Archives par mot-clé : eau

A la source

DSCN1684good
(cc) Marion Souquet (08/12/2014)

Contrairement aux premiers billets, l’idée est arrivée avant l’image. Pour ce billet photo « conceptuel », j’avais dans l’idée de prendre une photo en apparence anodine mais qui ne l’est pas en réalité. Une photo qui trompe. J’ai donc décidé de jouer avec un miroir, afin de prendre une photo d’un autre angle, d’un endroit où je ne pouvais pas poser l’appareil photo. Ici la photo donne l’impression que je me suis mise au fond du lavabo. Je voulais également donner une atmosphère sombre à cette image. J’avais en tête le travail de Darius Khondji, qui joue beaucoup avec les ombres et la lumière jaune, et qui donne à ses photos un cachet presque angoissant.

Pour la prise de vue, j’ai fait plusieurs tests afin d’obtenir l’effet d’ombre souhaité avec le miroir. J’ai posé le miroir dans le lavabo et j’ai fait couler un mince filet d’eau dessus. J’ai essuyé les éclaboussures  autour afin que l’on ne devine pas au premier coup d’œil que l’eau coule sur le miroir. J’ai ensuite éteint les lumières autour pour ne laisser qu’une ampoule jaune derrière moi. Prendre le reflet du lavabo en contre-plongée permet de donner une impression de grandeur au robinet, qui domine au centre de la photo. J’ai demandé à plusieurs personnes ce que leur évoquait cette photo, les possibilités d’interprétation ont été larges, autant que le thème « photographie expérimentale » le permettait.

Outre la classique interprétation phallique et la suprématie du robinet, il en est sorti une idée qui me plait plus particulièrement. Cette photo  évoquerait donc l’Eglise…C’est une grande cathédrale lors d’un sermon, le savon est imposant, il est le prêtre, au dessus des gens lambda qui y assiste. Les vitraux se reflètent sur le savon, au dessus le lavabo domine et répand l’eau, c’est la source. Cela ne se remarque pas trop à l’image mais je voulais que l’on voit se refléter l’ombre de ma main que l’on devine en bas au centre. Cette main, c’est la main qui décide du débit de l’eau, c’est la main du photographe qui met en scène.

Marion Souquet

 

Nova

(cc)Moyano Lucile (25/01/2014)
(cc) Moyano Lucile (25/01/2014) 

Dans l’obscurité, le feu s’approprie les formes et les couleurs des objets. Il est parfois même la raison de leur existence, comme ce halo projeté au pied de la bouteille telle une traîne impalpable. Prendre une gerbe d’étincelles en photo était la promesse de fixer un instant unique dans mon image, de découvrir après coup des formes que l’œil n’aurait pas soupçonné. C’est l’eau qui a ici servi à l’alliage des éléments, les compactant dans son reflet jusqu’à ce que se dessine cet étrange corps céleste. Il irradie dans un décor si sombre, pétillant de la promesse d’un feu nouveau.

Fascinée par la lumière que produisent les flammes, j’ai décidé de prendre celle-ci à la fois comme sujet et comme unique source d’éclairage pour réaliser ma photo. Ce sont alors une simple bougie chauffe-plat, et un de ces mini-bâtons de feu d’artifice que l’on plante sur les gâteaux d’anniversaire que j’ai placé derrière une bouteille en plastique remplie d’eau. Ainsi, la lumière se déforme et semble appartenir au liquide même, projetant un fabuleux jeu de reflets sur la table. Dans le noir complet, alors que mon petit feu d’artifice crépitait à toute allure, j’ai pu prendre ma photo.

C’est en réfléchissant sur son rapport à l’espace que nous pouvons attribuer du sens à cet OVNI lumineux. Le plan inférieur, à la fois support d’ombres et de reflets, remonte jusqu’à tracer une limite graphique entre les opposés : blanc et noir, ciel et terre, vide et matière. L’objet central reproduit cette séparation en présentant deux fluides, comme refusant de se mélanger l’un à l’autre. En haut, il s’estompe et semble se fondre dans la noirceur oppressante. Le feu parviendra-il à survivre dans tout ce vide ? Tel est le mystère de ma supernova.

