Aux portes de mon intimité

(cc) Elodie Chalumeau (08/12/2013)
(cc) Elodie Chalumeau (08/12/2013)

Ne vous fiez pas aux apparences. Si je consens à vous ouvrir les portes de mon intimité, ce n’est que de façon détournée. Ne souhaitant pas vous dévoiler le plus profond de mon âme, je vais vous révéler les clefs de ma surface. Car en réalité l’identité que vous me connaissez, est seulement celle que je me construis chaque matin devant mon miroir, selon mon humeur et mes envies, à l’aide du contenu de mon placard. Colorée ou sombre, habillée ou décontractée, tel un caméléon je choisi une peau que j’endosse pour la journée et qui ne sera pas la même que demain, car chaque jour selon les situations, je me réserve le droit d’être différente.

Cette photo est prise en plongée, de façon à recréer au mieux la vision que j’ai tous les matins en ouvrant les portes de mon placard pour m’immerger dans le choix de mon apparence du jour. Le temps limité que j’ai pour faire ce choix dans la précipitation matinale est symbolisé par la montre, posée sur le haut du meuble et floue car je n’ai jamais clairement conscience de l’heure à ce moment de la journée. De même, la surexposition sur la droite de l’image représente l’effet de la lumière éblouissante d’une lampe ou du soleil qui attaque immanquablement mes yeux mal réveillés à cet instant. Les couleurs sont saturées, démontrant le contraste entre les vêtements colorés des jours heureux et ceux, noirs et blancs, des matins plus mornes. L’armoire est au centre du cadre et l’occupe presque complètement pour en souligner  l’importance.

Elodie CHALUMEAU

Ondes culinaires

Alison Goizet cc 08/12/2013
(cc) Alison Goizet (08/12/2013)

Je crois qu’un des plus grands drames de ma vie est ma totale incapacité à cuisiner. Je profite donc de ce billet pour vous faire part de ce que je me fais subir depuis maintenant trois ans ! Pour ce faire, je vous présente mon meilleur ami, le micro ondes. Je vous laisse imaginer à quel point j’idolâtre cet appareil ! Il est témoin de tellement de choses me concernant : mon penchant pour les féculents, les sucres lents sont importants ; ma tentative de début de semaine de manger équilibré, avec des légumes et des aromates ; ma tête fatiguée qui rentre des cours et qui s’apprête à aller au travail. Puis rien, le frigo est vide et je n’ai pas le temps d’aller faire les courses. « Je n’ai pas le temps », c’est devenue mon expression cette année ! Enfin, mon lapin, qui est traumatisé depuis qu’il a vu le seul endroit de mon appartement où il ne s’était jamais trouvé !

Mon billet est composé de sept photos qui représentent chacune un jour de la semaine. Un trait noir les sépare afin de le montrer. Pour des raisons esthétiques j’ai décidé de les positionner de la façon suivante : 2/3/2. Le cadre est fixe, il reste le même pour toutes les photos. Le plan reste également le même. La lumière du micro ondes forme un spot lumineux sur les éléments intérieurs et focalise notre regard.

Goizet Alison

Piles de vêtements.

(cc) 08/12/2013 - Julie T.
(cc) Julie T. (08/12/2013)

J’ai choisi de prendre cette photographie pour illustrer l’intimité et l’identité. Quoi de plus intime que le contenu d’un placard ? Il contient des vêtements personnels, plus ou moins bien rangés. Cela révèle l’identité de la personne. L’intention est de retranscrire le goût pour les couleurs. Bleu, rouge, rose, doré et noir. J’ai hésité entre prendre le photographie de l’intérieur d’un placard ou une collection. Le placard me semblait plus pertinent par rapport au thème de l’intimité. Personne n’ouvre vos placards quand il rentre chez vous. Ce qu’il y a à l’intérieur est caché par une porte. Cela fait partie des choses secrètes. Les vêtements sont personnels.

