Photographie introspective

(cc) Dorian D. (20/X/2013)
(cc) Dorian D. (20/X/2013)

La photographie, c’est une représentation objective de l’instant, l’écriture de la lumière. Mais la photographie c’est aussi le huitième art. Le beau est subjectif et la photo est la démonstration originale d’un fait, d’un sentiment, ou encore d’une revendication. Dans la grisaille de cette journée, j’avais choisi de faire une photo mélancolique. Je voulais peindre le spleen. Et pour cela j’ai triché parce qu’une photo d’art ça se conçoit, ça se prépare, ça se pense. Je voulais saisir la nostalgie des sujets, nostalgie dégagée par des regards rendus tristes par l’émotion ressentie à l’observation de cet homme de pierre qui souffre, à la fois immobile et en mouvement, tristes à l’évocation du sens d’humanité perdu à toujours vouloir vivre vite, trop vite.

Au moment de saisir l’image, un chien est entré dans le champ et j’ai dû abandonner mon appareil pour le chasser. C’est alors qu’un enfant de passage prit ma place d’auteur, curieux qu’il était de voir au travers de l’objectif. Je n’ai eu que le temps de saisir mon téléphone et de fixer à jamais cette photo qui n’était pas celle que je souhaitais mais qui reflétait la réalité, l’instantanéité. Elle n’était plus triste mais elle était devenue belle, vivante, et surtout elle était vraie. L’art de la photo, c’est d’abord le regard du photographe et la puissance de ce regard est finalement peut-être dans celui de cet enfant qui est encore un peu ce que je ne suis déjà plus.

 Dorian D.

Marcher sur l’eau

Marcher sur l'eau. (cc) Alexia DI CIOCCIO (20/10/2013)
Marcher sur l’eau. (cc) Alexia DI CIOCCIO (20/10/2013)

L’enfance est sûrement la période de notre vie où nous faisons le plus de rencontres, celles-ci sont simples et désintéressées. Il n’y a pas cette peur du jugement comme à l’âge adulte, la méfiance est réduite. On va vers l’autre pour se faire un ami, pour une durée indéterminée. Qu’importe, le but premier étant de partager un moment avec l’autre. Ces rencontres se font souvent par le jeu, la parole est reléguée au second plan, la communication se fait à travers les mouvements, le corps et le regard. Les lieux publics sont des terrains propices à ces échanges éphémères, se sont des endroits de découverte et d’inconnu, des espaces où les enfants font énormément travailler leur imaginaire.

Sur cette photo on voit trois enfants sur les quais de Bordeaux, jouant dans l’eau. La rencontre est traduite ici par le garçon en arrière plan en train de courir vers ses compagnons qui l’attendent pour poursuivre le jeu. Bien que les deux personnes au premier plan restent sur place, ils sont prêts à partir dès que le troisième les aura rejoints. Dans cette image on ressent le mouvement impulsé par le jeu de ces gamins. On comprend très clairement que l’action se déroule en ville, les immeubles en arrière-plan entourent la scène. Pourtant le miroir d’eau nous fait oublier ce cadre citadin, pour le transformer en un lieu imaginaire où l’on pourrait marcher sur l’eau. Aucun des personnages ne regardent dans le même sens ; ils ne regardent pas dans le vide, mais j’ai la sensation que leur regard porte ailleurs. Ils sont entourés par une multitude de gens qui se promènent, qui les contemplent et évoluent dans le même espace qu’eux. Pourtant quand on observe ces trois petits personnages on a le sentiment qu’ils sont seuls, qu’ils ne voient pas toute cette foule autour d’eux.

Alexia DI CIOCCIO

 

Eclatement parlant

(cc) Sarah Vasseur (06/10/2013)
Eclatement parlant. (cc) Sarah Vasseur (06/10/2013)

Faire un collage. Soit. L’idée me plaît. Mais voilà, il y a un thème imposé : moi et mon prénom. Parler de mon prénom. Mon prénom Sarah, d’où vient-il ? En hébreu il signifie « princesse », mais il s’agissait aussi de la femme d’Abraham… Mais il s’agit aussi de moi. Soit. Et moi, qu’est-ce-que j’aime par exemple ? Oui… Je sais ! Écrire ! Voilà, ce que j’ai envie de faire : associer un texte aux images. Je prends simplement les premières lettres de mon prénom, et je commence une phrase avec chaque lettre. C’est spontané, très rapide, cela me prend le temps de l’écriture, comme si on me dictait quelque chose. Je ne peux pas expliquer cela rationnellement, mais pour moi cela possède un sens. Reste toujours le problème des images. Je me souviens avoir fait il y a quelques années une pochette où j’avais découpé toutes sortes d’images que j’aimais dans des magazines… Je me laisse porter par elles, je les assemble, je les découpe instinctivement… Je suis une envie spontanée et il m’est difficile de justifier tout cela.

