Morgane l’a fait

Morgane l'a fais. (cc) Morgane Kerarvran (06/10/2013)
Morgane l’a fait. (cc) Morgane Kerarvran (06/10/2013)

Morgane, fille née de la mer. Morgane, la fée Morgane. Deux origines éloignées mais proches, qui ont rythmé l’idée que je me suis toujours faite sur mon prénom. J’aurais bien aimé que mes parents me nomment «La Fille », comme moi j’ai appelé mon chat « Le Chat ». C’est plus simple et sans conséquence. Je m’appelle Morgane. Morgane, comme la cousine d’un tel, Morgane comme la copine d’un autre. Ce qui est censé me définir, caractérise et symbolise des centaines, des milliers, des millions d’individus aux personnalités différentes.

Définir « Morgane » reviendrait à me définir moi et toutes les autres. J’ai choisi de  découper puis de coller au hasard des images. Je les ai organisé et  replacé, à l’infini pour me construire un visage, hybride et inachevé. Pour cela j’ai découpé des bouts de femmes de manière aléatoire, sans vraiment réfléchir. Je les ai ensuite posé sur ma table, puis j’en ai sélectionné quelques uns  afin de me  recréer une figure inédite et atypique. Les fleurs remplacent les cheveux, car selon la légende Morgane est une créature divine et mystérieuse, et c’est la seule chose que je veux retenir sur mon prénom : Morgane la fée.

 Morgane KERARVRAN

Les facettes d’Ali

Les facettes d'Ali. (cc) Alison Goizet (06/10/2013)
Les facettes d’Ali. (cc) Alison Goizet (06/10/2013)

Alison c’est juste un prénom, tout le monde m’appelle Ali de toute façon. Il sonne bien dans la bouche, il me représente bien, moi et mes multiples facettes. Ali la passionnée, Ali la rêveuse, Ali la dévouée, Ali l’insouciante, Ali la rebelle… Ma passion me transcende et chaque films que je vois me renvoient à ma propre personnalité. Quatre amies se faisant des confidences, quatre hommes riant de bon cœur, le lapin loufoque d’Alice aux pays des merveilles, la décadence du Moulin Rouge, le courage d’une super héroïne, la gourmandise d’une glace, la candeur d’un dessin animé ; je suis à la fois la Ali coquette et mystérieuse et la Ali froide et glauque. Et par dessus tout je suis la Ali qui ne comprendra jamais certaines injustices de la vie (l’handicape).

Pour réaliser ce collage, je suis partie de ma passion pour le cinéma et j’ai décidé de coller plusieurs images tirées de films pour me représenter. De plus, j’ai aussi collé une photo de moi car je pense rien n’est plus représentatif pour me dévoiler. J’ai utilisé un papier jaune car cela dévoile la couleur associée à mon prénom et ma perpétuelle envie de chaleur. On peut voir qu’une boule à facette centre toutes les autres images qui rassemblent le côté assez visible de ma personnalité. En bas, à droite, deux images s’opposent et font échos à mon côté clair et obscur. Enfin, en haut, à droite, une image coupée de manière dentée représente ce que je ne pourrais jamais changé dans ma vie.

Alison GOIZET

Vincent, la « victoire musicale » !

 

Vincent
Vincent, « la victoire musicale » ! (cc) Vincent Duquennoy (05/10/2013)

Le prénom Vincent provient du latin vincere qui signifie « vaincre », et peut être utilisé comme nom de famille. Il y a deux saints patrons portant son nom : l’un représentant les vignerons, fêté le 22 janvier, et l’autre, St Vincent de Paul, symbolisant les œuvres charitables, que l’on célèbre le 27 septembre. Ce prénom possède des variantes dans certains pays : Vincenzo en italien, Wincenty en polonais, Vicente en espagnol et portugais…, mais également dans certains patois : Bixente en basque, Visant en breton … Ce nom est même porté par certaines villes aux Etats Unis et en Australie. Au cinéma, Vincent fut le premier court-métrage d’animation réalisé par Tim Burton, sorti en 1982.

