Archives de catégorie : Série 8

Lutte beyrouthine contre la violence conjugale


C’est lors d’une manifestation organisée un samedi après midi à Beyrouth que j’ai enregistré ces cris d’hommes et de femmes en lutte contre la violence conjugale.
Nous avons marché d’un pas solidaire et déterminé de la rue de Damas au Palais de Justice rue Sami El Solh.
L’ambiance y était exemplaire, un élan de solidarité et d’émotions entre libanais, libanaises, et citoyens de l’Orient.

Elsa Maji

Ambiance venue d’un autre monde

Pour éviter de créer une ambiance sonore digne des plus belles publicités d’agence de voyage, j’ai choisi de me plonger dans un marché de bord de mer et de laisser tomber l’idée de multiplier les lieux et les ambiances. J’ai trouvé que le plus difficile était alors de  proposer de la matière sans tomber dans l’excès tout en valorisant les sonorités tonales (ambiance « mer » et ambiance « marché ») et les signaux sonores (klaxons, aboiements…). Pour essayer de dépasser cette difficulté j’ai créé 21 pistes afin de pouvoir jouer sur les niveaux et la stéréo des différents sons utilisés. Pour donner vie à mon projet, j’ai sélectionné des extraits que j’avais enregistrés là-bas. Ils comportent la signature acoustique originale et si particulière qui caractérise le lieu. Néanmoins je ne disposais pas de matériel très sophistiqué donc la qualité laisse à désirer, le bruit est très important. J’ai donc utilisé un effet « equalizer » afin de garder les aigus et de baisser les graves. Cela diminue un peu les bruits de fond. J’ai essayé de proposer une ambiance riche et diversifiée tout en gardant une certaine homogénéité. Une ambiance dépaysante et enivrante… je l’espère !

 Maelys GOSSET

4 étages pour une soirée

Dans un premier temps, le paysage sonore auquel j’avais pensé était celui de mon week-end avant dernier : un tournage chaotique mais intéressant à la Cornubia, le point central étant la table régie où les humeurs et les discussions se démêlent alors que la journée avance. Le principal soucis était que je n’avais pu rien enregistrer de ce week-end de 30h, tout recréer sur Reaper me semblait bien trop long et complexe pour mon niveau.

Je me suis donc demandée ce que je pouvais bien faire comme paysage sonore. L’idée d’écouter un week-end, de partir de ce que je vivais de mes week-ends donnait beaucoup de corps au son. Et ce week-end je sortais pour fêter le printemps, une dépandaison de crémaillère, un nouveau départ en quelque sorte. Alors j’ai pris mon iphone et mes amies sont devenues mes cobayes, elles ont joués le jeu.

Les sons enregistrés sont mono, d’où mon impossibilité de faire un travail sur la stéréo car tous les bruitages sont sur la même piste et si je la bascule à droite ou à gauche ce n’est pas un bruitage mais tous qui basculent. J’espère donc avoir rendu cet effet de stéréo par le placement de l’iphone, à la main, au centre de l’action, se déplaçant plus ou moins prés des sources sonores. Pour ce qui est de travailler la stéréo, je l’ai déjà fait sur un autre billet et regrette de n’avoir pu avoir un dispositif, par exemple deux iphones en opposition et synchronisés pour rendre cet effet pour important encore!

Samedi, c’est barbecue!

Espace sonore? J’avais déjà imaginé au préalable un billet son autour de la thématique « un barbecue entre amis ». Je suis donc restée  sur cette lancée. Je souhaitais prendre des sons directs, que j’avais moi-même enregistrés et compléter le tout avec des sons pris sur le net. L’enchaînement des événements a, cependant, changé. En effet,  la scène devait se passer un jour de grand soleil et finalement, le temps, le jour de l’enregistrement, était particulièrement maussade. J’ai donc écrit mon espace sonore comme si la pluie se mettait à tomber au milieu de la prise. Pour ce qui est de l’écriture d’un point de vue de l’endroit d’où vient le son, je n’avais jamais essayé ces manipulations sur Adobe première. J’ai donc du trouver comment faire et même après cela, j’ai eu du mal à rendre réelle mon idée de base. J’ai eu l’impression de ne pas avoir assez de piste pour mener à bien mon concept. Je ne sais donc pas si mon son est réellement compréhensible.

Camille Nivat