SOUP

 

Dans un premier temps j’ai imprimé mes photos en plusieurs exemplaires, puis je me suis amusé à découper mon premier billet photographique en lamelles. Au début je voulais créer un effet de différentes dimensions, en découpant de la même manière mes autres photos et faire en sorte que si on est à droite on voit une photo et que si on est à gauche on en voit une autre. Pour cela, il aurait fallu que le travail final soit une performance avec du relief et pas une photographique. J’ai alors décidé de couper les lettres de mon anamorphose et recréer un mots, en l’occurrence « soup » puis j’ai laissé la photo de mon frère en entier pour que le spectateur de ma photo ne voit plus d’image concrète.

J’ai souhaité reprendre l’ambiance du bar pour faire en sorte qu’on pense être la nuit. J’ai donc pris un support rouge afin de rappeler les lumières du comptoir. Après ça j’ai pris une première photo puis je suis passée devant mon bureau où était posée ma photo, mes papiers se sont envolés. En réalité cet effet m’a plut mais pas en photo. C’est pour ça que j’ai posté sur notre site internet mon avant dernière photo et non ma dernière.

Xila

 

 

مدينة – La ville

Un son de rue me semble important pour introduire cette photographie, prise un soir, sur le Cours d’Alsace-Lorraine. C’est en réécoutant des sons enregistrés à Beyrouth que je retrouve un enregistrement de rues. Certes, la photographie a été prise à Bordeaux et non à Beyrouth, mais je souhaite rendre hommage aux rues de Beyrouth. J’ouvre un logiciel de montage et place l’extrait au début de la timeline. Je souhaite parler de la ville. Après quelques lectures, je découvre un poème qui correspond à ce que l’on pourrait ressentir un soir, sur le Cours d’Alsace-Lorraine. Je lis le poème à haute voix, importe le fichier et le place à la suite. Je cherche ensuite une musique pour accompagner cette lecture. J’hésite entre Jean Jacques Goldman, Jocelyn Pook et Yasmine Hamdan. La composition de Yasmine semble reproduire l’ambiance du poème.

Cet enregistrement ne parle pas du Cours Alsace Lorraine, mais de la ville. Cette routine règne aussi bien dans les rues de Beyrouth que dans les rues de Bordeaux. On pourrait entendre chanter au loin Yasmine, sur le Cours Alsace Lorraine.

Elsa Maji

Le voyage en train

Pour mon premier billet photo j’étais allée me perdre à la gare, parce que j’adore les trains. Je voulais tenter d’y capter les sentiments qui m’animent quand je fais des voyages sur des rails. Je n’ai pas précisément réfléchi à la manière dont je voulais construire mon billet son, et encore moins à sa signification. Je savais ce que je voulais en le faisant: quelles musiques utiliser, quels textes à enregistrer, et quelle ambiance créer avec le tout. Je pique des vers à Verlaine, Noailles, Gautier, et Perec; j’emprunte des paroles à Fauve et Grand Corps Malade; des mélodies à Björk, Michel Legrand et à Autistic Machine. Tous ont en commun d’évoquer le train. Je commence donc à monter mes pistes, j’ai l’impression que tout est naturel et se fait tout seul. Le résultat final est assez proche de ce qu’était le premier montage. J’ai l’idée d’utiliser des bruitages de vieilles radios que je place en début et en fin de morceau sur mes pistes, comme des guillemets ou des parenthèses. Ainsi, je me rends compte que le tout est plus fluide avec ce procédé, les pistes s’enchaînent sans trop d’accrocs.

Vers la fin du montage, je réalise que mon bout à bout passe par différents états, chaque morceau évoque différentes choses, tout en étant homogène. En réécoutant plusieurs fois, j’ai l’impression d’avoir raconté une petite histoire, un voyage en train. Il y a un début et une fin, et entre les deux il se passe des choses. Quand on prend un train, on est pas tout à fait la même personne à l’arrivée qu’au départ. On a vieilli certes, mais je trouve que le train provoque une ambiance et un environnement qui peut être propice au questionnement intérieur. On réfléchit, on revit des situations, on prend des décisions dans sa tête, on passe par différents états, avec toujours en fond le ronronnement mécanique du train.

Clémentine Le Roy