L’impact

(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)
(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)

La photographie permet de capter des instants qui auraient disparu de notre mémoire s’ils n’avaient pas été immortalisés. Et puis, parfois, on capture une image qui n’a jamais fait partie de notre mémoire, car notre œil n’a même pas eu le temps de la voir : l’impact d’un objet sur l’eau, le moment où il heurte la surface pendant un tout petit instant, pour ensuite rebondir et continuer sa trajectoire, en est un parfait exemple. La magie de la photographie, c’est aussi nous donner à voir des phénomènes naturels mais invisibles : l’appareil fait office de révélateur de cette beauté dissimulée.

Pour réaliser cette photographie, j’ai mis en place un dispositif consistant à tendre un film plastique entre les deux volets de ma fenêtre et à le remplir d’eau. J’ai ensuite demandé à un ami de lancer une petite balle à un mètre de hauteur dans l’eau et ai déclenché l’appareil en vitesse d’exposition de 1/2000 secondes et en mode rafale, afin d’avoir plus de chances de capturer le moment où la balle heurte l’eau. Pour disposer de suffisamment de lumière, j’ai installé ce dispositif à l’extérieur, ouvert le diaphragme de l’appareil à 5,6 et poussé les ISO à 1600.

L’idée de cette photographie m’est venue assez rapidement, mais la mise en place du dispositif n’a pas été aussi simple : comment gérer la luminosité tout en utilisant une vitesse rapide ? Comment installer ce dispositif ? Va-t-il tenir ? Dans mon imaginaire, la photographie avait un fond neutre et coloré, et la prise de la bonne photo allait se faire rapidement, grâce au mode rafale : après la prise de plus de 400 photos différentes, des déclenchements au mauvais moment, des mises au point ratées, j’ai compris que pour découvrir la magie de la photographie, il fallait s’armer de patience.

 Tiphaine Robion

Le chat eau

Gabriel Feuvrier (26.01.2014)
Le chat eau. (cc) Gabriel Feuvrier (26/01/2014)

Au départ, je n’avais aucune intention. Je n’aurais pas su répondre à la question du pourquoi ? Pourquoi j’ai fait ça ? Il fallait faire un collage. Dans mon premier billet, j’évoquais mon inconfort par rapport à cet art. La colle, le papier, le travail plastique, ce n’est pas du tout ma spécialité. Mon niveau est inférieur à celui d’un seul élève d’une classe éveil. Néanmoins, il fallait choisir quelque chose. J’ai choisi cette photo. C’est moi. C’est l’été dans le Sud-Ouest de la France. Nous jouons au ballon avant d’aller faire les ferias de la Madeleine. Ou peut-être est-ce le lendemain. Je ne sais plus. En choisissant cette photo, j’ai eu une pulsion : « Je vais mettre un chat ! C’est drôle les chats ! Ça fait rire tout le monde les chats ! Et puis, c’est moche un chat ». Il n’y a rien eu de plus. Rien de moins. Si ce n’est l’envie de faire un meme.

J’ai choisi la technique du collage numérique car je la maitrise bien plus que le collage manuel, grâce à mon colocataire qui m’a enseigné toutes les techniques graphiques virtuelles. J’ai donc choisi une image de chat sur internet. Il fallait que ce chat soit déjà mouillé de manière à ce qu’on ait l’impression qu’il sorte de l’eau, et que je le jette au loin, comme un ballon soumis à ma volonté et surtout à la gravité. Et puis surtout, ce chat était très moche. Comme tous les chats. J’ai découpé la partie intéressante du chat. La partie moche, donc. Puis je l’ai collé sur ma photo. J’ai ensuite pris soin de gommer les contours de manière à ce que le collage se voie et à donner de la vitesse au chat. L’intérêt était qu’on ne devine pas que ce chat vienne d’autre part que ma main.

Gabriel FEUVRIER