Nouvelle Sonore

(cc) Segio Larrin

 

Pour conter l’histoire de cette photo signée Sergio Larrain, j’ai voulu écrire un texte  à la tonalité et au format de la nouvelle.  La narration , très courte, doit donc faire écho à ce plan en noir et blanc d’une rue pavée en perspective. L’élément principal, autour duquel j’ai eu envie d’articuler mon histoire, est ce journal déplié et abandonné au milieu de la route. C’est ainsi que j’ai eu l’idée d’un homme qui, dans la précipitation, abandonnerait son journal en pleine rue. Puis est venue plus précisément l’idée d’un retraité qui, à la vue des résultats du loto dans son journal, correspondants à son ticket gagnant, subirait une crise cardiaque.

Après avoir rédigé cette courte histoire, j’ai réalisé quelques enregistrements. Peut être à cause de l’arrivée du froid, de mon incapacité à arrêter de fumer, ou peut être est ce le fait de lire mon propre texte, ma voix me semble inaudible, ne pas coller. Je contacte donc une amie, Morgane Sage, jeune comédienne du conservatoire de théâtre de Bordeaux. Nous enregistrons plusieurs prises, ses intonations sont convaincantes. Après quelques cafouillages, nous recommençons, nous nous replaçons. Ces tests confirment mon idée que le son, c’est beaucoup de tâtonnement, mais aussi, heureusement, beaucoup de plaisir.

Florence Delavaud

L’histoire de TETG

 

Que voit-on sur une photographie ? Ce qui est montré, évidemment. D’accord, mais qu’est-ce qu’on nous montre ? Personnellement, j’ai souvent eu à me battre lors d’expositions ou lors de conversations entre amis. D’une discussion intelligente et pleine de bons sentiments nous passons souvent à des tempêtes d’insultes et à des crises de nerfs. J’exagère légèrement, mais c’est pour illustrer le problème. Je crois que c’est une question d’interprétation. Personne n’a les mêmes références, chacun a son répertoire d’images, son vécu, sa représentation du monde. C’est pour cela que j’ai choisi de faire un cadavre exquis sonore. Je voulais monter un récit pour mettre tout le monde d’accord, pour une fois.

J’ai contacté quelques uns de mes amis, pour qu’ils viennent me raconter l’histoire de cette photographie. Les quatre personnes choisies viennent toutes de milieux assez différents. Il ne fallait pas qu’elles évoluent dans le même domaine et elles ne devaient pas se connaître. Grâce à une seule et même consigne, elles devaient  décrire l’image et inventer une histoire, sans que les autres ne l’entendent. J’orientais parfois la description sur un élément précis (le scooter, les gens du fond). Lors du montage, je me suis rendue compte que le temps imparti pour la réalisation était trop court, je me suis donc limitée à entrecroiser les voix pour faire une description de l’image presque univoque. Même si tout le monde s’accorde un minimum, c’est dans la pluralité des idées, des tiques de langage, des expressions et des imaginaires, qu’un discours, qu’un monde se dessine autour d’une œuvre.

Morgane Kerarvran

Bastia

(cc) 23/11/2013 - Julie T.
(cc) Julie T. (23/11/2013)

Bastia. Une petite ville de Corse. Les façades colorées du Vieux-Port m’inspirent. Rose, vert, bleu, orangé, autant de couleurs qui composent ce paysage. Les montages surplombent la cité. Des ruelles où l’on aime se balader sous un ciel bleu, au bord de l’eau, près des voiliers et des barques. Après avoir voyagé sur l’Île de Beauté à sept reprises, c’est tout naturellement que j’ai songé à un paysage Corse pour réaliser ce billet. Ce peut être un dessin-souvenir, des sensations ressenties, comme une chaleur envahissante qui vous saisit. Dessiner cet endroit m’a rappelé combien l’île et ses paysages magnifiques, baignés de mer et de montagnes, me manquent. C’est donc avec un brin de nostalgie que j’ai réalisé ce croquis. C’est la sensation que j’ai en écrivant, juste après avoir fait le dessin, à chaud.

