Le bruit des gens

C’est la première fois que je me suis retrouvée dans cette situation. La page blanche, littéralement, pas une seule idée ne me vient en tête. Le thème de ce billet son me laisse de marbre. « Bonne nuit les petits ». Je passe rarement de bonnes nuits. Je fais constamment des rêves étranges que j’oublie le matin aussitôt. Alors j’ai fouillé des archives de vidéos et sons que j’ai enregistrés la nuit. La plus belle façon de passer nos nuits depuis qu’on à dix-huit ans, c’est entre amis. Celles passées les larmes aux yeux à écouter en boucle le message d’un amoureux.  Celles à faire la fête ou à refaire le monde. À parler de sentiments. À parler de nos rêves, ceux pour le futur, et à finir par s’endormir sur un coin de canapé. Finalement ce billet son se présente comme un pêle-mêle de nos nuits, celles d’une génération qui vivant loin de ses racines, cherche sans cesse à se recréer un cocon.

When the light comes down

En parlant de nuit, on pense au rêve, à l’irréel. Mais c’est aussi la réalité qui ne sort pas au grand jour. Pour mon billet son, j’ai voulu montrer le paradoxe de la nuit devenant cauchemardesque. C’est une histoire que j’ai vécue que j’ai tentée de retranscrire. Celle d’une baby-sitter qui tente de protéger les enfants des disputes de leurs parents, en leur bouchant les oreilles pour qu’ils n’entendent pas. L’ambiance confinée d’une maison où la télé est allumée et les enfants jouent se dégrade lorsque la nuit arrive et que les parents rentrent. Comment souhaiter une « bonne nuit » à des enfants dans ces conditions ?

La plupart des sons viennent de banques de sons libres de droit, j’ai également utilisé ma voix pour la baby-sitter et la voix des enfants. J’ai choisi de mêler l’anglais et le français car cette anecdote vient de mon expérience en tant que jeune fille au pair, dans un pays anglo-saxon. Je ne voulais pas non plus qu’on identifie les propos de la dispute, pour que ce ne soit pas un évènement en particulier. Pour que l’on comprenne que ces incidents ne sont pas si anodins.

Camille Coquereau

Il est l’heure

Pour ce billet son, j’ai choisi de raconter une histoire autour de deux personnages : un enfant et une baby-sitter. Au départ, je me suis enregistrée en train de parler avec un ami, j’avais dans l’idée de prendre sa voix puis de moduler sa voix afin de la rendre plus aigue. Après avoir regardé plusieurs tutoriaux et explications sur Internet sur comment changer la voix sur Reaper je n’ai pas réussi à trouver l’effet adéquat. La voix n’était plus très naturelle avec les effets vocaux que j’avais pu trouver. J’ai donc décidé de garder la voix de « l’enfant » telle quelle, je me suis dit que cela pouvait rajouter au côté humoristique et improbable de la situation.

Pour donner du rythme à cette histoire j’ai rajouté d’autres sons pris sur des banques de sons, tels qu’une sonnerie de téléphone ou encore des bruits de pas. La difficulté était de réussir à intégrer le son de la boîte à musique tout en ne perdant pas au niveau du rythme. Mon histoire est donc une histoire que j’ai essayé de rythmer, un dialogue entre deux personnes auquel s’intègre différents «moments » sonores, différentes types de son ; une histoire, une chanson, un son de boîte à musique…

 Marion Souquet

Fondre dans les bras de Morphée

Je souhaitais raconter une petite histoire avec le son qu’on avait, très simple: quelqu’un rentre dans une chambre pour endormir un bébé. Je suis allée chercher des bruitages dans une banque de son, des bruits de pas, de porte qui s’ouvre et qui se ferme, des babillages de bébé. Une fois le son imposé intégrer, je voulais donner à entendre le basculement du bébé du sommeil vers le rêve, grâce à quelques notes de harpe qui m’évoque un univers magique. J’ai mis ensuite, très niaisement, une chanson tirée du Dumbo de Walt Disney, sorte de madeleine de l’enfance, un moment particulièrement émouvant du film où la mère est enfermée et câline son bébé à travers les barreaux de la prison où elle est enfermée.

Pour clore l’histoire, j’ai refermé la parenthèse du rêve toujours à l’aide de la harpe et en faisant sortir le personnage qui était rentré au début. Pour donner un petit peu plus de texture à l’ensemble, j’ai décidé d’intégrer au début un bruitage de nuit d’été, pour que le personnage qui entre ferme la fenêtre. Je trouvais que cela permettait de mieux imaginer l’ensemble, que ça donnait des indications de temps et de lieu.

Sunday’s blues

Ce billet n’a pas été des plus simple. Avec le thème Bonne nuit les petits, nous avions tellement de liberté que l’embarras du choix est devenu problématique. Pourtant, en attendant la consigne, j’ai tout de suite pensé à ma petite sœur qui avait petite des dimanches soirs si spéciaux ! Pour elle, la semaine commençait le dimanche soir, car il fallait se coucher tôt, car on vérifiait si tout était prêt pour le lendemain matin, si les devoirs avaient été bien faits. C’était le blues du dimanche soir. Ce moment où l’on se rend compte qu’on ne peut pas se lancer dans la saga seigneur des anneaux s’en risque de détester son réveil, où l’on ne peut se dire « on fera ça demain ». Alors, ma petite sœur avait trouvé un moyen détourné d’adoucir son dimanche soir, elle le transformait en matin : chocolat chaud, Walt Disney …

J’ai souhaité retranscrire ce blues du dimanche soir. Je n’ai pas pu enregistrer ma petite sœur expliquant pourquoi elle faisait cela. J’ai donc cherché à jouer de ma voix et à modifier cette dernière pour faire ressortir l’accent de l’enfant. De plus, j’ai de nouveau essayé de faire un maximum de bruitage par moi-même. Je crois que c’est ce qui me plaît le plus dans ces billets sons. Au-delà du montage et de l’ajustement, c’est véritablement la recherche du son que je trouve intéressante. C’est peut-être pour cela que lorsque j’imagine la construction de mes billets, je privilégie toujours les bruitages à une parole. C’est comme en vidéo, l’image peut dire des choses que la voix off ou le dialogue ne dira jamais aussi bien et rendra redondant. J’ai aussi voulu travailler la stéréo, car pour moi, c’est un outil formidable pour rendre compte d’un espace. Je trouve intéressante l’idée d’entendre quelqu’un agir chez lui et ne visualiser ses actions et ses déplacements que par le déplacement d’un son d’une enceinte à l’autre donnant, ainsi une géolocalisation. C’est ce que j’ai tenté de faire un peu dans mon billet en plaçant les objets de la cuisine dans des espaces différents : gauche ou droite.