Le collage du prénom est illustré autour d’instruments de musique, dans la mesure où cette discipline représente beaucoup pour moi, aussi bien sur l’écoute que sur le jeu, car pour citer Pablo Casals, violoncelliste et compositeur espagnol : « La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent ». Cet art contenant beaucoup de styles permet de ressentir et d’exprimer beaucoup d’émotions différentes. A travers les instruments, toutes les familles (baguettes pour les percussions, basse pour les cordes, saxophone pour les vents…), ainsi que les styles (violon pour le classique, guitare pour le rock, saxophone pour le jazz…) sont représentés, afin de donner une vue d’ensemble de la musique.

Vincent DUQUENNOY

Je me suis fait un prénom

Je me suis fait un prénom. (cc) Alexia Di Cioccio (06/10/2013)
Je me suis fait un prénom. (cc) Alexia Di Cioccio (06/10/2013)

 » Le prénom est la clé de la personne. C’est le cliquetis délicat de sa serrure quand on veut ouvrir sa porte. » Amélie Nothomb

Alexia est un prénom aux multiples caractéristiques, c’est un être haut en couleurs, vif et excentrique. Mais derrière ses excentricités on lui trouve une certaine sensibilité, caractérisé par une grande âme d’enfant, il aime la gaité. Toujours prêt pour de nouvelles aventures, découvertes et rencontres.  Alexia signifie aussi doux rêveur, souvent la tête ailleurs, il aime s’évader. Gourmand et très attaché à l’amitié, il a un grand besoin d’être entouré pour ne pas s’ennuyer. Pour finir ce prénom se partage, il est plutôt répandu mais chacun de ses porteurs est un personnage unique.

Le choix de placer le prénom en haut de la page, tel un titre pour mettre en avant l’importance des lettres qui le compose, le but étant de personnifier le prénom lui même. Pour cela, utilisation d’images neutres afin qu’il ne soit pas seulement assimilé à un visage. Celles-ci traduisent des attributs de ma personnalité. Elles sont composées de couleurs vives et gaies. Côté droit on trouve une glace pour la gourmandise. En dessous d’elle on peut voir une personne vêtu d’un costume coloré; elle représente l’extravagance, mais aussi le fait qu’on peut cacher sa personne derrière des accessoires et des vêtements. La photographie du bas est un rappel l’enfance de par des couleurs. Sur la droite du collage, les paysages illustrent le voyage et l’évasion. La valise au bord de la route caractérise l’aventure, la découverte.Pour finir la photographie dans la maison, permet de mettre un prénoms sur des visages et son partage. On peut voir ma meilleure amie et colocataire qui porte ce même prénom.

Alexia DI CIOCCIO

Remise en question

Remise en question. (cc) Tiphaine Robion (06/10/2013)
Remise en question. (cc) Tiphaine Robion (06/10/2013)

Mon prénom fait partie de moi, au même titre que mes yeux marron ou mes cheveux bruns, je n’y prête plus attention. « Tiphaine, enchantée« . On discute de choses et d’autres. On oublie. « Rappelle-moi ton prénom ?« , « C’est Tiphaine« . Et puis il y a eu ce matin de juillet, ce départ vers un autre pays, une autre culture, une autre langue. Ce premier contact avec cet être à l’accent étrange. « Tiphaine, nice to meet you« .  Tout à coup, ce regard vide, cette gêne. Il n’a pas compris. Je répète, j’épèle : il n’arrivera pas à le prononcer.  Pour moi, c’est une claque, une prise de conscience soudaine. Mon prénom n’est plus une simple commodité : il est mon pays, ma culture, ma langue.

Sur ce collage, j’ai mis le début de mon prénom que les personnes arrivent à prononcer. L’incompréhension est représentée ici par les trois petits points, en descente, comme si le ton de la voix baissait. Suivis de points d’interrogation, de toutes les couleurs et formes, pour représenter la multiplicité et la différence des personnes que l’on rencontre. J’ai inséré autour des images qui pour moi sont exotiques, sous forme de bulles, qui représentent l’imagination, le rêve. La mer est en haut, alors que les montagnes sont en bas : ma vision du monde est déformée, tout comme les personnes déforment mon prénom. La partie droite du collage restera vide, comme une remise en question. Mon prénom était pour moi une chose banale : ce que je croyais acquis a été chamboulé.

Tiphaine ROBION