Archives par mot-clé : écriture sonore

Ambiance venue d’un autre monde

Pour éviter de créer une ambiance sonore digne des plus belles publicités d’agence de voyage, j’ai choisi de me plonger dans un marché de bord de mer et de laisser tomber l’idée de multiplier les lieux et les ambiances. J’ai trouvé que le plus difficile était alors de  proposer de la matière sans tomber dans l’excès tout en valorisant les sonorités tonales (ambiance « mer » et ambiance « marché ») et les signaux sonores (klaxons, aboiements…). Pour essayer de dépasser cette difficulté j’ai créé 21 pistes afin de pouvoir jouer sur les niveaux et la stéréo des différents sons utilisés. Pour donner vie à mon projet, j’ai sélectionné des extraits que j’avais enregistrés là-bas. Ils comportent la signature acoustique originale et si particulière qui caractérise le lieu. Néanmoins je ne disposais pas de matériel très sophistiqué donc la qualité laisse à désirer, le bruit est très important. J’ai donc utilisé un effet « equalizer » afin de garder les aigus et de baisser les graves. Cela diminue un peu les bruits de fond. J’ai essayé de proposer une ambiance riche et diversifiée tout en gardant une certaine homogénéité. Une ambiance dépaysante et enivrante… je l’espère !

 Maelys GOSSET

Samedi, c’est barbecue!

Espace sonore? J’avais déjà imaginé au préalable un billet son autour de la thématique « un barbecue entre amis ». Je suis donc restée  sur cette lancée. Je souhaitais prendre des sons directs, que j’avais moi-même enregistrés et compléter le tout avec des sons pris sur le net. L’enchaînement des événements a, cependant, changé. En effet,  la scène devait se passer un jour de grand soleil et finalement, le temps, le jour de l’enregistrement, était particulièrement maussade. J’ai donc écrit mon espace sonore comme si la pluie se mettait à tomber au milieu de la prise. Pour ce qui est de l’écriture d’un point de vue de l’endroit d’où vient le son, je n’avais jamais essayé ces manipulations sur Adobe première. J’ai donc du trouver comment faire et même après cela, j’ai eu du mal à rendre réelle mon idée de base. J’ai eu l’impression de ne pas avoir assez de piste pour mener à bien mon concept. Je ne sais donc pas si mon son est réellement compréhensible.

Camille Nivat