Archives par mot-clé : boîte à musique

Amour Amour

Manon Sultana (cc)
Manon Sultana (cc)

 

Après avoir écouté ma création en cours je me suis rendu compte que mon idée ne marchait pas à la fois dans son rythme mais, aussi dans le thème. Par rapport aux autres travaux je me suis rendu compte qu’il fallait que je fasse plus simple pour être plus efficace et mieux comprise de l’auditoire. J’ai donc décidé de mettre en scène un père qui endort son enfant. Je l’ai donc fait monter des escaliers, pousser une porte et actionner une boite à musique. Pendant la chanson Amour Amour du film Peau d’Âne de Jacques Demy, l’enfant interagit grâce à ses balbutiements et son hoquet. Le père lui dit de se taire pour s’endormir. Lorsque la boite s’arrête l’enfant est en phase de sommeil et le père redescend doucement vers le rez de chaussé pour vaquer à ses occupations. Je trouve que l’on comprend mieux ce qu’il se passe, que le rythme ne donne pas de bloque de son et que le ton reste toujours le même. Je n’ai pas voulu utiliser de voix, car je n’avais pas de matériel assez bon pour comprendre mes paroles et aussi pour tenter de faire comprendre seulement par des sons la scène qui se déroule.

Le bruit des gens

C’est la première fois que je me suis retrouvée dans cette situation. La page blanche, littéralement, pas une seule idée ne me vient en tête. Le thème de ce billet son me laisse de marbre. « Bonne nuit les petits ». Je passe rarement de bonnes nuits. Je fais constamment des rêves étranges que j’oublie le matin aussitôt. Alors j’ai fouillé des archives de vidéos et sons que j’ai enregistrés la nuit. La plus belle façon de passer nos nuits depuis qu’on à dix-huit ans, c’est entre amis. Celles passées les larmes aux yeux à écouter en boucle le message d’un amoureux.  Celles à faire la fête ou à refaire le monde. À parler de sentiments. À parler de nos rêves, ceux pour le futur, et à finir par s’endormir sur un coin de canapé. Finalement ce billet son se présente comme un pêle-mêle de nos nuits, celles d’une génération qui vivant loin de ses racines, cherche sans cesse à se recréer un cocon.

Les trois petits cochons

Souhaitant raconter une petite histoire commune à toutes les générations, j’ai choisis de raconter l’histoire des trois petits cochons. J’ai utilisé les voix et les récits de différentes personnes, de sexes différents et de tous âges pour montrer ce côté universel. Ce mélange d’histoire sonore donne un aspect intimiste à la création audio ce qui pour moi était important puisque le sommeil et le moment où l’on va se coucher sont des instants intimes, personnels mais pourtant vécu quotidiennement par tout le monde. L’histoire est racontée sur le son d’une boite à musique. C’est en quelque sorte ce qui commence et ce qui conclut le récit puisque c’est le son de cette boite que l’on entend en premier et en dernier. Cela donne un effet éphémère et magique à la création puisqu’on dirait que le récit sort lui aussi de cette boite à musique avant de s’arrêter avec elle. Afin de rajouter de l’efficacité au récit et pour le rythmer un peu, j’ai choisis d’utiliser quelques sons d’ambiance et quelques bruitages illustrant l’histoire et les actions énumérés par les lecteurs des trois petits cochons.

J’ai eu beaucoup de difficultés à imbriquer les récits les uns à la suite des autres. Le son n’étant pas de la même qualité. Certain passages sont parasités par des bruits ambiant gênant, d’autres sont plus distincts. Le volume de la création sonore est donc changeant. J’ai également eu beaucoup de mal à écrire l’histoire de façon souple, fluide et bien rythmé par manque de temps. Le projet, ne devant pas dépasser deux heures trente m’imposait de couper des parties de l’histoire, d’en raconter qu’un passage ou de tout imbriquer à la suite sans possibilité de rajouter des moments de silences et de coupures.

Coline Portet.

 

Macabre ritournelle

 

capture REAPER

Au lieu de m’évoquer une comptine, un moment tendre de l’enfance ou le marchand de sable, la boîte à musique me fait penser à un film d’horreur. Comme une sorte d’accumulation de procédés terrifiants, cette séquence sonore est décomposée en trois temps distincts:
– Le temps de la recherche de la proie avec les bruits de pas sur un parquet qui craque, puis le grincement d’une porte avec en fond, le bruit sourd d’un violent orage. Les éléments sonores d’un film d’horreur sont d’ores et déjà posés.
– Le moment de l’arrêt, de la préparation. On entend alors la boîte à musique qui survient comme un mode opératoire du meurtrier, comme une signature qui lui est propre. Il aiguise son couteau.
– La phase de passage à l’acte à travers un cri saisissant de douleur qui s’estompe quand vient la mort tandis que le grondement de la nature reprend le dessus sur le paysage sonore.

Loin de moi l’idée de vouloir faire original, le son de la boîte à musique me fait particulièrement peur et ne m’évoque, en fin de compte, qu’une composition musicale macabre. Peut-être parce que je n’en ai jamais eu, ou alors parce que j’en ai vraiment entendu dans un film d’épouvante. Toujours est-il que le résultat de mon billet son, après moult écoutes de perfectionnement, me fait moi-même froid dans le dos: mission accomplie?

Louise Tressens