’est l’étrangeté d’un enfant habillé comme un skateur de haut niveau ? Avec ce direct depuis un championnat de sport, j’ai essayé de rendre son histoire inhabituelle.

Camille COQUEREAU

Alabama Bordeaux

Je me souviens très bien du jour où j’ai pris ma photo. C’était l’automne, il ne faisait pas tout à fait froid ni tout à fait chaud, la pluie venait de tomber. J’étais assise en terrasse et l’agitation des passants se mêlait aux discussions et aux bruits de verres de mes voisins.

Lorsque la mélodie du banjo s’élève, personne ne semble la remarquer. Elle se mêle à l’ambiance, y participe. Puis, peu à peu, elle la domine : je tends l’oreille pour apprécier la mélodie qui mêle habilement la joie et la mélancolie. On se sentirait presque nostalgique des paysages des Appalaches et des champs de coton.

Je ne suis visiblement pas la seule à voyager au fil des notes puisqu’un gamin de passage force sa mère à s’arrêter pour admirer le musicien. Il danse, elle sourit. Le joueur de banjo ne semble pas le voir. D’un coup, plus personne dans la rue : juste cet enfant, cette femme, et ce musicien. Partageant un moment unique, loin de la vie urbaine quotidienne. Hear the banjo, don’t it take you down home ?

Pour illustrer ce moment, j’ai donc choisi de mêler des sons urbains, une mélodie au banjo, et un rire d’enfant, jusqu’au « Wow » final, instant de la prise de vue. L’ambiance de la ville se fond peu à peu dans les notes de musique, jusqu’à disparaître : il ne reste plus que l’instrument.

Pas forcément à l’aise avec l’idée d’enregistrer ma voix, j’ai choisi de lire un poème en lien avec le thème : La musique, de Baudelaire. Ce dernier ne parle pas de la musique en savant, mais traduit son ressenti de façon innocente, comme le ferait justement un enfant.

Floriane Rivery

Comme des grands

IMG_5555 - Copie

Pessac, « Vibrations urbaines ».  Des jeunes courent, glissent, tombent sur leurs skates, vélos, trottinettes et autres engins à roulettes.  Les rires fusent, ainsi que la musique des concerts en  fond sonore. Sous le soleil étonnamment chaud d’octobre, amateurs et jeunes professionnels se succèdent sur les diverses rampes installées pour le festival. C’est une étrange atmosphère qui règne, loin des soucis de la ville. Ici, les jeunes sont maitres et savent ce qu’ils font contrairement aux parents, assis passivement à observer tout ce cirque. Tous sont là pour leur passion : la glisse et le freestyle, et s’exercent les uns à coté des autres. Pourquoi venir photographier ici ? Pour rendre compte de l’effervescence autour d’une même passion et l’omniprésence de la jeunesse, qui tient les rênes en ce lieu.

Alors que je suis tranquillement installée à regarder les jeunes skaters se battre l’accès à une des rampes, un petit garçon arrive comme une flèche et s’arrête dans mon champ de vision. Recouvert de protections bariolées, il glisse entre les autres sans peur, telle une fusée colorée. C’est sûrement l’un des plus jeunes et il est pourtant très sûr de lui. Son arrivée imprévisible modifie ma vision de la scène que j’observe, et la photo apparaît. A l’origine, c’est le groupe des jeunes en arrière plan qui m’intéressait. Je n’ai pas cherché cette photo, je n’ai pas espéré non plus. L’inattendu est intervenu.

Je trouve d’ailleurs qu’elle est paradoxale, cette photo. Seul au premier plan, du haut de sa rampe, ce petit garçon semble dominer les autres. Le plus jeune apparait comme le plus grand. Son élan est stoppé, son corps est en place pour s’élancer mais sa tête suit une autre direction. Qu’attend t-il ? Pourquoi regarde t-il en arrière ? Il créé un arrêt dans l’image, en opposition à la masse mouvante que forme le groupe de jeunes en arrière plan et apparaît loin du reste du festival. Comme un instant de pause dans la vitesse des diverses descentes.

 Camille Coquereau

Couleurs musicales

(cc) Floriane Rivery (21/10/2014)
(cc) Floriane Rivery (21/10/2014)

Mon intention première n’était pas de photographier un musicien dans la rue. Je souhaitais d’abord photographier une fin de marché, le mélange des générations en quête de leurs cinq fruits et légumes quotidiens recommandés. Je suis repartie mon appareil dans la main, déçue de n’avoir aucune photographie satisfaisante, et me suis rendu compte qu’en imaginant le cliché parfait, qu’en étant à la quête du moment parfait, je n’obtiendrais rien de bon. J’ai donc décidé de me poster dans une rue et d’observer, d’attendre que quelque chose se passe. L’heure tourne, les gens marchent, mais rien n’arrive. Je remarque bien quelques personnes, mais elles disparaissent instantanément. Je ne le sais pas encore, mais ma photographie arrive avec ce jeune homme qui sort un banjo de sa case.

J’écoute sa musique, prend quelques clichés mais tous se ressemblent, aucun ne me plaît. Puis arrive l’enfant, accompagné de sa mère : il s’arrête, tape du pied, commence à danser. Je sais qu’il sera le sujet de ma photographie. Je décide donc de m’approcher, discrètement et en restant en retrait : je ne veux pas m’immiscer dans la scène. C’est pour cela que j’ai photographié en zoomant. Je ne voulais me faire voir ni du musicien, ni de l’enfant, et souhaitais que ce dernier profite de cet instant de partage sans intrusion extérieure. L’enfant danse donc, puis tend au musicien une pièce donnée par sa mère : j’aurais pu m’arrêter là, penser que la scène se terminait et ranger mon appareil. Mais j’ai senti que cet enfant n’avait aucune envie de partir. Je suis restée et ai continué à photographier.

Ce cliché est l’un des derniers que j’ai pris avant que l’enfant et sa mère reprennent leur route. C’est le seul instant durant lequel aucun passant n’a traversé le cadre de cette photographie : il n’y a plus que ce petit garçon, accompagné, et le joueur de banjo. Pour l’enfant, il est la seule chose existante à cet instant, plus rien autour n’a d’importance. J’aime comment son expression faciale trahit son admiration face au musicien. Lui qui quelques minutes auparavant ne tenait pas en place est maintenant immobile, happé par la musique. Je n’ai pas voulu modifier les couleurs de cette photographie ou utiliser le noir et blanc. Je tenais à garder les bleus et les rouges, qui ressortent particulièrement au milieu des tons gris.

Floriane Rivery