Archives par mot-clé : couleurs

Diptyque citron

(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)
(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)

J’ai Claude Viallat et Jacques Villeglé à l’esprit. Je suis entourée de livres d’art, de carnets d’inspiration, de papiers déchirés, de croquis sur des coins de feuilles. Pas d’angoisse de la page blanche, je prépare deux supports vierges. Des copies des trois photographies de mes précédents billets sont réduites en lambeaux, déchirées. D’un côté en noir et blanc, de l’autre en couleurs. Et puis j’ai cette envie de jaune. Le personnage du premier billet perd son identité à coup de posca blanc sur le visage. Peinture et éponge viendront créer un motif jaune citron sur fragments en nuances de gris.

Je laisse rarement place au hasard dans ce genre de composition. J’ai l’impression que chaque chose doit être à sa place, tandis que sur la table basse qui me sert d’atelier de fortune c’est plutôt le bazar. J’ai construit les deux volets un à un, tout en souhaitant que chacun réponde à l’autre. Quand je pose la dernière empreinte acrylique, j’ai l’impression d’avoir atteint un certain équilibre. Mes deux parties forment un tout : diptyque citron.

Adélaïde Michel

Casse-tête Bordelais

photo4
(cc) Coline Portet (28/01/2015)

Observant mes trois photos différentes, j’ai commencé par découper les images en petites bandes égales que j’ai collés les unes à la suite des autres, toujours dans le même ordre. Ce processus avait pour but de créer une histoire commune et ainsi de faire naître un point commun entre ces photos sans en laisser une prendre le pas sur l’autre. Les récits photographiques ainsi imbriqués forment donc une nouvelle histoire basée sur les trois autres. Suite à cette première base de travail j’ai décidé d’ajouter à ma photo l’élément le plus important de chacune de mes photographies afin de les confronter d’avantage dans les détails. J’ai choisis de prendre une fleur, un parapluie et mon visage effacé. Ces éléments m’ont permit de mêler les intentions et les sentiments inscrits dans chacune de mes trois photos que je souhaitais garder. Déjà flou j’ai ajouté de la transparence à mon visage pour qu’il apparaisse encore plus étrange et brouillon devenant ainsi énigmatique à l’image de la photo d’origine. J’ai agrandit la fleur qui était petite afin de dévoiler le côté intime de l’image de base. Puis j’ai collé le parapluie en haut à droite de la photo car cet élément est pour moi assez paradoxal. Il annonce une menace et est à la fois protecteur et rassurant. Ce côté paradoxal est l’esprit même qui ressort de la photo d’origine illustrant le passage de l’enfance au monde adulte.

En créant ce montage photo je me suis rendue compte qu’il y avait plus de temporalité que je ne le pensais. En plus des trois histoires individuelles et de l’histoire commune, les morceaux de photos qui se suivent en ligne font naître plusieurs dimensions à la photo et plusieurs grilles de lecture. On peut se concentrer sur l’une des trois photos d’origine en faisant abstraction des deux autres. Elles sont toutes aussi visibles, c’est à notre œil de choisir d’en visualiser une en particulier à chaque nouvelle vision. Ce caractère singulier permet aussi à la photo de montrer l’illusion que permet de créer la photographie. On retrouve également d’autres aspects qui rendent hommage aux photos de base. L’illustration comporte des couleurs très vives et variées ce qui rappel l’atmosphère féerique et joyeux de la fête foraine, ma première photographie. De plus, mon visage parsemé de bout de photos rappel l’aspect intimiste d’un de mes trois clichés. Mes trois photographies dans un premier temps opposées forment une seule et même image représentative de ces trois dernières. En observant la photo, je me suis également rendue compte que l’image obtenue témoigne de mes recherches et de mes réflexions puisqu’on y voit mon visage inondé par mes trois photos découpées.

La couleur des sentiments

 Bien11

Ne sachant quoi photographier, j’ai décidé de noter sur un morceau de papier, tout ce à quoi pouvait renvoyer le mot intimité. J’ai écris des mots, des phrases, des définitions, cherché des synonymes… Avec ces notes, j’ai rédigé quelque chose de plus personnel, qui traduisait MON intimité. Mais tout ceci n’était que des mots, des pensées. J’ai choisis de partir d’un lieu qui pour moi cachait certains secrets : ma chambre et plus particulièrement, mon lit. En prenant différentes photos de celui-ci je me suis rendue compte qu’elles dégageaient vraiment quelque chose de personnel : mon humeur, mon caractère, mes souvenirs… C’est un lieu chaleureux et quotidien où commence et finit chacune de mes journées.

Quelques jours ont passé et je trouvais qu’il manquait quelque chose dans mes photos. Je n’arrivais pas à me décider. C’est dimanche soir, en allant me brosser les dents et en me rendant compte qu’il y avait deux brosses à dents dans mon verre que j’ai compris. Les photos de ma chambre étaient vides et dégageaient une sorte de solitude, de nostalgie en contradiction avec ma vie actuelle. J’ai profité d’une soirée avec mon acolyte amoureux pour prendre mon appareil et je suis retournée m’asseoir à l’endroit exact où j’étais avant. Ainsi j’ai pu capter ce que je voyais à cet instant en vue subjective. Dans cet endroit restreint où le profondeur de champ n’existe presque pas. Je voulais que l’on perçoive l’esprit de « boite à secret », de cocon. Je ne suis pas présente physiquement dans la photo mais j’ai pourtant ma place, ma tasse. En faisant mes réglages j’ai choisis d’accentuer les couleurs de ma chambre jusqu’à les rendre saturées pour représenter une de mes plus grandes caractéristiques : mon côté excessive.

