Archives de catégorie : Série 7

Tournage

Pour ce billet libre je n’avais pas d’idées spécifiques. Ce weekend avant le rendu, il se trouve que je tournais un court métrage et que j’avais en ma possession un bon micro. Alors quand j’avais un peu de temps et surtout quand je pensais a le prendre avec moi j’ai effectué quelque prise de son du tournage. Je n’en ai pas pris beaucoup et elles sont très éparpillées. On ne se rend pas vraiment compte que nous sommes sur un tournage. Il aurait fallu que je me concentre par exemple sur la réalisatrice donnant ses instructions aux acteurs, à l’ingénieur son ou à la cadreuse. Mais dans l’euphorie du tournage et n’ayant pas réfléchi à l’avance ce que j’allais pouvoir exploiter au montage, je n’avais pas assez de matière. En tous les cas après ce travail je comprends mieux le besoin de préparation autant en image mais aussi en son, ce que je ne pensais pas être si important pour ce dernier.

Manon Sultana

Sur l’écran noir de mes nuits blanches, Moi je me fais du cinéma

Je garde tous mes tickets de cinéma. Je commence à en avoir beaucoup. C’est quelque chose de voir beaucoup de films, mais c’est autre chose de les voir au cinéma. J’adore le fait d’aller au cinéma. Et j’adore y aller seule. C’est tout un rituel, faire la route à pied en écoutant ma musique, arriver sur place, passer ma carte UGC dans la machine, rentrer dans le bâtiment, parcourir le dédale de couloirs calfeutrés et puis m’asseoir dans le noir et attendre.

J’ai trouvé intéressant de retranscrire ce rituel en son, car il inclut des ambiances bien distinctes ainsi que des sons intéressants à enregistré ou à recréer. Ne voyant pas trop comment je pourrais recréer ce voyage avec des bruitages, j’ai décidé de ne pas faire semblant, je suis allée au cinéma et je me suis enregistré en « one shot »

, de mon départ de l’appartement jusqu’au moment ou je me suis assise dans la salle. J’ai juste du rajouter quelques bruitages moi-même comme les chansons et le générique ugc par exemple. En revanche, je ne suis toujours pas satisfaite du passage où mon personnage écoute la musique, car je n’ai pas trouvé de bruitage pouvant faire comprendre qu’elle mettait des écouteurs.

Le Shining

Dans ce billet son, j’ai souhaité réaliser une version sonore de The Shining différente du film original. La boite à musique est encore en marche, Danny et Shelley s’endorment profondément. Danny rêve que son père Jack, épris d’une crise de folie, essaie de tuer Shelley, sa mère. Il entend les paroles machiavéliques de son père. Pour se défendre, il fait appel au Shining. Sa mère le réveil en panique.

Le début du billet est marqué par le retentissement de la boîte à musique. Petit à petit, on entend les pas de Jack qui s’approchent de la chambre. Epris de folie, sa voix s’enlise. La voix de Jack est stoppée par la voix enrouée de Danny qui murmure de plus en plus fort REDRUM (MURDER dans l’autre sens), jusqu’à crier. En fond sonore, une musique de boite à musique mystérieuse et horrifique retentie. Les cries horrifiés de Shelley achèvent la cadence.

Experiment!

Pour ce deuxième billet son, l’idée ne m’est venue  que très tard. Ce n’est que la veille du rendu que j’ai enfin pensé à un concept intéressant. Seul problème, je n’avais plus beaucoup de temps… Je comptais raconter l’histoire d’une expérience: deux personnes, moi et mon frère, seraient confrontées à la routine du dimanche soir de notre enfance. Elles consistaient en une plâtrée de pâte, (que je n’ai pas insérée dans mon billet son) mangée devant l’émission « ca cartoon ». J’ai dû enregistrer moi-même beaucoup de son que je ne trouvais pas sur les sites gratuits Je me suis donc plus confrontée aux problèmes de prise de son, du terrain que pour mon premier billet. Cependant, les bruits issus de banque de son sont toujours présents dans mon travail. Je souhaitais rendre compte de la réalité de la situation tout en insérant des sons dont il est difficile d’établir la source. En effet, nous pouvons entendre des interférence de radio de guerre (son repris de mon premier billet), des grincements étranges. Le mobilier que nous entendons vers la fin de la séquence peut interroger de par le fait qu’il est en intérieur, et qu’il n’a rien à voir avec la situation initiale. L’expérience se transforme en quelque chose qu’il est très difficile à comprendre. Comme si l’expérience n’avait été qu’un rêve ou un cauchemar. La fin de mon billet son consisterait en un mélange psychique, une sorte de son subliminal.

Camille Nivat