Archives par mot-clé : enfance

Raconte moi une histoire

Capture d’écran 2015-02-13 à 18.06.25

Le thème de ce deuxième billet son « Bonne nuit les petits » m’a fait immédiatement pensé à la série animée du même nom. Je n’avais pas d’idée très originale, je me suis attachée à ce que le thème m’évoquait c’est à dire aux histoires racontées aux enfants avant d’aller dormir. J’ai donc fait le choix de raconter une histoire qui a marqué mon enfance, celle de Boucle d’or et de la famille ours. Je souhaitais également faire référence à la série animée « Bonne nuit les petits » qui a bercé mon enfance. Lorsque je commence à raconter l’histoire le générique de « Bonne nuit les petits » retenti et à la fin de l’histoire nous pouvons également entendre le générique de fin de la série ainsi que Nicolas et Pimprenelle se souhaitant une bonne nuit.

 Pour créer une véritable ambiance sonore j’ai importé des sons d’ambiance comme lorsque Boucle d’or se balade dans les bois nous pouvons entendre différents sons qui fait référence à la nature, comme celui des oiseaux. J’ai également rajouté des bruitages, comme lorsque Boucle d’or ouvre la porte nous pouvons entendre la porte grincer ou encore lorsqu’elle goute la soupe nous pouvons l’entendre entrain de boire. J’ai également rajouté des musiques en fonction de l’intrigue de l’histoire, par exemple lorsqu’elle se perd dans les bois une musique un peu inquiétante retenti. Grâce à ces différents procédés les auditeurs peuvent imager l’histoire de Boucle d’or et se laisser transporter dans cette ambiance sonore.

Delphine Delumeau

Amour Amour

Manon Sultana (cc)
Manon Sultana (cc)

 

Après avoir écouté ma création en cours je me suis rendu compte que mon idée ne marchait pas à la fois dans son rythme mais, aussi dans le thème. Par rapport aux autres travaux je me suis rendu compte qu’il fallait que je fasse plus simple pour être plus efficace et mieux comprise de l’auditoire. J’ai donc décidé de mettre en scène un père qui endort son enfant. Je l’ai donc fait monter des escaliers, pousser une porte et actionner une boite à musique. Pendant la chanson Amour Amour du film Peau d’Âne de Jacques Demy, l’enfant interagit grâce à ses balbutiements et son hoquet. Le père lui dit de se taire pour s’endormir. Lorsque la boite s’arrête l’enfant est en phase de sommeil et le père redescend doucement vers le rez de chaussé pour vaquer à ses occupations. Je trouve que l’on comprend mieux ce qu’il se passe, que le rythme ne donne pas de bloque de son et que le ton reste toujours le même. Je n’ai pas voulu utiliser de voix, car je n’avais pas de matériel assez bon pour comprendre mes paroles et aussi pour tenter de faire comprendre seulement par des sons la scène qui se déroule.

Les trois petits cochons

Souhaitant raconter une petite histoire commune à toutes les générations, j’ai choisis de raconter l’histoire des trois petits cochons. J’ai utilisé les voix et les récits de différentes personnes, de sexes différents et de tous âges pour montrer ce côté universel. Ce mélange d’histoire sonore donne un aspect intimiste à la création audio ce qui pour moi était important puisque le sommeil et le moment où l’on va se coucher sont des instants intimes, personnels mais pourtant vécu quotidiennement par tout le monde. L’histoire est racontée sur le son d’une boite à musique. C’est en quelque sorte ce qui commence et ce qui conclut le récit puisque c’est le son de cette boite que l’on entend en premier et en dernier. Cela donne un effet éphémère et magique à la création puisqu’on dirait que le récit sort lui aussi de cette boite à musique avant de s’arrêter avec elle. Afin de rajouter de l’efficacité au récit et pour le rythmer un peu, j’ai choisis d’utiliser quelques sons d’ambiance et quelques bruitages illustrant l’histoire et les actions énumérés par les lecteurs des trois petits cochons.

J’ai eu beaucoup de difficultés à imbriquer les récits les uns à la suite des autres. Le son n’étant pas de la même qualité. Certain passages sont parasités par des bruits ambiant gênant, d’autres sont plus distincts. Le volume de la création sonore est donc changeant. J’ai également eu beaucoup de mal à écrire l’histoire de façon souple, fluide et bien rythmé par manque de temps. Le projet, ne devant pas dépasser deux heures trente m’imposait de couper des parties de l’histoire, d’en raconter qu’un passage ou de tout imbriquer à la suite sans possibilité de rajouter des moments de silences et de coupures.

Coline Portet.