Les sonorités de mon prénom m’évoquent une vague suave de sensualité, et même de sexualité profonde, sensualité que j’ai représenté par le sens du goût, mais aussi de la vue (de belles lèvres s’adonnant à la gourmandise). Et ce quelque chose qui éclate, qui sort du prénom, pour nous dire quelque chose d’inattendu, qui s’étale et se propage dans tous les interstices, c’est cela un prénom, une bannière symbolique qui regroupe tellement d’ondes cachées qui émanent de lui. Voilà ce que le mien me chuchote et qui se lit sur ce collage.

Sarah VASSEUR

« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire

« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire. (cc) Julie Morales (06/10/2013)
« Julie », une œuvre posthume de Paul Mallaire. (cc) Julie Morales (06/10/2013) 

Cette après-midi, en ce triste jour de novembre, nous avons retrouvé le célèbre artiste plasticien, poète et cinéaste Paul Mallaire pendu à son domicile. Son chagrin, quelques jours après la mort accidentelle de Julie : sa muse, sa femme, sa confidente, a outrepassé son amour pour l’art et la vie. Comme pour ne pas laisser de traces, juste avant de se suicider, il a mis le feu à son domicile. Cependant, nous avons réussi à extraire des flammes sa dernière œuvre posthume qui en dit long sur son obsession l’ayant porté aux cieux :

« Julie » était cet enfant délicate peinte par Renoir dont le tableau apparaît en bas au centre de son oeuvre : ingénue, douce, de celle qui nous regarde et que l’on ne voit pas, presque insignifiante, noyée dans son environnement. Les vers de Musset, de Baudelaire, de Mallarmé l’exaltaient : l’existence prenait alors tout son sens. Ils lui collaient à la peau, au corps comme on peut le constater sur la peinture en haut à gauche de Corinne Brenner. Adolescente, elle aimait arborer cette toile : son rapport au corps, à la volupté et à la provocation la fascinait. En outre, Edith Piaf ne la quittait pas : une icône maudite pour cette jeune femme qui parcourait également, amoureuse et blessée, les romans de Rousseau ou ceux de Strindberg, sur la partie droite de ce collage. Pour adoucir ses tourments, déchirée entre passion et raison, elle visionnait en boucle le film Hindou éponyme qui la faisait rêver à un amour vrai, symbolisé par l’expression de cette femme posant la main sur son visage, celui-ci qu’elle ne cessait d’écrire dans ses poésies, celui-là qu’elle a connu dans les bras de Paul Mallaire, celui enfin qui restera éternel.

Julie MORALES

La plante humaine

La plante humaine. (cc) Chloé Hernandez (06/10/2013)
La plante humaine. (cc) Chloé Hernandez (06/10/2013)

Le prénom Chloé tire son origine du nom grec « Khloê » qui se traduit par « jeune pousse », « herbe naissante » ou encore « la verdoyante ». Un prénom féminin qui se veut d’une origine botanique. Mais qu’est ce donc qu’un prénom ? C’est un mot qui désigne et caractérise un être vivant. Même les plantes possèdent des noms. Qu’est-ce qui me distingue alors des végétaux ? Il semblerait que tout nous oppose. Mais nos points communs sont peut-être plus généraux. Mon prénom évoque ce que je suis : un être vivant. Tout comme la plante, j’ai des besoins vitaux. Le soleil, l’eau, l’air et la terre sont indispensables à mon développement et à ma survie. L’humain en dépit des apparences, ne reste pas moins qu’une plante parmi tant d’autres.

Dans ma volonté de faire ressortir les similitudes entre les êtres humains et les plantes, j’ai cherché a constituer un collage qui montrerai la plante à laquelle je pourrais ressembler. Au fil des pages des magazines que je feuillette, je constate que la femme est très souvent désignée par ses membres inférieurs. Les membres élancés des modèles m’évoquent la silhouette d’un branchage. Je décide de conserver l’archétype féminin et de composer une forme qui mentionne la féminité de mon prénom ainsi que son identité végétale.  Les jambes deviennent alors des branches qui se superposent aux quelles j’ai ajouté des mains, symbole de création et de savoir faire. Une petite remarque qui rappelle que la femme ne se limite pas à une paire de jambes. Tout en prolongeant les membres, les doigts apportent une identité propre à la plante. Ils fournissent des empreintes digitales et caractéristiques humaines. Les cheveux font offices de racines et puisent leur origine en dehors du format A3. Les branches dépassent elles aussi du cadre sous entendant qu’elles continueront à se développer. Cette plante humaine a également des yeux mais pas de bouche, car si les végétaux ne parlent pas, ils nous observent.

 Chloé HERNANDEZ