Archives par mot-clé : amour

Petit Frère

cc Delphine Delumeau
(cc) Delphine Delumeau (16/11/2014)

Ce weekend là, j’étais rentrée chez moi à Angers, dans ma maison familiale. Je souhaitais thématiser mon billet sur la famille. Tout au long de ce weekend j’ai pris plusieurs photos de l’intérieur de ma maison et aussi des objets symboliques comme des cadres photos de ma famille. J’ai finalement demandé à mon frère s’il était d’accord de poser avec moi et il a accepté. Pour moi la famille c’est très important, je suis très proche de ma  soeur et de mon frère. Il me paraissait donc naturel de traiter ce sujet sur l’amour fraternel.

 Pour faire cette photo j’ai utilisé le retardateur, je n’avais donc pas le total contrôle de mon appareil. N’ayant pas de trépied, j’ai posé mon appareil sur ma commode. J’ai cadré de façon à ce que les sujets apparaissent en entier sur la photo, afin que l’on s’intéresse beaucoup moins au décor. J’ai ensuite pris la liberté de modifier ma photo en la passant en noir et blanc. Cela permet de créer davantage de contrastes et le rendu en noir et blanc est bien plus esthétique que la photo originale en couleur.

 A travers cette photo, je voulais illustrer notre complicité, car avec mon frère nous avons une relation très fusionnelle. Dans cette photo il y a bien une idée de fusion, car nos deux corps se mélangent et ne font presque plus qu’un. Nous apercevons seulement une tête, deux mains et deux bras. En effet mon bras au dessus apparaît comme la continuité du bras de mon frère. Le lieu dans lequel a été prise la photo est un environnement très personnel puisqu’il s’agit de ma chambre d’enfant. Aujourd’hui mon frère fait une tête de plus que moi, il grandit si vite que j’ai l’impression que le temps m’échappe. Et maintenant que j’ai quitté le nid familial, je ne peux plus avoir un œil sur lui. Cependant quand nous nous retrouvons nous sommes toujours aussi complice.

Delphine Delumeau

Madame la gare et ses aurevoirs

Billet 1
(cc) Manon Sultana (19/10/2014)

Dimanche 19 octobre 2014, environ 19h. J’aime les gares, elles ont du charme. Il s’y passe tellement de choses: des retrouvailles douloureuses, joyeuses, des rencontres inattendues, inespérées, des laissés-pour-compte sur les quais, des gens tristes sur la place 12, voiture 6. C’est un lieu parmi d’autres où on se dit au revoir, adieu, à bientôt. Un regard, un sourire et hop le train démarre. Pour l’avoir vécu et écrit dessus, je voulais capturer des adieux à la gare. Tout comme l’aurevoir déchirant de Geneviève et de Guy dans Les parapluies de Cherbourg. Tellement d’aurevoirs différents et plus ou moins longs mais si marquants. Une photo volée, un instant de transition, un départ.

Je savais que je voulais une photo d’amants à la gare. Je me suis dit qu’un dimanche vers 19h, après un weekend bien chargé, ils seraient là. Et oui, ils attendent les aurevoirs et je les attends. Dès que je rentre dans la gare je vois un train pour Tours arriver, et c’est le moment. Alors je prends l’appareil photo et je les mitraille. Je ne suis pas très discrète, des passants me remarquent mais eux non, ils sont bien trop occupés et je les comprends. J’attends que le train parte et je baisse les bras, comme la jeune femme qui le laisse partir. Je viens d’être témoin d’une scène quotidienne de gare, il y en a eu tant des histoires si singulières et pourtant ordinaires pour madame la gare. Elle s’en remettra, mais eux ?

Je voulais cette photo et grâce à eux je l’ai eue. Mais un train avant, un train après et le résultat aurait été différent. J’ai regardé toutes les photos et celle-ci me plaît. Il y a le mouvement du train qui arrive, et des futurs passagers autour. Tout le monde est en attente, mais pas eux. Ils profitent du moment, des derniers instants sous le grand toit de la gare. Comme si le toit de tuiles couvrait les amants et que le bleu de la sortie leur faisait se souvenir qu’il faut partir. Le mouvement de ceux qui partent, du train et des autres voyageurs fait contraste avec les amants et la gare qui elle reste et s’imprègne de ses visiteurs passagers. J’ai entendu une phrase quelque part, qui me fait penser à ce que les deux amants doivent se dire a ce moment-là : « C’est pas beau de manquer ».