Plus je la regarde et plus je trouve qu’elle me représente vraiment bien : Il y a des fleurs. C’est un élément très important pour moi et ceux qui me connaissent. On y voit également un carnet où tout noter pour ne rien oublier et en amorce à droite du cadre, une partie d’une des personnes les plus importante pour moi. A droite du cadre, en observant ma photo, je me suis aperçue qu’il y avait des médicaments. Eux aussi rythment ma vie comme tous ces éléments présents dans la photo et comme cet instant. Plus je regarde la photo, plus je trouve qu’elle me représente bien, moi et mon quotidien.

Coline Portet

Drôle de métier

 

MarchedesLys
(cc) Marion Souquet (21/10/2014)

Je suis allée à Rennes le weekend dernier. A Rennes, il y a deux endroits où je suis sûre de voir plein de gens dans la rue : le vendredi soir dans la  rue Saint-Michel, la « rue de la soif », et le samedi matin au marché des Lys. J’avais envie de prendre une photo de jour, et puis il y a toujours plein de couleurs et de choses à voir sur un marché : un stand de nourriture alléchante, un vendeur entouré de saucissons, des mamies avec des caddies à roulettes… Je me suis dit que j’allais forcément trouver. J’ai pris cette photo à la fin du marché. Parmi celles que j’ai prises ce jour-là, celle-ci est loin d’être la meilleure techniquement.

Je l’ai prise avec un appareil photo numérique, pas de très bonne qualité. Je n’ai fait aucun réglage avant de la prendre et elle est surexposée, pourtant si je l’ai choisie c’est parce qu’elle est pour moi la plus « parlante », la plus colorée. Derrière cette photo j’ai envie de raconter l’histoire, le personnage est intriguant. Je n’ai pas vu son visage, ou partiellement, on voit qu’il n’a pas la tête entièrement maquillée. Je l’imagine avec un maquillage de clown très sobre, du rouge sur les joues et le nez, c’est tout. Au début, je n’arrive pas bien à capter en image ce que je ressens lorsque je me promène dans ce marché. Mes photos ne reflètent pas toutes les couleurs et le brouhaha ambiant, c’est flou et brouillon, je cherche quelque chose de stable à prendre en photo.

Je photographie des commerçants, des acheteurs, des passants, et je vois cet homme qui souffle dans des ballons. Il doit y avoir quatre ou cinq  gosses autour de lui, il rit, parle fort, ça créé un petit attroupement avec les parents derrière. Je me mets derrière lui discrètement, je ne veux pas qu’il sache que je suis là. Je prends quelques photos. Les gens s’arrêtent quelques secondes,  ça amuse aussi les grands. Et puis les enfants s’en vont, les autres aussi et le clown reste au milieu de la rue. Les gens passent, un sac qui s’en va sur la gauche, un pied qui part sur la droite. Lui attend. Il pose sa main sur son « chariot », il ne bouge pas, il a perdu de sa prestance. A présent il me paraît ridicule, tout seul. Je prends cette dernière photo à ce moment-là, la dernière de la journée.

Marion Souquet

Debout, traits verticaux!

(cc) Julie T. 15/03/2014
Debout, traits verticaux! (cc) Julie T. (15/03/2014)

Pour ce collage, je souhaitais prendre un portrait déjà coloré à la base, pour en faire ressortir les couleurs. Après avoir observé différentes techniques de collage d’artistes, j’ai essayé de trouver une technique inexistante, ou plutôt que je n’ai pas trouvée chez ces artistes. Le but n’était donc pas de tenter de faire la même chose, mais plutôt de créer une « nouveauté ». Une fois le travail terminé, j’ai recherché des collages qui auraient été faits ainsi : cela est confirmé, je n’ai donc rien inventé ! Outre l’idée que cela rappelle des portraits découpés de façon verticale en prenant différents visages de personnes pour n’en constituer qu’un (ce qui m’a sans doute inspirée inconsciemment), il existe bien des collages d’artistes qui utilisent la verticalité, pour autre chose que la recomposition de visage. Jelly Roll Race a opté pour cette technique dans une de ses œuvres abstraites. Cette technique verticale peut également rappeler les tableaux triptyques, développés aux XIIème et XIIIème siècles.

Le collage a alors été fait avec une « charte graphique » de lignes verticales. Après avoir trouvé une demi-douzaine de magazines, j’ai sélectionné des pages avec des couleurs dont j’allais avoir besoin. Les couleurs ont été respectées hormis la jupe, pour laquelle j’ai utilisé des bouts de magazines désunis. La quasi totalité du reste du collage comporte des morceaux de papier unis. Pour chaque élément (les cheveux, le visage, le tee-shirt, la verdure, les pierres), j’ai utilisé deux à trois couleurs différentes et proches de façon à créer un dégradé de couleurs. Alors, debout traits verticaux!

Julie T.