Archives de catégorie : Série 6

Raconte moi une histoire

Capture d’écran 2015-02-13 à 18.06.25

Le thème de ce deuxième billet son « Bonne nuit les petits » m’a fait immédiatement pensé à la série animée du même nom. Je n’avais pas d’idée très originale, je me suis attachée à ce que le thème m’évoquait c’est à dire aux histoires racontées aux enfants avant d’aller dormir. J’ai donc fait le choix de raconter une histoire qui a marqué mon enfance, celle de Boucle d’or et de la famille ours. Je souhaitais également faire référence à la série animée « Bonne nuit les petits » qui a bercé mon enfance. Lorsque je commence à raconter l’histoire le générique de « Bonne nuit les petits » retenti et à la fin de l’histoire nous pouvons également entendre le générique de fin de la série ainsi que Nicolas et Pimprenelle se souhaitant une bonne nuit.

 Pour créer une véritable ambiance sonore j’ai importé des sons d’ambiance comme lorsque Boucle d’or se balade dans les bois nous pouvons entendre différents sons qui fait référence à la nature, comme celui des oiseaux. J’ai également rajouté des bruitages, comme lorsque Boucle d’or ouvre la porte nous pouvons entendre la porte grincer ou encore lorsqu’elle goute la soupe nous pouvons l’entendre entrain de boire. J’ai également rajouté des musiques en fonction de l’intrigue de l’histoire, par exemple lorsqu’elle se perd dans les bois une musique un peu inquiétante retenti. Grâce à ces différents procédés les auditeurs peuvent imager l’histoire de Boucle d’or et se laisser transporter dans cette ambiance sonore.

Delphine Delumeau

Bagarre en couche culotte : Dora VS Nounours

Des générations qui défilent. Et pourtant, une bataille demeure, aussi cruelle qu’intemporelle, celle du coucher ! Avant c’était Nounours, aujourd’hui DORA, demain sûrement Babouch… Mais lorsque l’on fait du babysitting peu importe leurs noms, ils deviennent nos pires ennemis !

J’ai décidé de reconstituer une scène plutôt fréquente lorsque l’on garde des enfants : celle du coucher. Un délicieux moment entre colère, pleurs et cris. J’ai commencé par écrire le dialogue puis à l’enregistrer avec mon iPhone. Sur Reaper,  j’ai utilisé l’effet super pitch pour moduler ma voix et ainsi créer deux personnages. Je les ai donc insérer sur deux pistes différentes afin de les régler à ma guise. J’ai également utilisé un effet de Réverbe pour améliorer la transition entre l’ambiance sonore de l’univers imaginaire des monstres et celui de la réalité avec « Camille » qui s’exclame avec colère. Le plus difficile étant de laisser les voix prendre la place principale dans le son et en même temps donner à voir par les sons, les bruitages, les mélodies et les ambiances. Je voulais donner du relief au dialogue sans le noyer dans un flot de bruit. J’ai ajouté des bruits issus de soundfishing pour ponctuer le son et ainsi donner à entendre différentes actions : claquement de porte, TV que l’on éteint, désenchantement, destruction d’objets…. Pour immerger l’auditeur dans le monde imaginaire et terrifiant du père fouettard je devais créer une ambiance suffisamment solide et envoûtante. J’ai donc créé plusieurs pistes en superposant à la fois des ambiances Halloween (soundfishing) et des rires, des grognements de monstres. Je voulais que cette ambiance ait une certaine profondeur. J’ai également donné de l’importance au volume des voix pour ainsi aider l’auditeur à suivre les déplacements des personnages. Au début la baby-sitter entre dans la pièce. Sa voix se rapproche peu à peu. Et lorsque Camille quitte la pièce et s’enferme dans sa chambre, sa voix se fait plus lointaine et étouffée.  Par de petits détails comme ceux-là, je voulais vraiment donner à entendre ce que l’on ne peut voir.

Maelys GOSSET

Berceuse

 

 

A la claire fontaine, c’est la chanson que je me chantais ma mère avant que je m’endorme quand j’étais petite. Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cette période mais il y a une chose dont je me souviens très distinctement, c’est son grain de voix. Elle me chantait cette chanson en chuchotant à moitié et j’entend encore sa voix vibrer dans mes oreilles quand j’y pense. Alors quand j’ai commencé à garder des enfants le soir, j’ai appliqué la même méthode. Quoi de mieux qu’une berceuse pour calmer l’anxiété d’un tout petit, pour rassurer une fillette qui a peur que ses parents ne reviennent pas? Bonne nuit les petits, c’était pour moi l’occasion de retranscrire cette sensation, ce moment assez particulier où l’enfant se laisse aller dans les bras de Morphée.

Je voulais au début enregistrer ma petit cousine et la faire chanter avec moi. Mais cela s’est révélé compliqué en matière de temps. J’ai donc un peu modifié mon idée et j’ai été prendre des enregistrements de bébé sur universal soundbank, il s’agit d’ailleurs des mêmes bruitages que ceux que j’avais utilisé l’an dernier pour un court-métrage. Je me suis en suite enregistrée avec un micro usb et le logiciel reaper en train de parler avec le bébé et de chanter la berceuse. En réécoutant, je me suis rendu compte qu’il restait un vide à combler, le bébé devait respirer. Mais je ne trouvais rien sur internet, alors j’ai repris mon micro et bruité les respirations précipités du bébé moi-même, sous l’œil préoccupé de ma colocataire. Enfin, pour symboliser l’endormissement de l’enfant, j’ai fait une transition assez longue pendant laquelle un écho s’installe sur ma voix qui  se fait de plus en plus lointaine à l’aide d’un fondu. Pendant ce temps la respiration du bébé se fait de plus en plus forte et lente. En cherchant et en testant plusieurs choses sans but précis, j’ai réussi à inverser la boite à musique obtenant une musique déstructurée et assez onirique pour renforcer l’idée de rêve.

 

Jeanne Vidal-Giraud

Berceuse ukrainienne

Il fait dix degrés en dessous de zéro, la neige crissent sous les pas, tandis que la nuit s’abat sur Donetsk. Dans les rues de cette ville meurtrie par la guerre, on murmure toujours « bonne nuit », sans être certain qu’elle le sera. Dans le fracas des bombes, les mères tentent d’apaiser les enfants. Ils parviennent à s’endormir, malgré les détonations qui déchirent la nuit. Ils sont désormais habitués à l’enfer de la guerre à l’enfer d’une guerre qui n’épargne personne

Screen REAPER FULL

Le bruit des gens

C’est la première fois que je me suis retrouvée dans cette situation. La page blanche, littéralement, pas une seule idée ne me vient en tête. Le thème de ce billet son me laisse de marbre. « Bonne nuit les petits ». Je passe rarement de bonnes nuits. Je fais constamment des rêves étranges que j’oublie le matin aussitôt. Alors j’ai fouillé des archives de vidéos et sons que j’ai enregistrés la nuit. La plus belle façon de passer nos nuits depuis qu’on à dix-huit ans, c’est entre amis. Celles passées les larmes aux yeux à écouter en boucle le message d’un amoureux.  Celles à faire la fête ou à refaire le monde. À parler de sentiments. À parler de nos rêves, ceux pour le futur, et à finir par s’endormir sur un coin de canapé. Finalement ce billet son se présente comme un pêle-mêle de nos nuits, celles d’une génération qui vivant loin de ses racines, cherche sans cesse à se recréer un cocon.