 

Au revoir Léon

(cc) Louise Tressens 17/11/2014
(cc) Louise Tressens 17/11/2014

Léon, c’était mon ours en peluche. Mon doudou, comme on dit dans le jargon. Un sacré guerrier, qui après le quintal de bonbons que je lui ai caché dans son molleton déchiré, affichait toujours le même sourire bienveillant. Si le mot intime implique de dévoiler une partie de soi, je me risque à tomber dans le ridicule en rendant hommage à Léon et à sa gloire passée. De toutes manières le choix était vite fait, c’était soit Léon soit mes orteils rigolos. Je n’ai plus de vernis, donc j’ai choisi Léon, toujours fidèle au poste, dix ans après. Le weekend du 16 novembre, j’ai intégralement rangé le cloaque qui me sert de chambre et en pleine fouille archéologique sous mon lit, je me suis retrouvée main à patte avec mon bon vieux Léon qui vivait ses vieux jours le museau dans la poussière.

Mon appareil photo digne de ce nom étant officiellement en fin de carrière, je m’en suis remise à mon smartphone. Aucun réglage ne fût nécessaire, si ce n’est d’enclencher le flash. Après plus amples recherches sur mon logiciel photo, l’ouverture de l’appareil intégré à mon téléphone était réglée sur f/2,8, la vitesse sur 1/15 et la focale était de 3,85 mm. Concernant la construction de la photo, je trouvais intéressant de mettre en valeur le contraste de l’image entre le parquet roux, le pull rouge de Leon et les draps blancs. J’ai orienté l’appareil en plongée afin de bien distinguer les lettres dorées inscrites sur le pull rouge. S’il faut être totalement honnête, j’ai du mettre en scène le modèle  Léon en le laissant apparaître légèrement de dessous le lit, comme un symbole.

J’ai choisi de prendre Léon en photo, à moitié caché sous le lit, car il représente pour moi un des marqueurs de mon enfance et même au delà puisque j’ai eu du mal à m’en passer avant mes treize ans. Le retrouver en rangeant ma chambre m’a forcé à me remettre en mémoire tous les moments où cet ours a compté pour la petite fille que j’étais. Cette photo évoque le besoin que l’on a, ou plutôt que j’ai, de revenir sur le passé, de me lamenter en constatant que tout était plus simple avant. Je ne refuse ni de vieillir ni d’avancer mais c’est en trouvant ce genre de souvenir que l’on comprend le sens du mot nostalgie. Léon n’a pas retrouvé sa place sur mon lit mais profite désormais d’une retraite paisible dans une boîte à chaussure, respectueusement rangée, comme un souvenir digne de ce nom.

Louise Tressens

Les parapluies de Bordeaux

VDCCOLINE
(cc) Coline Portet (21/10/2014)

En cette journée pluvieuse, me voilà partie à la recherche d’une photo précieuse… Visages tristes et couleurs ternes ont pris d’assaut Bordeaux. Parcourant les rues avec mon appareil photo, je décide de partir explorer un monde plus animé ou se trouve la gaieté. Quatre heure et DEMY, me voilà en plein dans un lieu où règne la fête foraine ! Fini les rues vides et les corps fantomatiques, la place des quinconces est remplie de magie et de folies. Ici il y a de la vie et de l’euphorie.

La photographie réalisée représente l’ambiance qui émane de cet événement festif mais n’oublie pas de rappeler que des gouttes de pluies viennent s’écraser au sol, à répétitions. Il y a pleins de couleurs, des manèges, des sucreries, des paillettes… Et nos héros préférés de dessins animés qui n’ont pas changés ! Sur cette image on voit la représentation de plusieurs générations. Face à nous, au centre de l’image se trouve trois jeunes adolescents qui marchent vers l’avant, vers l’avenir. Mais il y a aussi des personnes un peu plus adultes : la femme en noir, qui se trouve en amorce du cadre à gauche et la femme en rouge qui est à gauche de l’écran. Dos à nous et plus tournées vers le passé, elles s’embarquent dans ce petit paradis de part leur simple présence ici.

Ce qui me touche dans cette captation d’instant, est à la fois la représentation du retour à l’enfance qu’elle renvoie et de l’esprit de solidarité qu’elle dégage. Petits et grands, tout le monde est présent et tout le monde est lié. Les parapluies me semble être l’élément le plus important de la photo puisqu’ils permettent de rattacher les générations et les personnes entre elles. La femme en noir à gauche de l’écran tient son parapluie au dessus de la femme en rouge et cette dernière, au dessus des jeunes qui arrivent en face d’elle. Cela forme une chaîne en diagonale, une continuité qui coupe la photo et qui la renforce. La femme, au centre de la photo, de par sa couleur rouge accentue ce côté conte de fée et retour en enfance. Elle semble tout droit sortie d’une comédie musicale où se chanterait « Singing in the rain »…

Coline Portet