Manon SULTANA

Amour et nature

 Amour ou nature ? (cc) Laetitia Schlup 02/03/14
Amour ou nature ? (cc) Laetitia Schlup 02/03/14

Pour réaliser cette photo expérimentale, j’ai utilisé mes trois précédentes photos. Sur le logiciel Photoshop, j’ai appliqué plusieurs traitements pour atteindre ce résultat. En désaturant chacune d’entre elle, je les mettais toutes au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. En augmentant les contrastes des photos et en activant des options sur le logiciel de retouche, j’ai obtenu seulement des formes de mes photos. Tout est devenu abstrait. Mais cette photo sans couleur, constituée seulement de forme, m’a paru triste ce qui m’a incité à mettre de la couleur. Après plusieurs tests, je me suis arrêtée sur ce rose avec ce cercle de tonalités différentes de verts. Ce rond, rappelant le cercle d’une des photos est placé juste à côté pour garder cet effet de courbe. J’ai décidé de m’arrêter là dans le traitement photographique car je souhaité qu’aucune des photos soient reconnaissables et que quelque chose ressorte par la couleur.

Ayant décidé de m’arrêter là dans le traitement, j’y ai vu une interprétation. Deux mondes étaient présents sous mes yeux, représentés par les 2 couleurs : le rose et le vert. Dans la couleur rose, je vois la tendresse ou l’amour. Déjà par la couleur souvent associée à ce thème mais également par les formes visibles. En effet, en haut de la photo on peut observer un cœur ou encore deux personnes qui s’embrassent. Dans le vert, couleur souvent associée à la nature, je peux trouver la présence d’un animal, la loutre. On ne peut voir que la tête presque face à nous comme si elle se trouvait dans des marécages. Le cercle central entoure la tête de la loutre et le baiser amoureux comme pour réunir les deux univers. Ce cercle me fait penser à un gong hindouiste où la culture est basée sur l’amour et et le respect de la nature.

Laëtitia SCHLUP

Life

    « On se rencontre on se demande la main … mais quelle Louise maman ? ». La vie se résume-t-elle à ce chemin encore vierge pour les enfants et qu’ils racontent avec autant de certitude et de criante vérité ? Sommes-nous déjà vieux avant que d’être ? Le chemin est-il déjà si bien balisé que dès le plus jeune âge il nous cerne, nous enferme, nous consomme et nous broie ? Toutes ces questions m’assaillent à l’écoute de ces enfants qui ne savent de la vie que ce qu’on leur en dit, que ce qu’on leur en laisse percevoir, que ce qu’on leur en impose. Et pourtant la vie est si belle si on veut se donner la peine de sortir de la voie, et emprunter quelque chemin de traverse. Cependant, malgré cette magnificence, la fin peut être abrupte et surprenante. Peut-être est-ce là le paradoxe qui donne du sens à notre existence.

    J’ai choisi de créer cette bande-son en assemblant des bribes de mots et de phrases pour en faire une sorte d’histoire de la vie. J’ai sélectionné ces extraits sans chercher à nécessairement en préserver le sens au profit de celui que j’ai donné à mon histoire. D’abord confronté au syndrome de la page blanche, j’ai choisis d’illustrer les propos des enfants par des sons, donnant une trame à la narration. Cette création m’a aussi permis d’aborder l’utilisation du logiciel Adobe Audition. En écrivant ces lignes, je ne sais plus, finalement, si le son sert le propos ou si le propos sert le son. Il a été difficile pour moi de créer avec un corpus imposé, mais je m’y suis accroché car comme disait Goethe, « on peut aussi bâtir quelque chose de beau, avec les pierres du chemin… »

Dorian D.

