Archives par mot-clé : Danse

A poor lonesome cowboy

Le premier billet photo que j’ai réalisé n’était pas, à mes yeux, le meilleur. C’est pourquoi, j’étais quelque peu déçue de devoir créer du son en réponse à ce travail. Cette image représente un groupe de jeunes, qui rythmés par la musique country d’un chanteur de rue, s’est mis à danser. Il faisait nuit ; la place de l’Opéra était presque vide. Quels sons puis-je bien agencer à cette photographie ? Comment puis-je aborder ce son ? Comment puis-je intégrer ma propre voix ? J’aurai bien poussé la chansonnette… Mais encore faut-il savoir chanter ! Puis, l’Idée m’est venue. Et si je me transformais en un animateur radio ? Je serais un envoyé spécial, chargé de commenter un grand concours amateur de danse se déroulant à Bordeaux. En parallèle, j’amènerai des sons issus de mon véritable périple nocturne. En effet, avant de me retrouver sur le parvis de l’Opéra, je m’étais promenée, l’âme vagabonde, dans les rues du centre-ville. J’étais même allée jusqu’à la fête foraine qui s’était installée place des Quinquonces. La grande roue est d’ailleurs visible sur ma photographie. Pour ce billet son, j’ai d’abord fait l’inventaire des sons qu’il me fallait : des ambiances nocturnes de rue, des ambiances de fête foraine, des bruits de pas, des cloches de tramway. Mais aussi de vaisselle, de clefs dans la serrure. Je suis parvenue à capter une grande partie des sons en prise réelle, mais j’ai été contraint pour les autres de prendre des pistes audio sur internet. J’avais, également, besoin de bruits de grésillement radio. Je comptais agencer à ces sons très réalistes, une atmosphère très ambigüe, hors du temps – qui amène l’interrogation. C’est ainsi que j’ai intégré à ce billet des interférences de radios datant de la seconde guerre mondial ou bien encore des bruit d’ouverture de coffre fort. J’ai monté tous ces sons comme si deux histoires se battaient pour prendre toute la place sur la bande sonore : la première véritable et l’autre issu de mon imagination. C’est ainsi que le chanteur de rue country, qui était seul en réalité, s’est trouvé accompagné de musicien dans la bande sonore. Il m’a été difficile, ne m’y connaissant pas très bien en montage son, de travailler les transitions. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour éviter les coupures un peu trop nette. Mais, au final, je suis tout de même parvenue à donner une certaine fluidité à ma création. Listen !

Camille Nivat

Just Dance !

(cc) Camille Nivat (17/10/2014)
(cc) Camille Nivat (17/10/2014)

Vendredi, 20 heure. Je réfléchis à mon billet. Qu’à cela ne tienne, j’attrape mon appareil photo. Direction Bordeaux centre. Mon œil est attiré par des lumières, je descend du tram. SDBX4? C’est ce qui était écrit en lettres lumineuses sur l’hôtel de ville. Je m’approche. Qu’est-ce que ça signifie? Semaine digitale Bordeaux 2014. Je regarde autour de moi. Personne. Ce n’est pas ici que je trouverai ma photo. Je marche. Plus loin, j’aperçois des lumières – encore ! Une grande roue est visible au loin. Là-bas je trouverai peut-être ma photo. Et puis non. Dépitée, je décide de marcher encore un peu. Finalement, c’est loin des lumières que j’ai trouvé. Sur la place de l’Opéra, un musicien joue des aires de country. La place reste vide. Je pense : « Il faudrait qu’il se passe quelque chose ». C’est alors qu’un groupe de jeunes se met à exécuter des danses de salon. Il suffisait de demander…

Deux d’entre eux dansent. Pendant ce temps, l’autre couple décide de filmer la scène. Le second garçon laisse le portable à la jeune fille qui se trouve à côté de lui. Il s’approche du couple qui danse et saisie la main de la danseuse au vol. Le danseur éconduit reprend son souffle. Ils se relaient ainsi à plusieurs reprises. Malgré leur fatigue, il assure le show. Ils dansent sans même se soucier des gens qui les observent, sans même se soucier de moi qui les photographie. Mon appareil a du mal à faire la mise au point. Mais peu importe. Qui sait combien de temps ils vont danser? J’essaie avec le flash. Le rendu ne me plait pas. Je tourne autour des danseurs, je m’approche, me recule. Jusqu’à ce que ces quatre danseurs décident que leur prestation est terminée.

Résultat ? Une vingtaine de photo toutes plus ou moins intéressantes. Je les ai visionnées à la chaîne. Puis je les ai regardées plus lentement. N’arrivant toujours pas à choisir, je remets ce choix à plus tard. Le lendemain, à mon réveil, je sais quelle va être la photo star de mon billet. Comme quoi la nuit porte conseil… En y réfléchissant, cette photo représente presque tout mon périple nocturne. En arrière-plan, la grande roue qui m’avait tant intriguée. Puis, le joueur de country qui m’a obligé à m’arrêter et enfin, les quatre danseurs. Ils semblent dans leur monde, ils s’amusent sans se prendre la tête. Ils profitent. Je capte leur énergie, leur positivisme, leur bonheur tout simplement.