D’après une photographie, j’ai tracé les contours du dessin au crayon à papier. Puis j’ai ajouté de la couleur aux pastels. Des pastels retrouvés au fond de caisses d’affaires diverses, rangées dans un coin, dans le chalet du jardin. Les couleurs sont volontairement exagérées pour donner un style vigoureux à cette représentation. Il est composé de nombreuses formes géométriques, liées à l’architecture des bâtiments. J’ai réalisé ce dessin d’un seul élan, environ deux heures, sans interruption, pendant lesquelles j’ai sali mes doigts et mon bureau de noir. Ce dessin me fait penser à une utopie, de par ses couleurs accentuées, ainsi que par l’absence de promeneurs. Un endroit où aimerait être, installé à la terrasse d’un café, sirotant une boisson.

Julie T.

Entre mer et terre

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)

J’ai passé mon premier niveau de plongée sous-marine suite à une immersion en compagnie de raies manta, puis d’autres animaux marins. J’en conserve un souvenir impérissable et, depuis, ma fascination pour cet univers ne cesse de croître. C’est pourquoi, si je dois imaginer un lieu qui m’inspire, c’est bien un lieu où l’on respire en étant au cœur de la mer, étendue d’eau qui semble contenir toute la voie lactée. Je suis ce petit personnage, en bas à droite, au bord de la falaise, au dessous du vide, qui s’émerveille de ce spectacle. Les algues vertes, lumineuses, m’inspirent les espaces verts de la terre ferme, une source d’inspiration puissante dans mon quotidien. Ces plantes aquatiques se mêlent ici aux coraux, ramenant ainsi notre imaginaire vers le monde marin. En somme, ce paysage est intimement lié à la nature et me transporte loin de ma vie citadine.

Comme la majorité d’entre nous, certainement, je n’avais que peu de matériel pour réaliser ce dessin. En effet, je ne dessine que très rarement. J’ai tout de même retrouvé quelques vieux pinceaux et tubes de couleurs acrylique. Je me suis servie exclusivement d’un pinceau à aquarelle. Un seul pour tout, grosses surfaces et petits détails, cela me semblait plus facile. Je crois que j’ai une certaine fascination pour les lignes de fuite (cela se voit dans mon dernier billet). Ici, alliées aux rondeurs et aux courbes des plantes, elles m’aident à rendre la profondeur que je recherche.

Sarah Vasseur

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)

Un instant

IMG_0429
« Souffle » (cc) Morgane Kerarvran (11/11/3013)

Pour ce nouvel atelier, on m’a demandé de représenter un lieu qui m’inspire. Pour une fois je n’ai pas eu à sonder les tréfonds de ma mémoire pendant une heure. J’ai toujours été captivé par la ville, pour les milliers de gens qu’elle accueille, pour les millions de formes qu’elle nous offre. Dans ses rues et ses quartiers s’animent des corps, des histoires. Chaque centimètre porte la marque d’instants fugaces, chaque rue a été le témoin d’histoire et d’aventures. La ville est une fourmilière ou tout s’anime, se croise et s’agite.

J’ai donc réalisé un travail à l’aide d’acrylique et de pochoirs. J’ai découpé des blocs, en formes de carrés et de rectangles, afin qu’ils rappellent grossièrement l’apparence d’immeubles. Je les ai enduits de peinture et les ai rapidement déposés sur ma feuille, afin que la matière picturale ne laisse qu’une trace de son passage. Ensuite, j’ai dessiné des personnages, car je ne conçois et n’imagine jamais rien sans eux. J’ai recouvert les silhouettes de bleu en dépassant un peu pour qu’il ne reste plus que l’empreinte des figurants. J’ai choisi cette technique car elle permet de montrer une impression, celle d’un lieu rempli de signes et d’ombres. Les motifs et les couleurs restent sobres, afin de briser la figuration et de laisser plus de place au signe.

Morgane Kerarvran