Laura

Gabriel Feuvrier (12/01/2014)
(cc) Gabriel Feuvrier (12/01/2014)

Laura est ma petite sœur. Elle a 16 ans et nous avons passé un week-end ensemble à la montagne, pour faire du ski alpin, et surtout pour fêter notre anniversaire. C’est le matin, elle se repose après un copieux petit-déjeuner pris pour tenir durant l’éprouvante matinée de ski qui nous attend. C’est drôle car l’épreuve, c’est surtout de se tenir debout après le repas. Elle somnole, les yeux fermés. J’y vois l’occasion de réaliser la photo que je veux. Je voulais profiter du week-end avec elle pour la mettre en valeur et souligner mon amour pour ce petit bout de choux d’un mètre quatre-vingt. Je voulais la représenter de manière sereine, calme, paisible, c’est-à-dire tout l’inverse de ce qu’elle paraît. Mais paraître, ce n’est pas être. L’objet de mon billet, c’est Elle.

Elle a d’abord refusé que je la prenne en photo pour ne pas que « mes copains » la voit. Elle se repose un peu, vêtue de sa tenue de ski. Je lui demande doucement si je peux la prendre en photo maintenant. Elle prend un air renfrogné mais se prête au jeu. Je n’ai pas beaucoup de place dans la chambre de l’hôtel. Je préfère une focale moyenne fixe, un 50 mm pour un piqué d’image plus intéressant. Je veux peu de profondeur de champ. Pourtant, au loin se dresse un sommet enneigé. Moins loin, c’est la rue et une série de magasins qui ne forment pas grand chose d’intéressant… de prime abord. Peu m’importe car je ne souhaite voir qu’elle. Je renforce l’effet en ouvrant mon diaphragme au maximum, à F1.8. Pour compenser, je choisis un temps d’exposition assez court. Cela me convient d’autant plus que je n’ai pas beaucoup de temps. Il faudra bientôt rejoindre les parents qui nous attendent pour attaquer les pistes. La lumière est matinale, faible, mais ses cheveux roux flamboient comme s’ils étaient à eux seuls une source intarissable de lumière. Le reflet de la lumière de l’appartement dans la vitre fait écho à la couleur de ses cheveux. Je prends quelques clichés. Je recadre progressivement, pour respecter les lignes de fuite et l’encadrement de la fenêtre. Je lui demande de redresser un peu la tête, là, pas trop, de manière à deviner son visage plus que de ne le voir. Par jeu, je lui rajoute un doudou, modèle et source d’inspiration d’un scénario en cours d’écriture. Je prends quelques clichés. Le déclencheur fait du bruit dans la pièce silencieuse. Laura ouvre un oeil. Je ne prends qu’une seule photo supplémentaire.

C’est celle-ci. C’est avant qu’elle ne dise : « c’est bon ? T’as fini ? » Ça casserait la magie si je ne savais qu’en réalité, elle a apprécié l’exercice. En revoyant la série, je suis satisfait par celle-ci. Une autre était peut-être mieux cadrée, mais c’est celle-ci qui m’émeut le plus et qui rend le mieux compte de ce que je voulais exprimer. Les yeux clos, Laura était à la fois paisible et une projection de ma sérénité. L’œil ouvert, elle est devenue ma complice. Derrière elle, les magasins et le sommet enneigé rendu flou forment une véritable montagne. Je suis surpris car je n’avais pas vu cela, ni la première fois, ni la suivante. Ce sont mes camarades qui m’ont éclairé. Je découvre une symétrie entre le premier plan de ma soeur et l’arrière plan de la rue et du sommet. On pourrait y placer Laura, dans l’autre sens. On pourrait finalement placer deux Laura dans cette photo, chacune se posant comme un puzzle, inversée. La lueur de la lampe de l’appartement fait écho à l’oeil bleu de Laura. C’est également un oeil. Les couleurs en sont inversées. La tête imaginaire de la deuxième Laura est bleue. Son oeil est orange. Tout s’inverse. Tout se répond parfaitement.

 

Gabriel Feuvrier