Archives par mot-clé : Bordeaux

Dimanche après midi

Pour ce billet, je me suis inspirée de l’exercice d’écoute que j’ai fait il y a quinze jours. J’avais profité d’un moment de détente au soleil, un dimanche après midi. C’est un moment qui aurait dû être calme, or le bruit était omniprésent, il devenait presque difficile de distinguer les sons : les amplis de la fête foraine, les cris du public, la circulation, les passants, les voix des nombreuses personnes venues profiter du temps printanier sur les quais ce jour là…

Encore une fois, je n’ai effectué aucune prise de son, j’ai utilisé les sons des banques en ligne. Il a donc été difficile de trouver exactement ce que je voulais. J’ai tenté de recréer cette ambiance à partir des matériaux que je pouvais trouver.

Mr Pruneau, Niki et Lucy

Fantômes

Après avoir réveillé Photoshop, somnolant aux côtés de ses camarades Illustrator, In design, et Première Pro, je positionne successivement et distinctement les trois personnages dans le même cadre, à l’aide du mode calque. Dans le but de favoriser une rencontre.  Je joue ensuite avec les contrastes et les palettes de couleurs Rouge Vert Bleu.

Et ce, jusqu’à ce que les personnages initiaux se transforment en fantômes. Monsieur Pruneau, Lucy et Niki occupent le paysage bordelais. Depuis leur première rencontre, ils se retrouvent occasionnellement; s’embrassent, s’enlacent et se prélassent. Libres de vivre à plein temps, ils n’ont ni de contraintes de temps, de température, et d’état d’esprit. La température annuelle avoisine les 30°c. Monsieur Pruneau, Niki et Lucy ont pour unique occupation de savourer l’instant présent.

Elsa Maji

Jungle urbaine

Image001

Je suis partie d’une histoire de harcèlement de rue dont j’avais été témoin. L’histoire d’une jeune fille en ciré jaune, croisée il y a quelques mois, dont je parlais dans mon billet The Cigarette Duet. J’avais eu l’impression de faire mon devoir, en prenant cinq minutes ma plume féministe pour témoigner — à mon échelle — sur ces histoires de rues.

Cette fois-ci, il a fallu aller plus loin, et loin de moi l’envie de faire passer un message moralisateur, je propose ce conte moderne comme un manifeste contre le sexisme ordinaire. Une femme sur quatre a peur dans la rue, une sur cinq se fait injurier au moins une fois par an. Les anecdotes relatées dans ces deux minutes sonores sont tirées d’expériences vécues par mes amies et moi-même. Marques laissées, remarques encaissées. Quelque chose d’assez personnel en fin de compte, mais qui fera écho, j’en suis convaincue, à beaucoup d’autres femmes. Les bruits des pas rythment des mots que j’ai voulu percutants, les voix se mêlent, des battements de coeur surgissent, j’ai eu l’envie de construire une ambiance inquiétante. Dans cette jungle urbaine, être femme, c’est être proie.

Adélaïde Michel

Alabama Bordeaux

Je me souviens très bien du jour où j’ai pris ma photo. C’était l’automne, il ne faisait pas tout à fait froid ni tout à fait chaud, la pluie venait de tomber. J’étais assise en terrasse et l’agitation des passants se mêlait aux discussions et aux bruits de verres de mes voisins.

Lorsque la mélodie du banjo s’élève, personne ne semble la remarquer. Elle se mêle à l’ambiance, y participe. Puis, peu à peu, elle la domine : je tends l’oreille pour apprécier la mélodie qui mêle habilement la joie et la mélancolie. On se sentirait presque nostalgique des paysages des Appalaches et des champs de coton.

Je ne suis visiblement pas la seule à voyager au fil des notes puisqu’un gamin de passage force sa mère à s’arrêter pour admirer le musicien. Il danse, elle sourit. Le joueur de banjo ne semble pas le voir. D’un coup, plus personne dans la rue : juste cet enfant, cette femme, et ce musicien. Partageant un moment unique, loin de la vie urbaine quotidienne. Hear the banjo, don’t it take you down home ?

Pour illustrer ce moment, j’ai donc choisi de mêler des sons urbains, une mélodie au banjo, et un rire d’enfant, jusqu’au « Wow » final, instant de la prise de vue. L’ambiance de la ville se fond peu à peu dans les notes de musique, jusqu’à disparaître : il ne reste plus que l’instrument.

Pas forcément à l’aise avec l’idée d’enregistrer ma voix, j’ai choisi de lire un poème en lien avec le thème : La musique, de Baudelaire. Ce dernier ne parle pas de la musique en savant, mais traduit son ressenti de façon innocente, comme le ferait justement un enfant.

Floriane Rivery