Camille Nivat

 

La vase à mille temps

Il fallait que je m’essaie à la vidéo expérimentale après avoir vu les films en cours. Une petite caméra et un logiciel de montage suffiraient à expérimenter quelque chose, créer des images qui ne prendraient sens qu’une fois montées les unes à la suite des autres.  Mais il ne fallait pas donner de sens,  inventer plutôt du non-sens. Mon idée fut alors de modifier le temps, modeler celui-ci et distordre toute trace de réalité. Pour chaque scène, un procédé me permettrait alors de jouer là-dessus : poser une caméra en pleine rue et me mouvoir lentement vers elle, me recouvrir le visage d’argile ou encore capturer les gestes d’une danseuse, que je sculpterais à ma façon lors du montage. Je pouvais jouer aussi avec le visuel de chaque images, et retoucher les couleurs au hasard, jusqu’à trouver le ton miracle. Enfin, une petite valse en mineure viendrait soutenir le paysage, âcre et vaseux.

Finalement, consciemment ou non, la réalité est là. Ce qui m’aurait permis de perdre le spectateur, c’est-à-dire le temps, devient le sujet même de la vidéo. Des bruits de pendule bien trop explicites. Des images qui parlent d’elles-mêmes. Le tout prend forme et tient un propos. Il n’est plus expérimental bien qu’à la base lui-même expérience. Il cherche l’incohérence dans sa cohérence impudique.

Tristan Leyri

Une Nouvelle Nuit

J’avais cette chanson de Nina Simone qui me trottait dans la tête. Plus précisément, qui flottait. Je souhaitais qu’elle fasse flotter à son tour les images que je lui apposerais, suivant un rythme lancinant que soulignerait le procédé du montage. Ces deux séries de photos ont aidé à construire mes précédents billets, puis se sont vues reléguées au rang de simple brouillon. C’est un mélange mélancolique, ou le diaporama de la deuxième chance. Avec leurs formes semblables et toutes leurs différences, je voulais créer un film. Comment faire danser ces images immobiles ? Le montage m’a permis de leur conférer un mouvement artificiel, de leur apposer un rythme afin de les faire rentrer dans la trame du temps. Grâce aux effets de couleurs et de filtres, les matières se démultiplient, les contrastes se creusent, et une photo devient plus qu’une simple photo. Il ne me restait alors plus qu’à harmoniser le tout pour hisser cet enfilement d’images à la hauteur de la mélodie qui le berce.

Feu égal feu, mouvement égal danse, et la voix qui plane rythme le temps. C’est peut-être l’histoire d’une flamme qui monte, qui crépite, et consume avec elle une vie pleine de lumière. C’est l’histoire d’une jeune fille qui doit changer de peau, luttant contre le temps. C’est l’histoire de ses souvenirs. La flamme s’éteint, le cycle se termine, et la voix qui chante un nouvelle aurore souligne la triste ironie d’un destin déjà mort. Voix sans musique, image sans mouvement. C’est l’histoire d’un manque, un vide qui va trop vite. Sans air, la flamme s’asphyxie. La femme aussi.

Moyano Lucile

Dansorama

Sarah Vasseur (09/02/2014)
Sarah Vasseur (09/02/2014)

La danse est un ensemble de mouvements complets, complexes, et pourtant, nous ne la voyons toujours que de façon linéaire. D’ailleurs, n’utilise-t-on pas les termes d’enchaînement chorégraphique ? Notre vision nous limite à découvrir les choses les unes après les autres, sans que celles-ci ne semblent pouvoir se manifester toutes en même temps à nos yeux. Nous pouvons saisir une cohérence d’ensemble, mais jamais voir tous les mouvements en même temps. Je pratique la danse depuis plusieurs années maintenant, et cela m’a porté vers cette photo. Une photo qui tente de montrer et de voir tous les mouvements de la danse en même temps. Mais aussi de montrer que la danse est aussi quelque chose de volatile, de fluide, de doux, qui laisse une trace, mais jamais ne peut se saisir. La danse est une oeuvre d’art éphémère, que l’on ne peut saisir ou posséder.

Des mouvements, des cadrages, des jeux de lumières, des essais de position…

Finalement, le résultat n’est pas vraiment celui que j’escomptais. Apparait plutôt comme un fantôme mouvant. On ne reconnaît pas forcément la décomposition de mouvements de danse, mais on retrouve la fluidité et la légèreté que je recherchais. L’aspect fantomatique et les contrastes de lumières entre le noir et le blanc créent une forme informe, éphémère, et donc à l’image de la danse.

Sarah Vasseur.