La photographie a été prise de face. J’ai volontairement choisi de ne pas ajouter de lumière pour conserver la réalité de la scène. La photographie est prise de près et on a envie de savoir ce qu’il y a autour en la voyant. Rentrer dans une intimité suscite de la curiosité. Presque un regard voyeuriste. Comme si l’on regardait l’intérieur d’un réfrigérateur pour savoir ce que la personne mange. Ou comme si l’on regardait l’intérieur d’une chambre pour voir où la personne dort. J’ai légèrement retouché la photographie sur le logiciel Photofiltre en rehaussant la luminosité et en forçant le contraste pour accentuer les couleurs.

Julie T.

Ganesh : un instant immortalisé.

Ganesh : ma réincarnation.(cc) Najib Mabchour (08/12/2013)
(cc) Najib Mabchour (08/12/2013)

Laissez-moi, partager une nouvelle fois, une partie de moi. Je vous emmène dans un endroit intime : ma chambre. Je me suis rendu compte que dans ce lieu, il avait beaucoup d’éléments qui me caractérisent et faisaient référence à mes origines. Mais aussi à l’Inde, pays dont je souhaite un jour visiter. C’est ce qui m’a conduit à choisir deux éléments de ma chambre : un éléphant d’Asie et une lampe orientale. L’histoire de cette photo, deux objets que j’affectionne. Avec eux, je vais me prendre pour une divinité indienne du nom de Ganesh. J’ai repris ses traits : mi-homme mi-éléphant. Instant immortalisé d’une photographie où je ressemble presque à un dieu animal. En Inde, Ganesh, représente le savoir et la connaissance. Par sa force, il balaye les obstacles et symbolise la réussite. Nombre de qualités que j’aimerais avoir. Voilà pourquoi, je souhaite lui ressembler. Et puisque les dieux son immortel, grâce à cette photo, je le deviens aussi.

Cette photo a été prise depuis l’intérieur d’une lanterne orientale en fer forgé. L’appareil photo a été réglé en automatique. Face à mon manque d’expérience en photographie, il fallait trouver une solution pour pallier à cela. Peu de réglage technique sur l’appareil. Ainsi pour faire des effets de style et donner une touche contemporaine, me vient l’idée de placer l’appareil à l’intérieur de la lanterne. L’objectif collé aux parois apporte des reflets, des formes, et jeu d’ombres sur l’image. Grâce à la structure de la lampe. Cela donne un aspect mystique et inaccessible.

Najib MABCHOUR.

Un brin de féminité

Un brin de féminité (cc) Soline Testard (08/12/2013)

(cc) Soline Testard (08/12/2013)

 

 

En prenant mon appareil ce jour-ci, j’ai rencontré un sentiment que j’affronte rarement pour prendre une photo : la frustration. J’ai donc essayé, posé, retravaillé sans jamais être vraiment satisfaite du résultat. J’en suis donc arrivée à cet accord : je me livre sans  me livrer à travers cette pose qui exclu mon visage. Ainsi, je conserve une part de mystère, refusant que l’on m’identifie totalement. Pourtant, un élément s’impose prenant près d’un quart de la photo : une main. Cette dernière s’entortillant autour d’une mèche de cheveux, renseignant ainsi sur mon caractère joueur. Seule une couleur se détache du cliché : le rouge de ma chevelure qui est à l’image d’une identité dynamique et aimante. Oui, j’aime la vie, les gens que je rencontre et même ceux que je ne connais pas encore. A travers cette pose audacieuse mais pourtant naturelle, je dévoile alors mon corps sans le montrer complètement, renforçant mon caractère joueur, laissant deviner le reste de la photo à ceux qui la visualisent.

Epurée, cette photo contient des contrastes à l’image de mon identité. La profondeur de champ rempli un rôle très important car elle permet d’établir la mise au point seulement sur mes cheveux et ma main. Ce qui permet de les mettre en valeur. Le cadre est volontairement tronqué afin de masquer la majorité du visage. La distance minimale à respecter avec mon appareil étant de 45cm, il m’était impossible de réaliser cette photo sans le retardateur. L’écran orientable m’a permis d’avoir une vision sur mon cadre lors de la prise. Pour cette image, j’étais donc en plein jour à une vitesse de 1/50 pour une focale de 8 avec un ISO au minimum : 100.

Soline TESTARD