Archives par mot-clé : Ambiance

Raconte moi une histoire

Capture d’écran 2015-02-13 à 18.06.25

Le thème de ce deuxième billet son « Bonne nuit les petits » m’a fait immédiatement pensé à la série animée du même nom. Je n’avais pas d’idée très originale, je me suis attachée à ce que le thème m’évoquait c’est à dire aux histoires racontées aux enfants avant d’aller dormir. J’ai donc fait le choix de raconter une histoire qui a marqué mon enfance, celle de Boucle d’or et de la famille ours. Je souhaitais également faire référence à la série animée « Bonne nuit les petits » qui a bercé mon enfance. Lorsque je commence à raconter l’histoire le générique de « Bonne nuit les petits » retenti et à la fin de l’histoire nous pouvons également entendre le générique de fin de la série ainsi que Nicolas et Pimprenelle se souhaitant une bonne nuit.

 Pour créer une véritable ambiance sonore j’ai importé des sons d’ambiance comme lorsque Boucle d’or se balade dans les bois nous pouvons entendre différents sons qui fait référence à la nature, comme celui des oiseaux. J’ai également rajouté des bruitages, comme lorsque Boucle d’or ouvre la porte nous pouvons entendre la porte grincer ou encore lorsqu’elle goute la soupe nous pouvons l’entendre entrain de boire. J’ai également rajouté des musiques en fonction de l’intrigue de l’histoire, par exemple lorsqu’elle se perd dans les bois une musique un peu inquiétante retenti. Grâce à ces différents procédés les auditeurs peuvent imager l’histoire de Boucle d’or et se laisser transporter dans cette ambiance sonore.

Delphine Delumeau

Ambiance venue d’un autre monde

Pour éviter de créer une ambiance sonore digne des plus belles publicités d’agence de voyage, j’ai choisi de me plonger dans un marché de bord de mer et de laisser tomber l’idée de multiplier les lieux et les ambiances. J’ai trouvé que le plus difficile était alors de  proposer de la matière sans tomber dans l’excès tout en valorisant les sonorités tonales (ambiance « mer » et ambiance « marché ») et les signaux sonores (klaxons, aboiements…). Pour essayer de dépasser cette difficulté j’ai créé 21 pistes afin de pouvoir jouer sur les niveaux et la stéréo des différents sons utilisés. Pour donner vie à mon projet, j’ai sélectionné des extraits que j’avais enregistrés là-bas. Ils comportent la signature acoustique originale et si particulière qui caractérise le lieu. Néanmoins je ne disposais pas de matériel très sophistiqué donc la qualité laisse à désirer, le bruit est très important. J’ai donc utilisé un effet « equalizer » afin de garder les aigus et de baisser les graves. Cela diminue un peu les bruits de fond. J’ai essayé de proposer une ambiance riche et diversifiée tout en gardant une certaine homogénéité. Une ambiance dépaysante et enivrante… je l’espère !

 Maelys GOSSET

Une partie de campagne

 

Pour créer mon paysage sonore j’ai voulu recréer l’ambiance qu’il y a dans ma ville d’origine. Il s’agit d’une petite ville de campagne avec peu d’habitants. On y trouve à la fois calme et mouvement, tranquillité et sons bruyants. Cela m’intéressait de faire une création sonore jouant sur ces deux tableaux : bruits parasites de la ville et calme de la campagne.

Au sein de ce paysage sonore, j’ai incorporé plusieurs niveaux de sons afin que certains soient plus proches, plus distincts. D’autres, au contraire à peine perceptibles. On entend par exemple, le sujet manger et boire, des mouches lui tourner autour. Puis, un peu plus loin, un voisin arrose son jardin et tond sa pelouse. De l’autre côté de la rue, des enfants parlent et rigolent. On les entend à peine. Dans le ciel un avion passe et sur la route, une voiture se fait entendre. J’ai également rajouté des sons d’animaux domestiques pour inclure la création sonore dans un paysage tout de même un peu urbain bien que celui-ci est proche de la campagne comme le témoigne les oiseaux très bruyants et nombreux.

Coline Portet

Intérieurs

Margot se maquille - Copie
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (27/01/15)

En contemplant ma deuxième photo, je me suis souvenue d’un des reproches qui avait été fait et j’ai trouvé l’idée de décorer cette salle de bain, afin de rattacher la scène à la réalité. J’ai donc pris mes deux autres photos, j’en ai fait des calques et j’ai réduit leur taille pour avoir un format carte postale. J’ai utilisé l’outil de distorsion sur photo-filtre pour pouvoir suivre la perspective du mur, afin qu’on ai l’impression que les photos sont collées au mur. Il a ensuite fallut que je retouche la colorimétrie des deux photos incrustées, pour qu’elles forment une harmonie avec le reste de la photo principale. Le résultat manquait de relief et de texture. J’ai essayé de penser à ce qu’il y aurait sur ces photos si elles étaient vraiment dans la pièce.  Je me suis souvenue que quand j’avais pris cette photo, je l’avais prise derrière la vitre de la douche, il me fallait donc restituer cette impression et laisser apparaître les gouttes au premier plan. Il fallait aussi recréer l’éclairage. J’ai  donc prélevé la couleur de la lumière en haut à gauche avec l’outil tampon et j’ai éclaboussé mes deux petites photos avec. Pour la touche finale j’ai rajouté un effet d’ombre sur mes deux calques pour ajouter un certain relief.

Je me suis arrêtée quand j’ai vraiment eu l’impression que ma première et troisième photo faisaient partie de la deuxième. La difficulté de ce troisième billet a été de trouver une idée pertinente qui ait du sens. J’avais fais plusieurs essais de superposition de mes trois photos en découpant personnage par personnages et en les disposant ça et là, choisissant lequel faire ressortir, lequel mettre en arrière. Je suis arrivée à un résultat intéressant, mais un résultat auquel je ne trouvais aucun sens. J’ai donc décidé de rester dans une idée de réalisme et de récréer l’ambiance de ma photo principale et d’en imprégner les deux autres photos. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une manière originale d’utiliser mes trois photos tout en gardant un côté assez réaliste.

Jeanne Vidal-Giraud

Macabre ritournelle

 

capture REAPER

Au lieu de m’évoquer une comptine, un moment tendre de l’enfance ou le marchand de sable, la boîte à musique me fait penser à un film d’horreur. Comme une sorte d’accumulation de procédés terrifiants, cette séquence sonore est décomposée en trois temps distincts:
– Le temps de la recherche de la proie avec les bruits de pas sur un parquet qui craque, puis le grincement d’une porte avec en fond, le bruit sourd d’un violent orage. Les éléments sonores d’un film d’horreur sont d’ores et déjà posés.
– Le moment de l’arrêt, de la préparation. On entend alors la boîte à musique qui survient comme un mode opératoire du meurtrier, comme une signature qui lui est propre. Il aiguise son couteau.
– La phase de passage à l’acte à travers un cri saisissant de douleur qui s’estompe quand vient la mort tandis que le grondement de la nature reprend le dessus sur le paysage sonore.

Loin de moi l’idée de vouloir faire original, le son de la boîte à musique me fait particulièrement peur et ne m’évoque, en fin de compte, qu’une composition musicale macabre. Peut-être parce que je n’en ai jamais eu, ou alors parce que j’en ai vraiment entendu dans un film d’épouvante. Toujours est-il que le résultat de mon billet son, après moult écoutes de perfectionnement, me fait moi-même froid dans le dos: mission accomplie?

Louise Tressens